Emploi en Ile-de-France : les secteurs qui recrutent en grande couronne en 2021

Le secteur de la logistique, déjà très présent dans les quatre départements de grande couronne parisienne, se renforce encore avec l’essor de la vente à distance, selon l’enquête du Parisien-Aujourd’hui en France.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Les spécialistes de la logistique sont les gros pourvoyeurs d’emplois de la grande banlieue parisienne.
Les spécialistes de la logistique sont les gros pourvoyeurs d’emplois de la grande banlieue parisienne.  LP/Yann Foreix

Des caristes, des magasiniers, des opérateurs logistiques… Voilà les profils les plus recherchés par les employeurs dans trois des quatre départements de grande couronne. Les métiers du secteur sanitaire et social sont également « en tension ».

Seine-et-Marne : des besoins dans le secteur sanitaire et social

Mickey n'est plus à la fête… Disneyland Paris, premier employeur privé de Seine-et-Marne, figurait en tête des « recruteurs » dans notre précédent baromètre de l'emploi (avec 8000 embauches de programmées, dont 1000 en CDI). Il a quasiment disparu des radars. Le parc d'attractions, qui vient de repousser sa date de réouverture au 2 avril prochain (si les règles sanitaires le permettent), a gelé ses programmes d'embauches.

Signe des temps, au palmarès des plus gros pourvoyeurs d'emplois, les entreprises du secteur sanitaire et social sont en tête. Notamment Solutia (une agence de recrutement d'aides à domicile) qui affiche plus de 200 offres d'emploi dans le département.

Les entreprises de la grande distribution (Carrefour, Lidl…) sont également très présentes sur le marché de l'emploi et recrutent tant dans le secteur de la vente que dans celui de la logistique. Adecco avait repéré en Seine-et-Marne plus de 1300 petites annonces pour les activités de stockage et de magasinage au dernier trimestre 2020.

Yvelines : Thales, Bouygues et Korian recrutent

Avec un taux de chômage de 7,2 % (le plus bas d'Ile-de-France) le département des Yvelines occupe une place un peu à part. Si le nombre de demandeurs d'emploi (73 000 fin 2020) a progressé de 13,5 % en un an, les besoins de main-d'œuvre et de nouveaux talents sont repartis à la hausse dans quasiment tous les secteurs économiques porteurs : le commerce, l'industrie, les services à la personne…

Dans un département qui concentre les trois quarts des effectifs de la filière automobile en Ile-de-France, les emplois du secteur de la mécanique figurent dans le tiercé de tête des métiers qui recrutent le plus. Une forte demande en trompe l'œil ? Les usines Renault à Flins et PSA à Poissy sont toutes deux en pleine réorganisation… pas forcément porteuse d'emplois. Elles ne figurent pas parmi les entreprises des Yvelines qui prévoient le plus de recrutements. Thales (électronique et haute technologie), Bouygues construction et le groupe Korian (maisons de retraite) occupent les premières places du classement.

Essonne : des postes d'aide à domicile et d'auxiliaire de vie

« Le site de Brétigny est encore en phase de croissance. » Amazon France l'assure : son sixième centre de distribution, ouvert en 2019 dans l'Essonne, va continuer à recruter cette année. La plate-forme géante qui emploie déjà 1800 personnes en CDI devrait encore embaucher « plusieurs centaines de CDI » en 2021.

Ces projets comme ceux des nombreuses autres plates-formes logistiques du département, placent les emplois de magasiniers en tête du palmarès des métiers qui recrutent dans le département. Juste devant les mécaniciens automobile également très recherchés (avec pas moins de 780 offres d'emploi recensées par Adecco analytics à fin 2020).

Ce ne sont pourtant ni le géant du commerce en ligne ni des sociétés de mécaniques qui se classent en tête des entreprises proposant le plus d'emplois, mais deux « recruteurs » du secteur sanitaire et social : Solutia (aide à domicile, auxiliaire de vie…) et la Fédération hospitalière de France. Le taux de chômage dans le département est passé de 6,8 % fin 2019 à 7,6 % un an plus tard.

Val-d'Oise : le commerce de gros cherche des bras

« Le développement économique autour de Roissy ira peut-être plus lentement que prévu. Mais il se fera. Avec l'explosion du e-commerce, le secteur de la logistique connaît un taux de croissance incroyable ! » Méthode Coué à l'agence chargée de promouvoir l'attractivité économique de la région ? Le Val-d'Oise, qui affiche un taux de chômage de 9,6 %, a en tout cas souffert de la crise sanitaire et du recul (de presque 70 %) du trafic sur la plate-forme aéroportuaire où travaillent plus de 90000 salariés.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Les besoins de main-d'œuvre sont cependant repartis à la hausse notamment dans les domaines du commerce de gros, de l'action sociale et de la logistique. Comme dans les départements voisins, c'est ce dernier secteur d'activité qui est le plus en tension en matière de recrutement.

