En Alsace, les moules à kouglof veulent se protéger des copies chinoises

Pour contrer la concurrence asiatique, les potiers d’Alsace qui fabriquent les célèbres moules à gâteaux et plats artisanaux réclament une indication géographique protégée.

 A Soufflenheim (Bas-Rhin), dans l’atelier de Pierre Siegfried. Les artisans potiers d’Alsace emploient encore une centaine de personnes.
A Soufflenheim (Bas-Rhin), dans l’atelier de Pierre Siegfried. Les artisans potiers d’Alsace emploient encore une centaine de personnes. LP/Claire Gandanger

En ce mois de février, l'équipe de l'atelier de poterie de Pierre Siegfried à Soufflenheim (Bas-Rhin) s'attelle à la fabrication des moules à agneau pascal. Les Alsaciens dégustent ces pâtisseries traditionnelles en génoise lors des fêtes de Pâques. A côté des moules à kouglof et autres plats à baeckeoffe, ces pièces font depuis des générations la renommée des onze potiers alsaciens encore en activité.

En tout, une dizaine d'étapes de fabrication, toutes réalisées à la main, sont nécessaires avant que les pièces ne rejoignent les rayons des boutiques. Mais, depuis quinze ans, les copies chinoises dans les magasins touristiques ont plongé le secteur dans le marasme. Pierre Siegfried a ainsi vu son chiffre d'affaires divisé par deux sur cette période.

« Le consommateur ne sera plus trompé sur la marchandise »

« Au cours des deux dernières années, six ateliers artisanaux ont fermé », explique le président de l'association des potiers d'Alsace, qui regroupe les artisans de Soufflenheim et Betschdorf. Pour se protéger de cette concurrence jugée déloyale, mais pour l'heure légale, les artisans potiers d'Alsace, qui emploient encore une centaine de personnes, ont décidé de demander l'homologation de l'indication géographique.

« Comme ça, nos productions ne pourront plus être mélangées avec les asiatiques et le consommateur ne sera plus trompé sur la marchandise. Les copies ne pourront plus être estampillées Alsace, espère le potier. Et les organismes de tourisme pourront faire notre promotion. » La demande est en cours d'instruction et devrait aboutir en mai prochain.