Le Creusot : les soins de chimiothérapie de retour à l’Hôtel-Dieu grâce à un nouvel accord

L’Hôtel-Dieu de la ville avait refusé de payer plus pour ces soins et dû les interrompre. Une alternative a été trouvée.

 Le Creusot (Saône-et-Loire). L’hôpital Hôtel-Dieu continuera d’assurer des séances de chimiothérapie.
Le Creusot (Saône-et-Loire). L’hôpital Hôtel-Dieu continuera d’assurer des séances de chimiothérapie. PhotoPQR/Journal Saône-et-Loire

A partir du mois de mars, l'hôpital Hôtel-Dieu du Creusot (Saône-et-Loire), va à nouveau pouvoir prodiguer des séances de chimiothérapie à ses patients combattant un cancer. Elles avaient été interrompues brutalement, fin septembre, obligeant les patients à envisager des allers-retours de 50 à 80 km vers les hôpitaux de Montceau-les-Mines ou de Chalons-sur-Saône.

Le groupe SOS, propriétaire de l'hôpital, avait en effet refusé le « chantage financier » dont il estimait être victime de la part du groupe de cliniques Ramsay. Ce dernier, par l'intermédiaire de sa clinique privée Sainte-Marie de Chalon-sur-Saône, avait voulu établir une nouvelle convention avec l'Hôtel-Dieu du Creusot qui se serait traduite par une augmentation du prix des doses de 80 %, soit un surcoût annuel de 100 000 euros.

L'alliance du privé non lucratif

Jean-Marc Borello, le président du groupe SOS, vient de confirmer un accord avec la Mutualité française bourguignonne, et sa clinique de Talant, dans la banlieue de Dijon (Côte-d'Or), qui, à partir du mois de mars, fournira les traitements à l'hôpital du Creusot. « Lorsque le privé non lucratif est capable de s'unir, alors on fait mieux pour l'intérêt général », assure Jean-Marc Borello.

L'accord signé entre les deux établissements fait deux victimes collatérales. Le groupe Ramsay, qui a échoué dans sa volonté d'augmenter ses bénéfices. Mais aussi l'hôpital public de Chalon-sur-Saône, distant de 40 kilomètres, qui avait refusé de mettre des traitements à disposition du Creusot, préférant que les patients souffrant d'un cancer se fassent traiter chez lui ou à Montceau-les-Mines. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, le groupe SOS a aussi annoncé le retour de la cardiologie au Creusot, à partir du mois d'avril.