Deux jours de télétravail par semaine maximum : les salariés ont envie de revenir au bureau

Selon une étude de Malakoff Humanis que nous révélons, une majorité des salariés interrogés veulent un équilibre entre travail au bureau et à domicile.

 D’après cette étude, les salariés veulent retrouver leurs collègues trois jours par semaine. (Illustration)
D’après cette étude, les salariés veulent retrouver leurs collègues trois jours par semaine. (Illustration) LP/Arnaud Journois

Le télétravail à plein temps n'est pas l'eldorado des salariés. Alors que le gouvernement demande que l'ensemble des télétravailleurs restent actuellement à la maison, la plupart d'entre eux déclarent au contraire vouloir retrouver leurs collègues trois jours par semaine. Tel est l'un des principaux enseignements de la quatrième édition du baromètre annuel Télétravail de Malakoff Humanis (réalisée en décembre 2020 auprès de 1280 salariés et 300 dirigeants d'entreprise) que nous révélons.

D'après cette étude, l'idéal pour les salariés, c'est deux jours de télétravail par semaine maximum : 19% veulent un jour, 22% deux jours, un chiffre qui chute au-delà. 73% des salariés qui ont répondu à l'étude préfèrent être au bureau s'ils ont des difficultés à résoudre, 46% veulent retrouver des espaces de convivialité et 32% des espaces « où l'on se sent faire partie d'un collectif ».

LIRE AUSSI > Télétravail : le coût peut dépasser 100 euros par mois pour des salariés

« Les salariés sont en train d'essayer de trouver un nouvel équilibre dans leur travail, souligne Anne-Sophie Godon, directrice de l'innovation de Malakoff Humanis. Pour les managers, il va falloir réfléchir au travail de demain, essayer d'organiser le travail en deux temps : celui qu'on va pouvoir faire en collectif et celui qu'on pourra faire seul à la maison », analyse-t-elle.

Les difficultés des managers

Le « travail hybride » serait-il la norme du travail de demain ? C'est la question que soulève cette étude. Les salariés estiment ainsi qu'ils sont plus efficaces à la maison pour réaliser certaines tâches. 74% des télétravailleurs privilégient ainsi le travail à distance pour rédiger et plus de la moitié déclarent être plus concentrés chez eux.

L'étude met aussi en exergue la fatigue des managers par rapport à la situation actuelle. Ils étaient 18% à déclarer rencontrer des difficultés fin 2018 dans la mise en place du télétravail… contre 40% deux ans plus tard ! Enfin, nombre d'entre eux connaissent mal la loi qui prévaut en la matière et notamment l'accord national interprofessionnel sur le télétravail (ANI) où il est question de la prise en charge des frais engagés par le salarié. Seuls la moitié des dirigeants ont en effet entendu parler de l'ANI signé en novembre 2020.