Le gouvernement va muscler les aides à l’embauche des jeunes des quartiers

Le gouvernement va prolonger d’un an le dispositif des emplois francs. Les entreprises pourraient bénéficier d’une aide jusqu’à 9 000 euros la première année pour une embauche en CDI.

 Le ministère du Travail envisage de « cumuler » l’aide des emplois francs avec celle de l’aide à l’embauche des jeunes (AEJ) de 4 000 euros annoncée avec le plan jeune cet été.
Le ministère du Travail envisage de « cumuler » l’aide des emplois francs avec celle de l’aide à l’embauche des jeunes (AEJ) de 4 000 euros annoncée avec le plan jeune cet été. LP/Fred Dugit

Le gouvernement va se pencher sur l'emploi des jeunes de quartiers défavorisés. Le gouvernement veut autoriser le cumul de l'aide à l'embauche pour les emplois francs avec celle prévue dans le plan jeunes, a-t-on appris lundi auprès du ministère du Travail, confirmant une information d es Echos.

En juillet, le gouvernement qui a promis qu'il n'y aurait pas de « génération sacrifiée » avait annoncé une enveloppe globale de 6,5 milliards d'euros sur 2020-2021 pour l'emploi des jeunes à l'occasion de la présentation du plan « Un jeune, une solution ».

L'objectif affiché table sur 450 000 embauches grâce à une aide de 4 000 euros au d'ici janvier. Il s'agit une prime pour tout jeune de moins de 25 ans recruté entre août et janvier sur un contrat d'au moins trois mois jusqu'à 2 Smic.

Ce plan ambitionne aussi la signature de 230 000 contrats d'apprentissage et 100 000 contrats de professionnalisation. Il reprend ainsi les aides, déjà en vigueur depuis le 1er juillet, pour les embauches de jeunes en alternance d'ici fin février : 5 000 euros pour un apprenti ou un contrat de professionnalisation de moins de 18 ans, 8 000 euros pour un majeur.

Le gouvernement voudrait permettre à l'employeur de cumuler cette aide avec celui des emplois francs. Un décret en ce sens « est à l'étude », a-t-on appris au ministère.

31 000 demandes acceptées

Ce dispositif d'emplois francs lancé en avril 2018 prévoit une aide pouvant aller jusqu'à 15 000 euros pour un CDI sur trois ans ou 5 000 euros pour un CDD d'au moins six mois et jusqu'à deux ans pour toute embauche d'un chômeur habitant dans l'un des 1 500 quartiers prioritaires.

A ce jour, un peu moins de 31 000 demandes ont été acceptées et l'objectif de 40 000 devait être atteint a la fin de l'année s'il n'y avait pas eu la crise sanitaire.

Selon les Echos, le ministère du Travail pour relancer la machine veut « cumuler » l'aide des emplois francs avec celle de l'aide à l'embauche des jeunes (AEJ) de 4 000 euros annoncée avec le plan jeune cet été. Ainsi si la décision est prise, pour une embauche en CDI en emploi franc d'un jeune de moins de 26 ans, l'employeur toucherait entre 7 000 euros et 9 000 euros pour la première année du contrat. Pour un CDD de deux ans, l'aide serait au maximum de 4 000 euros.