L’Occitanie lance le train gratuit pour les jeunes

L’offre sera accessible aux 18-26 ans, une première en France. Seule condition, faire plusieurs allers-retours par mois en TER.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le réseau ferroviaire d’Occitanie s’étend sur 2 453 km  (ici le nouveau train Regiolis Lio en gare de Toulouse).
Le réseau ferroviaire d’Occitanie s’étend sur 2 453 km (ici le nouveau train Regiolis Lio en gare de Toulouse). ABC/Andia.fr/Patrick Batard

« Le train du bon temps à bon prix » ! Ce slogan de la SNCF du début des années 1980, la région Occitanie pourrait en faire sien. La cinquième région la plus peuplée de France avec près de six millions d'habitants présente ce lundi deux mesures pour soulager le portefeuille des usagers du TER – train express régional —.

La première concerne les jeunes âgés de 18 à 26 ans. A partir du 1er avril et jusqu'au 31 août, 2 000 d'entre eux testeront la gratuité du TER occitan sur ses 2 453 km de voies, soit 20 lignes. L'expérimentation sera ensuite généralisée à l'ensemble de cette tranche d'âge à partir du mois de septembre. Une première en France.

L'idée a germé après l'opération « petits prix » organisée cet été pour booster le tourisme occitan. Second secteur d'activité de la région après l'aéronautique, l'ambition était d'attirer du monde sur la terre des châteaux cathares malgré l'ombre du Covid-19. Et le résultat a dépassé les attentes de la région, avec une fréquentation des TER en hausse de 13 % par rapport à l'été 2019 quand la moyenne nationale affichait un déprimant -25 %. Surtout, sur le 1,2 million de billets vendus à 1 euro entre le 1 er juillet et le 31 août plus de la moitié ont été achetés par les moins de 26 ans.

Un coût de 1,5 million d'euros pour près de 5000 jeunes

Sur cette terre de rugby, il s'agissait de transformer l'essai avec une offre alléchante pérenne pour les jeunes. Si la gratuité proposée ce lundi est bien réelle, elle s'obtient selon un processus un brin alambiqué. « Les cinq premiers allers-retours sont à moitié prix, détaille Jean-Luc Gibelin vice-président (PCF) aux Transports. A partir du sixième, tous les trajets sont gratuits. Et à partir du quinzième, vous enclenchez la gratuité pour le mois suivant sur tous les trajets ».

Une complexité assumée par l'exécutif régional : « Nous récompensons la fidélité, plaide-t-il. Plus vous utilisez les transports, moins vous polluez, plus vous aidez la collectivité. En contrepartie, la collectivité vous aide. C'est vertueux ! ».

Mais comme le martèle le Gart (Groupement des autorités responsables de transport) : « La gratuité n'existe pas ». Effectivement, si ce n'est pas l'usager qui paye, c'est le contribuable. En France, un billet de transport public est financé en moyenne autour de 75 % par l'argent du contribuable. L'usager ne débourse que 25 %. du prix réel. La mesure de gratuité mise en place par l'Occitanie coûtera 1,5 million au budget de la région et concernera entre 4 000 et 5 000 jeunes. « Nous voulons que les transports soient le moins cher possible, assume Carole Delga, président socialiste de la région Occitanie. C'est une politique de fond que nous menons depuis cinq ans. Surtout en cette période, il faut redonner du pouvoir d'achat aux gens. Et c'est cette tranche d'âge qu'il faut habituer à prendre les trains ».

Outre la gratuité, à quelques mois des élections régionales, prévues au départ en mars et qui ont été reportées en juin, la majorité Socialiste Républicain et Citoyen occitane instaure à partir du 1 er mars un plafonnement de l'abonnement de transport à 90 euros au lieu de 190 euros. Concrètement, 2200 des 10 000 abonnés verront leur facture baisser en moyenne de 50 euros par an. Coût de la mesure : un million d'euros. « Nos billets TER sont les moins chers de France, s'enorgueillit Carole Delga. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est la SNCF ».

«Il va falloir partir à la reconquête de nos clients»

Une tendance aux petits prix que l'on retrouve dans la plupart des 12 régions françaises où circulent des TER (sauf en Ile-de-France ). « Depuis qu'elles sont devenues autorité organisatrice ( NDLR : 1er janvier 2002 ), les Régions sont motrices dans la construction d'offre locale », note la SNCF. Ainsi dernièrement, elles se sont adaptées au télétravail. Qu'ils s'appellent Flexi'Pass en Normandie, Pass Abonné Télétravail en Nouvelle-Aquitaine ou Zou! Télétravail en Provence Alpes Côte d'Azur, les collectivités proposent des abonnements spécifiques à ceux qui se rendent au bureau qu'une partie de la semaine.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

Une adaptabilité vitale pour TER. Après des années de croissances et une année 2019 qui a vu les trains régionaux transporter 1,1 million de voyageurs par jour, 2020, à cause du Covid, a enregistré une baisse de -35 %. Récemment, Christophe Fanichet, PDG de SNCF-Voyageurs le reconnaissait : « Il va falloir partir à la reconquête de nos clients ». En Occitanie, l'objectif a été fixé à 2030, avec 100 000 voyageurs transportés par jour contre 66 000 aujourd'hui.