Le Groupe Rossignol va supprimer 92 emplois

Le groupe évoque « un redimensionnement de son activité ski » pour justifier la baisse de moins de 6 % de ses effectifs.

 Le groupe Rossignol aussi propriétaires des marques Dynastar, Lange, Look ou encore Kerma doit faire face à une forte baisse des ventes des skis.
Le groupe Rossignol aussi propriétaires des marques Dynastar, Lange, Look ou encore Kerma doit faire face à une forte baisse des ventes des skis.  AFP

La baisse des ventes, les incertitudes sur la saison à venir ou encore le changement de comportement des skieurs poussent le groupe Rossignol, aussi propriétaire des marques Dynastar, Lange, Look ou encore Kerma, à supprimer 92 postes à partir de 2021.

Dans le détail, 61 postes seront concernés pour le seul site de production de Sallanches, 24 au siège de Saint-Jean-de-Moirans et 7 à Saint-Etienne-de-Saint -Geoirs. La direction assure que les personnes dont les postes sont supprimés seront accompagnées.

Au total, ce plan présenté lundi aux syndicats équivaut à une baisse d'effectifs de moins de 6 %. D'autant que le groupe va créer dans le même temps 15 postes, dont 6 en Isère et 9 en Haute-Savoie.

Son activité ski doit être redimensionnée pour faire face à une baisse des ventes de 20 % en 2020 mais aussi pour se préparer pour la saison à venir où il pèse des « incertitudes ». En même temps, le groupe va devoir s'adapter aux nouvelles tendances de consommation des skieurs qui se reportent de plus en plus sur la location que sur des achats de matériels.

Rossignol entend conserver ses sites en Isère ou en Haute-Savoie pour faire des produits à forte valeur ajoutée ou les skis pour les juniors.

Le gros de la production en Espagne

Mais le gros de la production sera concentré le site d'Artés en Espagne. « Le site possède déjà les capacités d'accueillir des gros volumes », écrit Rossignol dans un communiqué.

« Nous souhaitons protéger notre position sur notre marché principal : le ski. Il est très important que nous mutualisions nos frais pour favoriser un dispositif industriel compétitif. C'est aussi à ce prix que nous pourrons donner un avenir à nos usines en Europe », a ajouté Bruno Cercley, président du Groupe Rossignol.

En outre, le groupe prévoit un plan de diminution des dépenses de l'ordre de 15 millions d'euros par an avec une moindre présence sur des salons ou sur celles de marketing.