Covid-19 : nouvelle chute des immatriculations de voitures en France pour janvier

Seul signe encourageant, la reprise des ventes des utilitaires légers aux entreprises.

 Grâce aux performances de la marque Dacia, le groupe Renault reprend des couleurs avec une hausse de ses immatriculations en janvier
Grâce aux performances de la marque Dacia, le groupe Renault reprend des couleurs avec une hausse de ses immatriculations en janvier LP/Arnaud Journois

Le marché automobile des véhicules neufs ne parvient à sortir la tête de l'eau. Après cinq mois d'une baisse ininterrompue, l'année 2021 démarre mal.

Les immatriculations des voitures particulières neuves en France ont reculé de 5,85 % en janvier. Selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), il s'est vendu 126 381 véhicules.

Le groupe PSA qui avait plutôt mieux résisté ces derniers mois accuse cette fois-ci une nette baisse de 16,84 % de ses immatriculations en janvier. En revanche, le groupe Renault repasse un peu dans le vert. Grâce à Dacia, les ventes ont légèrement augmenté de 2,05 % par rapport à la même période de 2020.

Du côté des constructeurs étrangers, Volkswagen a vu ses immatriculations progresser de 5,2 %, BMW a connu une augmentation de 1,95 %, Toyota a accusé un repli de 8,3 % et Fiat Chrysler Automobiles a vu ses immatriculations fondre de 18,4 %. « Le marché est encore fragile mais les ventes sont saines », a expliqué François Roudier, porte-parole du CCFA sur BFM Business.

Reprise des ventes des utilitaires

Une lueur d'espoir toutefois. Avec 34 844 immatriculations au mois de janvier, le marché français des véhicules utilitaires légers neufs (moins de 5,1 tonnes) est bien reparti à la hausse de 7,64 %.

Pour les observateurs, il s'agit généralement d'un indicateur avancé sur l'économie. Souvent en cas de crise ou de difficultés économiques, les chefs d'entreprise retardent le renouvellement des véhicules en attendant de passer ce type de période.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

À l'inverse, ce type d'investissement marque une certaine confiance dans la reprise.