Égalité hommes-femmes au travail : Bruno Le Maire favorable à des quotas

Devant la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Économie a fait part de son souhait de passer « à la vitesse supérieure ». Il compte sur une proposition de loi à la mi-mars.

 Archives. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, souhaite accélérer sur l’égalité hommes-femmes au travail, notamment avec une proposition de loi à la mi-mars.
Archives. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, souhaite accélérer sur l’égalité hommes-femmes au travail, notamment avec une proposition de loi à la mi-mars. LP/Olivier Arandel

C'est un nouvel espoir pour les défenseurs de l'égalité hommes-femmes au travail. Lors d'une audition, ce lundi matin, avec la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'est dit favorable à l'instauration de quotas pour favoriser l'accession des femmes à des postes de direction dans les entreprises françaises.

« La France doit se positionner comme nation en avance et non comme nation en retard sur cette thématique, a-t-il déclaré. À compétences égales, les femmes sont toujours payées 10 % de moins que les hommes, c'est tout simplement révoltant ».

Trouvant « infiniment regrettable » qu'une seule femme dirige une entreprise du CAC 40 (Claire Waysand, directrice générale par intérim d'Engie en remplacement d'Isabelle Kocher) et déplorant que les comités de direction ne comptent que 17 % de femmes, Bruno Le Maire a estimé devant la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale qu'il « faut maintenant être capable de passer la vitesse supérieure, et donc de rentrer dans une logique plus ambitieuse qui passe par des quotas ».

Une proposition de loi pour la mi-mars

Pour accélérer, le patron de Bercy souhaite le dépôt d'une proposition de loi à la mi-mars. Il a aussi révélé que « les femmes sont davantage victimes de la crise économique que ne le sont les hommes », et ainsi de plaider pour un texte législatif « très court, très ambitieux, avec un nombre de dispositifs extrêmement limité, mais qui change vraiment la donne ».

Avec les ministres du Travail, Élisabeth Borne, de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Élisabeth Moreno, « nous poussons pour qu'il y ait une proposition de loi qui puisse être déposée dans la semaine du 15 mars », a précisé le ministre de l'Économie.

Ce texte devra, selon l'occupant de Bercy, « tenir compte des points de départs très différents en matière de parité entre secteurs économiques », prenant en exemple la métallurgie d'un côté, qui compte peu de femmes, et les services à la personne de l'autre.