L’emploi salarié en recul de 1,8 % dans le privé en 2020, estime l’Insee

360 500 emplois ont été détruits l’an dernier, en raison de la pandémie de Covid-19 et de son impact sur l’économie française.

 L’Insee a dévoilé une estimation de l’impact de la pandémie sur l’emploi privé l’an dernier (Photo d’illustration).
L’Insee a dévoilé une estimation de l’impact de la pandémie sur l’emploi privé l’an dernier (Photo d’illustration). AFP/Ludovic Marin

Conséquence de la pandémie de Covid-19, l'année 2020 a vu la destruction de 360 500 emplois dans le secteur privé en France, selon l'estimation provisoire publiée vendredi par l'Insee. Cela représente une baisse de 1,8 %, après cinq années de hausse consécutives.

Au dernier trimestre de l'année, l'emploi du privé s'est replié modérément (-0,2 %, soit 39 600 destructions nettes) sous l'effet de la crise sanitaire et du deuxième confinement, après un net rebond à l'été (+ 1,6 %, soit 312 400 créations nettes au 3e trimestre). Mais celui-ci est insuffisant pour effacer la forte baisse des trimestres précédents (-633 300).

L'emploi salarié privé demeure inférieur à son niveau d'avant-crise. « Il atteint fin 2020 son plus bas niveau depuis mi-2018 », indique l'Institut national des statistiques et des études économiques.

263 100 emplois créés en 2019

L'année précédente, avant l'arrivée de la pandémie, avait été un bon millésime pour l'emploi avec 263 100 emplois créés (+ 1,4 %), soit presque 100 000 emplois de plus qu'en 2018, mais 90 000 de moins qu'en 2017.

Au 4e trimestre 2020, l'intérim, véritable boussole du marché de l'emploi, a continué de se redresser : + 5,3 % (+37 700 emplois) après + 22,9 % et + 22,8 % aux deuxième et troisième trimestres. Mais ces trois hausses successives ne compensent pas la chute historique du premier trimestre (-40,3 % soit -317 700 emplois).

Fin 2020, l'emploi intérimaire demeure donc inférieur à son niveau de fin 2019 (-5,1 %, soit -40 500 emplois) et proche de son niveau de mi-2017. Hors intérim, l'emploi recule dans l'industrie et le tertiaire marchand mais augmente dans le tertiaire non marchand.

Sur un an, la baisse dans l'industrie atteint -2,0 %, soit -61 700 emplois. C'est la plus forte baisse annuelle depuis 2010. Dans la construction, l'emploi salarié privé (hors intérim) demeure supérieur à son niveau d'avant-crise : + 1,4 % sur un an (+20 300 emplois). L'emploi privé dans le tertiaire non marchand dépasse de 0,6 % (soit +13 900) son niveau de fin 2019.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

VIDÉO. « Ce sont les soldes, ils bradent les salariés ! » : chez Celio, on craint des licenciements