Laurent Saint-Martin, le rapporteur du Budget, veut vous simplifier les impôts

Dans son livre, « La Fabrique de l’impôt, pour un consentement citoyen », le rapporteur général du Budget Laurent Saint-Martin déplore le « malaise fiscal » et appelle à davantage de simplicité et de lisibilité pour être compris des Français.

 Dans son ouvrage, Laurent Saint-Martin veut s’adresser aux contribuables qui n’y comprennent plus rien aux taxes, impôts et prélèvements…
Dans son ouvrage, Laurent Saint-Martin veut s’adresser aux contribuables qui n’y comprennent plus rien aux taxes, impôts et prélèvements… LP/Frédéric Dugit

« Chacun en conviendra : la fiscalité est une matière d'un ennui mortel ». Dès les premières pages de son livre (« La Fabrique de l'impôt, pour un consentement citoyen », Alma éditeur, 160 pages, 12 euros), Laurent Saint-Martin met immédiatement le lecteur à l'aise. Pas question pour le plus jeune rapporteur général du Budget de la Ve République, qu'il est devenu à 34 ans, de ne parler qu'aux cadors des prélèvements obligatoires. C'est aux contribuables — qui n'y comprennent plus grand-chose — qu'il veut directement s'adresser avec cet ouvrage, publié à quelques jours de la présentation du Projet de loi de Finances 2021.

« L'impôt fait partie du quotidien des Français, écrit d'emblée le jeune député LREM du Val-de-Marne. Il suffit d'acheter sa baguette, d'allumer sa télévision ou de prendre sa voiture pour que le consommateur, le téléspectateur ou le conducteur soit en même temps contribuable, en s'acquittant de la TVA, de la redevance télé ou de la taxe carbone ».

« Un maquis budgétaro-fiscal illisible »

Voilà le credo de son livre. Raconter avec des mots simples les origines de l'impôt en France, déculpabiliser le lecteur en lui expliquant qu'entre 20 % et 30 % du volumineux Code des impôts est modifié chaque année et qu'il n'est donc pas anormal que le « maquis budgétaro-fiscal » soit devenu « illisible pour tout un chacun ». Rappeler, aussi, à quoi servent les 1058 milliards d'euros d'impôts prélevés chaque année sur les ménages et les entreprises.

Pédagogique, l'ouvrage n'en reste pas moins éminemment politique. A coups d'anecdotes puisées dans les précédents débats parlementaires, Laurent Saint-Martin décrit les coulisses de l'élaboration du budget de la France. Ces moments critiques où sont décidées les baisses… et les hausses d'impôts ! Le député du Val-de-Marne survole rapidement la phase de préparation dans les couloirs ministériels mais il raconte par le menu le — léger — bras de fer qui se joue entre le gouvernement (qui souhaite faire voter son texte sans ratures) et les parlementaires qui multiplient les projets d'amendements.

Vers une suppression des petites taxes

Et les Français dans tout cela? « Ils ont tout à fait conscience d'être dépossédés des termes d'un débat qui, pourtant, leur appartient de droit », déplore-t-il. Que faire, alors? Laurent Saint-Martin a son idée sur la question. Faire « un défrichage méthodique, rationnel et efficace » des petites taxes et autres niches fiscales. Dans le prochain Budget pour 2021, qui sera présenté ce lundi, 150 millions d'euros de petites taxes devraient d'ailleurs être supprimés.