Les 5 compétences clés d’un bon leader en télétravail

Au quotidien, la mission d’un manageur est d’allier bien-être des collaborateurs, écoute, confiance et cohésion de groupe.

telétravail
telétravail capture

Le passage à marche forcée au «tout à distance» a eu des conséquences multiples et pas forcément évidentes à gérer pour les entreprises. Cette situation étant amenée à perdurer, les manageurs doivent réinventer la relation qu’ils entretiennent avec leurs équipes. Voici cinq qualités essentielles pour piloter une équipe disséminée et rester un vrai leader.

1 - De l’écoute active

À distance, on perd plusieurs canaux de communication et donc autant d’occasions de percevoir l’état d’esprit d’un groupe. «Un manageur doit être capable d’entraîner ses équipes sur un objectif commun, d’organiser le travail de chacun et de renforcer leur adhésion et le sentiment d’appartenance. Tout cela passe par une communication renforcée et beaucoup d’écoute, estime Aymeric de Jenlis, associé du cabinet de management de transition IMT Partners. La crise n’a pas bouleversé les critères d’un bon leader ni ses méthodes de travail. Il y a en revanche un changement dans les dispositifs utilisés».

Les manageurs peuvent ainsi s’appuyer sur de nombreux outils tels que Zoom, Skype, Slack, Klaxoon ou Teams et proposer des apéros ou des cafés virtuels pour répondre au besoin de se retrouver et d’échanger. Un climat de sécurité qui donne aux collaborateurs le sentiment d’avoir été entendus et les incite à se livrer davantage dans le futur.

2 - Une vision

Un bon leader doit mobiliser les énergies autour de lui en donnant une utilité et un objectif à l’action commune. Pour gérer au mieux la crise liée au Covid-19, Accenture, société internationale de conseil et de technologies, a introduit le rôle de Manager in Residence (MiRs). Leur mission: animer, soutenir et préparer l’avenir. Dans cet esprit, ils font régulièrement le point sur les activités business et management. Ils se rendent ainsi disponibles pour répondre aux questions de leurs collaborateurs, renforcer des équipes projets clients, contribuer à des groupes de travail qui permettront d’améliorer le fonctionnement. Mais aussi construire individuellement des parcours de formation pour développer les nouvelles compétences futures.

3 - De l’empathie

«Un leader doit aujourd’hui faire preuve d’empathie, d’humilité et de curiosité envers ses équipes pour augmenter leur niveau d’engagement», plaide Élodie Oksman, DRH d’Heineken France, qui compte 4000 salariés en France. Afin de renforcer leur posture et de permettre aux manageurs d’enrichir les discussions avec leurs équipes pour qu’elles soient plus authentiques, plus riches, le groupe a mis en place des guides.

«La façon de construire notre agenda va changer. Nous allons discuter avec les uns et les autres pour définir des rituels collectifs ou individuels, prévoir plus de convivialité, faire de l’informel, donner du temps de respiration pour faire place à l’imprévu: toutes ces actions vont prendre plus d’importance», ajoute Élodie Oksman.

Newsletter L’essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

4 - Favoriser l’autonomie

«C’est un point positif de la crise sanitaire. Les manageurs ont dépassé leur rôle de petit chef pour se concentrer sur la capacité à faire grandir leurs équipes et favoriser leur autonomie», explique Aymeric de Jenlis d’IMT Partners. Pour y parvenir, la confiance est ici indispensable. Un responsable doit déléguer des tâches à ses collaborateurs, leur laisser la possibilité de gérer des dossiers et des projets afin qu’ils puissent s’épanouir et devenir performants. Mais il doit aussi prendre en compte leurs avis, expertises et aspirations. «Un bon leader a besoin du feedback de ses salariés pour mettre en place l’accompagnement le plus approprié et se remettre en question», souligne encore l’expert.

