Isère : la gigantesque centrale hydroélectrique EDF de Romanche-Gavet enfin achevée

Il aura fallu dix ans pour construire cet équipement à l’intérieur de la montagne. Elle pourra produire 560 millions de kwh/an, soit l’équivalent de la consommation de Grenoble et Chambéry réunies.

 Livet (Isère), vendredi. Le barrage permet de détourner l’eau de la Romanche vers une galerie de 10 km creusée dans le massif de Belledonne.
Livet (Isère), vendredi. Le barrage permet de détourner l’eau de la Romanche vers une galerie de 10 km creusée dans le massif de Belledonne. LP/Serge PUEYO

Pour EDF, c'est la fin d' un chantier titanesque qui aura duré dix ans et coûté 400 millions d'euros. Le plus important d'Europe dans le domaine de l'hydroélectricité. La nouvelle centrale hydroélectrique de Romanche-Gavet vient d'être inaugurée en Isère. Construit dans la vallée de la Romanche, cet équipement hors norme va permettre de produire 560 millions de kwh/an, soit l'équivalent de la consommation électrique de Grenoble et Chambéry réunies (230 000 habitants). Grâce notamment à une augmentation de la capacité de production de 40 % par rapport aux anciennes installations.

« Ce projet consistait à remplacer six vieilles centrales et cinq vieux barrages construits dans les années 1900 sur la rivière de la Romanche. Nous avons pour cela réalisé un barrage prise d'eau à Livet-et-Gavet, qui permet de diriger l'eau de la rivière dans une galerie de 10 km de long et 4,7 m de diamètre, creusée dans la montagne, en plein massif de Belledonne, grâce à deux énormes tunneliers de 200 m chacun », explique Daniel Pierra, directeur du projet Romanche/Gavet à EDF.

Un volet écologique

Après avoir parcouru 10 km, l'eau chute brusquement dans un puits vertical de 163 m afin de gagner en force et en pression, pour faire tourner les deux turbines de l'usine basée à Gavet. « Cette usine souterraine, également creusée dans la montagne, a une hauteur de 35 m soit l'équivalent de la nef de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, précise Sébastien Farge, responsable d'exploitation. Ce projet est également exemplaire en matière d'environnement : d'ici 2024 les anciennes centrales et barrages vont être déconstruits. Et ces sites végétalisés, ce qui va rendre à la rivière son aspect originel. Au barrage de Gavet, une passe à poissons a été aménagée pour leur permettre de remonter et descendre la rivière. »

Seule la Centrale des Vernes, mise en service en 1918 et classée monument historique, sera conservée comme un témoignage du passé.

VIDÉO. Au cœur des Alpes, le chantier gigantesque d'EDF