Emploi en Normandie en 2021 : l’éolien et le nucléaire recrutent

Ces deux secteurs de l’énergie restent très porteurs en matière d’emplois pour la région normande, selon l’enquête du Parisien-Aujourd’hui en France.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le groupe Orano, spécialisé dans le nucléaire, recrute des CDI pour son site de La Hague.
Le groupe Orano, spécialisé dans le nucléaire, recrute des CDI pour son site de La Hague. Orano/Eric Larrayadieu

La filière éolienne reste la principale pourvoyeuse d'emplois en Normandie. Au Havre (Seine-Maritime), Siemens-Gamesa poursuit la construction de son usine. Plus de 700 emplois restent à pourvoir avec, comme l'explique Nathalie Docaigne chez Pôle emploi, « une accélération en 2021 pour une large palette de métiers, qualifiés ou non ». Des formations internes sont prévues. A Cherbourg (Manche), chez LM Wind Power, filiale du groupe General Electric, plus de 200 embauches sont annoncées pour le fabricant de pales.

Côté nucléaire, le groupe Orano propose 550 emplois, dont 200 CDI, 150 CDD et 200 en apprentissage à La Hague (Manche). « En CDI notamment, ils concernent principalement le traitement et le recyclage ainsi que le démantèlement pour des métiers autour de la conduite d'installations, la maintenance, la radioprotection, l'assainissement ou encore l'usinage, la sûreté et l'ingénierie », indique son service RH.

Encore dans la Manche, à Cherbourg, Naval Group, connu pour ses sous-marins et ses navires de surface, cible 250 recrutements : des ouvriers usineurs, des soudeurs et des chaudronniers, des développeurs de logiciels et des architectes navals, ainsi que des ingénieurs navals et de maintenance nucléaire.

De l'ingénierie à la sellerie

Le groupe Assystem, spécialiste de l'ingénierie et de l'accompagnement de projets, envisage, lui, de recruter 150 personnes dans la Manche, le Calvados et la Seine-Maritime. Il vise des ingénieurs, des contrôleurs de travaux, des chargés d'affaires et des responsables informatique, dans le nucléaire et les sciences de la vie.

Dans l'Eure, les opportunités sont diverses. Dans la fibre optique avec Altitude Infra et son nouveau siège à Val-de-Reuil, qui recrute plusieurs dizaines de postes. Dans l'automobile, l'équipementier Plastic Omnium, qui possède une usine à Saint-Marcel, devrait encore embaucher. Au rayon du luxe, enfin, avec Hermès, aussi implanté à Val-de-Reuil, qui construit un second site à Louviers ; 320 collaborateurs travaillent déjà sur ce pôle normand d'Hermès maroquinerie-sellerie. Pour accompagner cette montée en puissance, cadres et artisans vont être recrutés, avec deux formations d'environ 35 personnes chacune.

Agriculture et agroalimentaire offrent aussi de belles perspectives. La Normandise, spécialiste de la nourriture pour chien et chats, à Vire (Calvados), qui emploie plus de 600 salariés, envisage des dizaines de recrutements de techniciens de maintenance et conducteurs de ligne. Des profils venus de l'alimentaire (boucher, boulanger…) peuvent être formés. Des commerciaux itinérants sont également recherchés.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

La coopérative NatUp, spécialiste de la céréale, elle, poursuit sa diversification en créant une filature de lin made in France à Saint-Martin-du-Tilleul (Eure). A la clé, 25 postes. « Notre coopérative rayonne jusqu'en Ile-de-France et en Picardie, nous envisageons le recrutement d'une quarantaine de CDI, d'une soixantaine de CDD et entre 20 et 30 alternants », ajoute une responsable.

Les secteurs et les métiers qui recrutent le plus en Normandie

Top 5 des secteurs

1. Commerce de détail

2. Commerce de gros

3. Services généraux

4. Action sociale

5. Construction

Top 5 des métiers

1. Mécanique

2. Magasinage

3. Vente

4. Gros oeuvre du bâtiment

5. Plomberie

Source : Adecco Analytics

Taux de chômage au 3e trimestre 2020 : 8,9%

Evolution en un an : +0,9%

Source : Insee

> Notre méthodologie