5 - Récompenser les bonnes initiatives

Il ne faut pas hésiter à célébrer les petites victoires, à partager une bonne nouvelle ou de bons résultats avec le reste de l’équipe, à mettre en avant les collaborateurs pour stimuler l’adhésion et la performance. «Un bon leader doit avoir cette capacité à encourager ses équipes et à récompenser les bonnes initiatives. Ces curseurs sont plus difficiles à mettre en œuvre à distance mais ils semblent indispensables», explique Aymeric de Jenlis. Enfin, la reconnaissance au travail passe aussi par des actes forts comme la montée en compétences, via une formation par exemple.


«Un programme d’intégration en ligne a été conçu»

Portrait d’entreprise Top Employer 2021 : 3 questions à Louise Van Den Berg DRH d’Electrolux France

Les 5 compétences clés d’un bon leader en télétravail

Qu’avez-vous mis en place pendant la crise sanitaire?

Nous avons fait preuve d’agilité et de flexibilité en nous adaptant aux salariés afin de leur offrir l’organisation de travail la plus optimale. Les sites ont été ouverts sur la base du volontariat, afin de soutenir les personnes isolées. Une hotline téléphonique, qui reste active, a été mise en place dans le cadre du premier confinement. Au total, 215 postes ont été intégralement ouverts au télétravail avec des sessions de formation sur les outils informatiques et sur les soft skills (savoir-être) à déployer afin de créer un environnement de travail à domicile et de s’organiser au mieux.

Comment aidez-vous vos collaborateurs ?

Il y a deux éléments sur lesquels nous avons travaillé. D’une part, pour accompagner les nouvelles recrues, un programme d’intégration en ligne a été conçu.

D’autre part, pour aider les manageurs, nous avons créé une plate-forme de formation en ligne en leur donnant toutes les clés pour s’épanouir dans leur rôle primordial. Des webinaires et des sessions de formation spécifiques sur le leadership, la façon d’accompagner, de soutenir et d’évaluer ses équipes ont été proposés.

Enfin, pour apporter notre soutien à l’ensemble des 234 salariés d’Electrolux France, pour reprendre aussi un message fort du groupe, « le one Electrolux», et ainsi montrer que nous avançons ensemble et collectivement, nous leur avons fait parvenir un olivier pendant le second confinement en guise d’attention pour un environnement de télétravail plus agréable. Enfin, nous avons organisé un cours de cuisine en ligne pour Noël avec un chef.

Quels sont les grands enjeux d’Electrolux pour 2021 ?

Nous allons mettre en place quatre initiatives clés, durant cette année. La première: l’adaptation des modes de communication, avec la transformation digitale au cœur des modes de fonctionnement des salariés, pour être au plus proche d’eux. La seconde repose sur un accompagnement quotidien et individuel pour tous les collaborateurs. Le troisième enjeu réside dans l’engagement du groupe sur notre territoire. Dans le cadre des valeurs que nous transmettons, nous avons soutenu lors du premier confinement l’association «Premiers de cordée» et avons fait don d’une centaine de produits d’électroménagers (tables, micro-ondes, réfrigérateurs, fours, lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, etc.). Ces équipements étaient destinés à équiper les espaces des soignants dans les hôpitaux.Notre dernière grande action repose sur le développement de l’apprentissage avec la création en 2021 d’un e-campus autour de la jeunesse. Nous avons lancé une plate-forme en ligne pour permettre à ces jeunes d’interagir ensemble et de créer un projet collaboratif, pour qu’ils trouvent leur place dans notre groupe.


Dossier spécial Top Employers 2021 : comment le travail a changé au quotidien

> Ressources humaines : ces entreprises à la pointe de l’innovation

> Top Employers : la liste des entreprises certifiées en 2021

> Responsabilité sociétale des entreprises, un facteur de développement

> Covid et télétravail. Comment concilier travail à distance et maintien du collectif ?

> Les 5 compétences clés d’un bon leader en télétravail

> La convivialité plus que jamais nécessaire sur le lieu de travail

> Top 10 des priorités RH des Top Employers

> Le bien-être au travail… en restant chez soi