Emploi en Auvergne-Rhône-Alpes : transport, santé, BTP, logistique... ils recrutent en 2021

Malgré la crise sanitaire, les secteurs forts de la région continuent d’embaucher, selon l’enquête du Parisien-Aujourd’hui en France.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Keolis prévoit de recruter plus de 500 personnes dans la métropole lyonnaise.
Keolis prévoit de recruter plus de 500 personnes dans la métropole lyonnaise.  Keolis/S.Erome

Premier employeur de la région, les Hospices Civils de Lyon, avec leurs 13 établissements hospitaliers, ont des besoins renforcés par le Covid-19 avec un plan d'embauche de 2000 personnes, dont près de 600 infirmiers et 20 puéricultrices. Sans compter les internes, 220 recrutements de médecins sont également programmés.

Les services d'aide à la personne, qui font travailler 60000 personnes dans la région, sont également grands pourvoyeurs d'emplois à l'image d'Aide et A, qui compte 200 auxiliaires de vie entre le Rhône et la Loire. Cédric Nouchi, son gérant, prévoit une centaine d'embauches, « toutes en CDI ! » Pour attirer dans ces métiers, l'entreprise a monté Ingeniors, organisme de formation « accessible à toute personne qui parle français et a le sens du service », détaille-t-il.

500 recrutements chez Keolis

Pas de baisse des besoins non plus dans le secteur des transports en commun. Keolis, l'exploitant du réseau lyonnais, prévoit de recruter plus de 500 personnes dans la métropole. « Essentiellement des postes de conduite de bus et tramway, ainsi que des mécaniciens de maintenance », détaille Ingrid Relave, sa DRH.

Alors qu'elle peinait à recruter les années précédentes, la voilà qui constate les effets de la crise : « Nous recevons plus de candidatures. Des personnes qui ont perdu leur emploi dans la restauration, l'aérien, des autoentrepreneurs, chauffeurs de VTC ou artisans qui envisagent une reconversion dans une entreprise stable où on ne délocalisera pas. »

Ces nouveaux candidats, mais également candidates, passent leur permis de conduire au sein de Keolis pour se réorienter dans la conduite. « Mais cette entreprise, c'est 80 métiers », souligne la DRH. Elle cherche également des agents de maintenance, des contremaîtres et des monteurs de lignes aériennes avec les qualifications adaptées.

Dans le transport encore, la logistique embauche, avec des difficultés à trouver des bras malgré des salaires attractifs. C'est le cas du groupe Charles André (GCA), à Montélimar (Drôme), qui emploie un millier de personnes sur ses dix sites rhônalpins. « Nous recrutons cette année une cinquantaine de personnes à Montélimar, Lyon, Grenoble, Bourg-en-Bresse et Valence, explique son directeur adjoint, Charles Pic, dans les métiers opérationnels comme les conducteurs et les mécaniciens ». Ces derniers doivent de plus en plus être spécialisés dans les véhicules hybrides et électriques.

Autre secteur d'activité en tension, le BTP. Samuel Minot, président de la Fédération du Rhône, s'attend à une année de transition avant un rebond en 2022 : « Les entreprises préparent leurs ressources pour l'an prochain et investissent déjà massivement dans l'apprentissage. »

Maçons, coffreurs, chefs d'équipes…

Mais les métiers du BTP les plus recherchés — électriciens, plombiers, charpentiers, maçons, chefs de chantier, conducteurs de travaux, ingénieurs — séduisent peu les jeunes. C'est le constat effectué par Thierry Paillet, directeur général adjoint du groupe Fontanel, dans le Rhône, qui pourrait recruter 50 personnes pour compléter ses effectifs de 210 salariés.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

« Nous recherchons maçons, coffreurs, chefs d'équipes… tous les métiers de chantier », résume-t-il en mettant en avant « de vraies possibilités d'évolution de carrières » ainsi que « des salaires supérieurs à bien d'autres métiers de l'industrie ». A défaut, le groupe recourt massivement à l'intérim.

Enfin, Cyril Ihssan, chargé de la nouvelle économie à la Confédération des petites et moyennes entreprises du Rhône, relève les performances des nombreuses entreprises du jeu vidéo, ainsi que l'attrait des écoles qui forment ses jeunes professionnels, « un secteur discret, qui surfe pourtant sur une croissance à deux chiffres et recrute ».

Le président régional du Medef, Jean-Luc Raunicher, pointe, lui, « la demande d'experts en cybersécurité et sécurité financière exprimée par les banques » et plus généralement celle des métiers du numérique : « Il y a 10 000 offres d'emploi dans des entreprises de tous secteurs qui se mettent à la digitalisation ! »

Les secteurs et les métiers qui recrutent le plus en Auvergne Rhône-Alpes

Le top 5 des secteurs

1. Commerce de détail

2. Associations

3. Administration

4. Action sociale

5. Commerce de gros

Le top 5 des métiers

1. Magasinage

2. Mécanique

3. Vente

4. Développement informatique

5. Vente

Source Adecco Analytics

Taux de chômage au 3e trimestre 2020 : 7,9%

Evolution du taux de chômage sur un an : +0,6%

Source Insee

> Notre méthodologie

LE TÉMOIN. Ariane apprend son nouveau métier sur le campus numérique

LP/Catherine Lagrange
LP/Catherine Lagrange  

Concentrée sur son écran, au milieu de ses 120 camarades de classe, Ariane Bonnel, 28 ans, a le sourire. En septembre, elle a réussi la sélection de « la piscine », le grand bain dans lequel l' Ecole 42 immerge les candidats à ses formations de développeurs informatique. « Au départ, je n'y connaissais rien, avoue cette professionnelle du secteur médical en recherche de reconversion. J'ai entendu parler de ce métier par un ami. On y fait appel à la logique. J'ai trouvé ça intéressant, je me suis renseigné sur les débouchés et j'ai découvert qu'il y avait une forte demande. »

Ses premiers mois d'« autoformation » à 42, qui laissent les étudiants libres d'avancer à leur rythme, ont conforté Ariane. Dans cette école de codage gratuite lancée par Xavier Niel en 2013 et qui compte aujourd'hui 29 campus dans le monde, elle compte finaliser sa formation en deux ans.

« Ensuite, je pense trouver un poste de développeur dans le milieu médical, il y a suffisamment d'offres pour que je ne sois pas inquiète », déclare-t-elle. Un enthousiasme qu'on souhaite communicatif, alors que les jeunes femmes ne représentent encore que 10 % des effectifs de l'école.

10000 postes peinent à trouver preneurs

Depuis septembre, l'Ecole 42 a pris ses quartiers sur le Campus du Numérique ouvert par la région Auvergne Rhône-Alpes dans le cadre arboré de Charbonnières, près de Lyon. Un concept innovant sur les 10 000 m2 du site ultramoderne dessiné par l'architecte Jean-Michel Wilmotte.

« Huit écoles accueillent 800 étudiants, en formation initiale ou continue, du bac-3 au bac + 6, en alternance ou en apprentissage, et forment à tous les métiers du numérique, résume Juliette Jarry, vice-présidente de la région chargée du numérique. Sans compter les 150 formations labellisées hors les murs. »

On y trouve aussi start-up et sociétés intervenant dans la transformation numérique des entreprises ou encore un démonstrateur des industries du futur. « Il s'agit de répondre aux besoins de recrutements des entreprises », explique-t-elle. En Auvergne Rhône-Alpes, 10 000 postes peinent à trouver preneurs.