Le plan d'urgence pour le Val-d'Oise annoncé par la région après l'abandon du projet Europa City sur l e « triangle de Gonesse » – un gigantesque complexe culturel et commercial qui devait générer 10 000 emplois selon ses promoteurs – prévoit notamment un renforcement des structures de formation dans le département.

Les secteurs et les métiers qui recrutent le plus en grande couronne

SEINE-ET-MARNE

Top 5 des secteurs

1. Commerce de détail

2. Action sociale

3. Commerce de gros

4. Services généraux

5. Associations

Top 5 des métiers

1. Magasinage

2. Mécanique

3. Puériculture

4. Vente

5. Conduite d’engins

Source : Adecco Analytics

Taux de chômage au 3e trimestre 2020 : 7,9%

Evolution du taux de chômage en un an : +1%

Source : Insee

YVELINES

Top 5 des secteurs

1. Commerce de détail

2. Action sociale

3. Services généraux

4. Ingénierie informatique

5. Associations

Top 5 des métiers

1. Vente

2. Mécanique

3. Puériculture

4. Magasinage

5. Développement informatique

Source : Adecco Analytics

Taux de chômage au 3e trimestre 2020 : 7,2%

Evolution du taux de chômage en un an : +0,6%

Source : Insee

ESSONNE

Top 5 des secteurs

1. Commerce de détail

2. Action sociale

3. Associations

4. Services généraux

5. Recherche et développement

Top 5 des métiers

1. Magasinage

2. Mécanique

3. Vente

4. Puériculture

5. Développement informatique

Source : Adecco Analytics

Taux de chômage au 3e trimestre 2020 : 7,6%

Evolution du taux de chômage en un an : +0,8%

Source : Insee

VAL-D’OISE

Top 5 des secteurs

1. Commerce de détail

2. Action sociale

3. Commerce de gros

4. Services généraux

5. Construction

Top 5 des métiers

1. Magasinage

2. Mécanique

3. Vente

4. Puériculture

5. Ressources humaines

Source : Adecco Analytics

Taux de chômage au 3e trimestre 2020 : 9,6%

Evolution du taux de chômage en un an : +1 point

Source : Insee

> Notre méthodologie

LA PÉPITE. Ses claviers germicides vont créer une dizaine d'emplois

Loïc Gauthier, le patron de la PME industrielle de pointe Eoz./LP/B.H.
Loïc Gauthier, le patron de la PME industrielle de pointe Eoz./LP/B.H.  

Et si un virus destructeur pour l'économie pouvait, au bout du compte, déboucher sur des créations d'emplois? Loïc Gauthier, le patron de la PME industrielle de pointe Eoz installée à Limoges-Fourches (Seine-et-Marne), en est la preuve. Son entreprise de 23 salariés, spécialisée dans les interfaces homme-machine (claviers, digicodes, pavés numériques, boutons-poussoirs high-tech pour le secteur militaire ou l'aéronautique…), a profité du ralentissement de l'activité causé par la crise sanitaire pour concevoir des nouveaux produits.

Le lancement de leur fabrication, prévu pour cette année, va nécessiter des renforts. « Nous envisageons de recruter de dix à douze personnes dans les 18 prochains mois », confirme Loïc Gauthier. « On a vu le confinement comme une opportunité d'investir dans la recherche. Ce n'est pas une démarche naturelle au plus fort d'une crise. Mais c'est ce qu'il faut faire. »

Dès le printemps 2020, la petite société a donc ressorti de ses cartons un « vieux » projet remis à l'ordre du jour par la pandémie : la conception d'un système de désinfection automatique par ultraviolet intégré dans les claviers à forte utilisation. Moins de 10 mois après, le « clavier germicide » en est au stade du prototype. « Le produit fini sera prêt en mars-avril. Mais la fabrication de masse démarrera sans doute bien après. Cela dépendra du retour des clients », avertit Loïc Gauthier qui prévoit cependant des recrutements à court terme pour le lancement d'une autre chaîne de fabrication.

Ce dynamisme a valu à Eoz d'être l'une des trois sociétés seine-et-marnaises éligibles au plan de relance de l'Etat. L'aide de 500 000 euros permettra d'accélérer le programme « claviers germicides » d'un coût total de 1,8 million d'euros. Pour une PME au chiffre d'affaires annuel de 4 millions d'euros, l'investissement est colossal.

Loïc Gauthier assume. « Dans l'industrie, il faut toujours préparer le coup d'après », s'enthousiasme l'entrepreneur en rappelant qu'Eoz possède son propre bureau d'études, son laboratoire de test, fabrique ses circuits imprimés… « Ça augmente nos coûts. Mais c'est le prix à payer pour garder la maîtrise de nos process, de nos produits et pour continuer à produire ici », conclut cet « amoureux de l'industrie française ».