Reconversion professionnelle : quels sont les métiers porteurs en 2021 ?

Malgré une hausse du chômage de 7,5 % l’an dernier, de nombreux secteurs recrutent en France. Aide à la personne, santé, informatique… Autant de possibilités pour changer de cap, avec la garantie d’un poste à la clé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Intelligence artificielle, numérisation : les métiers de l’informatique feront les emplois de demain.
Intelligence artificielle, numérisation : les métiers de l’informatique feront les emplois de demain. IStock

Et si je changeais de ville, de métier, d'horizon ? Ces derniers mois, certains Français se sont posé cette question sans pour autant oser sauter le pas. « Dans les faits, nous avons enregistré en 2020 un tassement général des demandes de reconversion, ce qui ne veut pas dire que peu de personnes en ont eu envie », explique Philippe Debruyne, président de Certif pro et secrétaire confédéral à la CFDT. « Pour vouloir se reconvertir, il faut se faire confiance, parvenir à se projeter dans l'avenir ce qu'ont eu du mal à faire les Français ces derniers mois », poursuit-il.

LIRE AUSSI > Emploi : les secteurs qui recrutent en 2021, région par région

Reste que, aujourd'hui, la crise du coronavirus ayant détruit plus de 570 000 emplois en un an et conduit quelque 350 000 personnes de plus à s'inscrire à Pôle emploi en catégorie A, la question se pose avec une acuité particulière pour de nombreux salariés.

« Toutes les planètes sont alignées pour que les reconversions deviennent plus importantes », confirme François Moreau, président de LHH (ex-Altedia), le cabinet d'accompagnement d'Adecco, et vice-président du groupe. L'Etat et les partenaires sociaux se sont également saisis de la question à travers un nouveau dispositif baptisé « transitions collectives », censé entrer en vigueur début février. Objectif : permettre aux salariés qui exercent des métiers en voie de disparition de se reconvertir gratuitement dans un secteur porteur.

Des métiers à adapter et d'autres en mutation

Mais comment trouver une nouvelle voie, alors que le marché de l'emploi, affecté par la crise liée au Covid-19, évolue sans cesse ? « Nous observons un double mouvement, avec à la fois des métiers classiques à adapter, dans le commerce, la logistique, la distribution et, en parallèle, des métiers en mutation qui ont des besoins accrus de recrutement, comme dans le médico-social », constate Guillaume Huot, membre du directoire du groupe Cegos.

Reconversion professionnelle : quels sont les métiers porteurs en 2021 ?
Reconversion professionnelle : quels sont les métiers porteurs en 2021 ?
Reconversion professionnelle : quels sont les métiers porteurs en 2021 ?
Reconversion professionnelle : quels sont les métiers porteurs en 2021 ?

Pour la deuxième année consécutive, France compétences, l'instance de gouvernance et de financement de la formation professionnelle, a élaboré une liste de vingt métiers en évolution qui feront les emplois de demain. Ce travail, publié début janvier, s'est appuyé sur les travaux des branches et des syndicats professionnels.

Quatre thématiques y sont clairement identifiées : les métiers de la transition écologique et du climat, ceux de l'informatique (autour de la numérisation et l'intelligence artificielle), ceux de l'industrie, avec la stratégie de relocalisation des activités économiques ou encore de la modernisation des infrastructures.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

LIRE AUSSI > Reconversion professionnelle : «Mes cours ont été financés par mon compte formation»

L'association Transitions professionnelle, qui s'est aussi penchée en ce début d'année sur les métiers porteurs, braque les projecteurs sur d'autres filières. « Les métiers de la santé, en particulier aide-soignant et infirmier, seront très demandés, comme les métiers du service à la personne, d'agent de sécurité et de surveillance », indique Philippe Debruyne. L'étude évoque aussi d'autres secteurs qui souffrent de longue date d'une pénurie de main-d'œuvre, que ce soit dans les métiers de la construction, bâtiment et travaux publics, ceux du transport routier, les métiers de bouche (boulangers, pâtissiers, cuisiniers), mais aussi de la logistique et de l'industrie.

Nouveau sésame : le CDI apprenant

Certains outils supplémentaires peuvent aussi servir de tremplin. Le groupe Adecco a ainsi récemment mis au point un dispositif destiné à toute personne qui souhaiterait se former dans un métier en tension : le CDI apprenant. Ce nouveau contrat a déjà séduit en quelques mois environ 3 000 personnes. Il vise à créer des passerelles entre les secteurs frappés par la crise et les entreprises qui recrutent, et compte former 15 000 personnes d'ici la fin de l'année à des métiers en pénurie de main-d'œuvre dans leur bassin d'emploi.

Quel que soit le métier visé, les professionnels insistent sur la nécessité de se faire accompagner au fil de son parcours de reconversion. « Et il faut avant tout se faire plaisir, s'autoriser à rêver, insiste Fabrice Yeghiayan, directeur du développement de l'Afpa (Agence pour la formation professionnelle des adultes). En général, les salariés acquièrent des compétences qu'ils ne soupçonnaient même pas dans leur première vie professionnelle. »