Le bien-être au travail… en restant chez soi

Pour garantir la santé des collaborateurs en télétravail, la prévention passe par des cours de sport ou des webinaires, des réunions virtuelles mais régulières. Dossier spécial “Top Employers 2021″ réalisé par la rédaction des suppléments du Parisien.

Le bien-être au travail… en restant chez soi

Dix minutes après avoir terminé leur réunion virtuelle, les salariés de Roche Diabetes Care France suivent un cours de fitness en ligne ou une séance de méditation. Ils ont même pu participer, début octobre, à un challenge sportif et résoudre en équipe et à distance différentes énigmes. «Le bien-être des collaborateurs a toujours été une préoccupation majeure. C’est devenu plus probant pendant la crise sanitaire», confie Pierre-Olivier Martin, DRH du groupe.

Pendant le confinement, l’entreprise de conseil et technologies Accenture France a également misé sur des événements qui sortent de l’ordinaire. Le groupe s’est associé à United Heroes, une application mobile qui propose un programme sportif à l’ensemble des collaborateurs et des articles sur le sport, la nutrition, le sommeil afin d’améliorer la qualité du quotidien. Chaque salarié a été invité à rejoindre une des 30 équipes de superhéros et superhéroïnes sur l’application et à profiter des bienfaits de l’activité physique en réalisant des challenges individuels ou collectifs.

Soigner l’hygiène de vie

Chez Heineken France, l’annonce du télétravail à 100% en période de confinement a été plutôt bien accueillie. Tous les lundis matins, les collaborateurs du groupe reçoivent une newsletter, des conférences en visio comme des séances de sport, mais aussi des articles et des webinaires qui donnent des astuces pour avoir une bonne hygiène de vie.

Agir sur la prévention des risques psycho-sociaux

«Maintenir ces petites actions permet d’améliorer le bien-être individuel des salariés à distance. Il nous a paru crucial de leur donner des conseils pour qu’ils puissent bien organiser leur journée et trouver des temps de pause pour se ressourcer. L’objectif est d’apporter de la cohésion et de casser la routine.

Au-delà des réunions hebdomadaires, il s’agissait de mettre en place des rituels et de créer des échanges informels pour donner une dynamique dans un climat de bienveillance», confie Élodie Oksman, DRH Heineken France. Pour préserver leurs équipes du burn-out et de la perte de sens du travail, certaines entreprises ont mis à disposition des cellules d’écoute et d’accompagnement. C’est le cas de Monoprix et de son dispositif «Mon conseiller social en ligne».

«Nous avons décidé de proposer une aide spécifique aux collaborateurs vivant des situations personnelles complexes. Un pôle d’assistants sociaux, composé de trois personnes, aide concrètement les salariés rencontrant des difficultés liées à la famille, à la santé, au travail, au logement ou encore au budget. Nous avons également mis à leur disposition un soutien psychologique et anonyme 24h/24 et 7j/7 et proposé des consultations médicales par téléphone», rapporte Sandra Hazelart, directrice des ressources humaines, de la communication et de la RSE au sein de Monoprix.

Newsletter L’essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

En plus d’offrir un espace d’expression à ses collaborateurs avec la création d’une ligne de soutien psychologique, Roche Diabetes Care a réalisé des sondages internes pour mesurer le moral des équipes, ainsi qu’une enquête d’engagement post-confinement sur la manière de gérer cette crise. Résultat de cette consultation: près de 90% des salariés ont apprécié les mesures de bien-être mises en place par leur employeur pendant la période.


« L’objectif : créer 3 000 postes en 2021 »

Portrait d’entreprise “Top Employer” : 3 questions à Anne Broches DRH Exécutive de Lidl

Le bien-être au travail… en restant chez soi

Comment vous mobilisez-vous en faveur de la jeunesse?

Nous savons que beaucoup d’entreprises ont dû stopper leurs embauches en alternance à cause de la crise sanitaire. Il est donc important pour nous de favoriser ce type de contrat. Nous avons augmenté l’emploi des jeunes et recruté 580 alternants en 2020 contre 400 les années précédentes, avec des taux de transformation en contrat à durée indéterminée qui avoisinent les 50%.

Cette politique de recrutement et de formation des alternants va s’accélérer en 2021. Environ 1000 postes seront ouverts dans toute la France, à la fois dans nos sièges à Rungis (Val-de-Marne) et Strasbourg (Bas-Rhin) mais aussi dans nos 25 directions régionales. Nous accueillons par ailleurs de plus en plus d’étudiants, en contrat à durée indéterminée de 7 ou 14 heures qui représentent plus de 6000 personnes chez Lidl France. Nous sommes ainsi totalement inscrits dans le plan «Un jeune, une solution», lancé en juillet 2020 par le gouvernement. Depuis le 1er septembre dernier, nous avons recruté 3000 jeunes dans le cadre de ce dispositif.

Combien de créations de postes ambitionnez-vous en 2021 ?

Le modèle des supermarchés de proximité Lidl a bien répondu, pendant la crise sanitaire, aux besoins des consommateurs.

En 2020, nous avons proposé 3000 emplois, essentiellement des contrats à durée indéterminée. Nous projetons le même niveau de création de postes en 2021. Notre point fort, c’est l’emploi. Nous recrutons partout en France. Aussi bien des opérateurs logistiques dans nos plates-formes que des profils de jeunes candidats pour occuper des postes d’adjoints manageurs, des responsables de supermarché titulaires d’un bac +2 ou d’un bac +3, et des responsables de ventes secteurs ayant un bac +4 ou un bac +5 qui encadrent entre cinq et sept supermarchés et donc les équipes de chacun d’entre eux.

Comment renforcez-vous l’engagement des jeunes talents ?

Nous leur offrons des missions à fortes responsabilités et un accompagnement spécifique, avec de réelles opportunités, et surtout des perspectives d’évolution. Aujourd’hui, plus 90% de nos manageurs sont issus de la promotion interne. C’est primordial de les former et de leur donner la chance d’évoluer. Chez Lidl, les alternants font par ailleurs partie intégrante des effectifs. Nous sommes dans une logique de pré-embauche: nous leur proposons de véritables carrières et des perspectives d’évolution à court terme. Pour renforcer leur implication, nous nous engageons dans une démarche de RSE.

La quête de sens et la recherche d’un impact positif sont des points importants pour eux. Nous soutenons par exemple l’association LinkedOut qui agit pour lutter contre l’exclusion des plus précaires et participons à des opérations du groupe SOS ou de la Croix-Rouge insertion.


Dossier spécial Top Employers 2021 : comment le travail a changé au quotidien

> Ressources humaines : ces entreprises à la pointe de l’innovation

> Top Employers : la liste des entreprises certifiées en 2021

> Responsabilité sociétale des entreprises, un facteur de développement

> Covid et télétravail. Comment concilier travail à distance et maintien du collectif ?

> Les 5 compétences clés d’un bon leader en télétravail

> La convivialité plus que jamais nécessaire sur le lieu de travail

> Top 10 des priorités RH des Top Employers

> Le bien-être au travail… en restant chez soi