AbonnésÉconomie

Covid-19 : les premiers tests antigéniques made in France sont là !

Conçus par Biospeedia et fabriqués à Lyon par Delpharm, ces tests de dépistage sont fiables à 97%.

 Lyon (Rhône), le 27 novembre 2020.  Les nouveaux tests antigéniques 100 %   français sont fournis  aux infirmières  et aux médecins  qui effectuent  les prélèvements.  Les pharmaciens sont aussi habilités à tester.
Lyon (Rhône), le 27 novembre 2020. Les nouveaux tests antigéniques 100 % français sont fournis aux infirmières et aux médecins qui effectuent les prélèvements. Les pharmaciens sont aussi habilités à tester. LP/Catherine Lagrange

A Gerland, le quartier des biotechnologies, dans l'usine lyonnaise des laboratoires Delpharm, les travaux d'installation d'une nouvelle ligne de production entièrement automatisée viennent de se terminer. De cette ligne du sous-traitant pharmaceutique commencent à sortir des kits de tests antigéniques nouvelle génération. Affichant leur résultat en seulement quinze minutes, ils ont l'avantage d'être beaucoup plus rapides que les tests PCR, mais surtout, et c'est nouveau pour des tests antigéniques, ils présentent un taux de fiabilité de plus de 97 % lorsque les tests classiques venus d'Asie affichent une fiabilité de 70 % avec une proportion importante de « faux négatifs ».

Ces nouveaux tests antigéniques viennent d'être mis au point par Biospeedia, pépite française de la biotechnologie, spin-off de l'Institut Pasteur spécialisé dans les tests rapides des maladies infectieuses basé sur le campus santé innovations du CHU de Saint-Etienne (Loire). Pour arriver à ces performances, le nouveau test est réalisé sur prélèvement nasopharyngé. « Parce que la charge virale du nez est beaucoup plus élevée que celle de la salive », résume Julien Tissot, directeur général de Biospeedia. Mais ces tests restent néanmoins plus faciles à effectuer que les PCR, puisque les pharmaciens peuvent directement prendre en charge les patients dans leur officine.

Savoir-faire et compétences

Mais la grande nouveauté de ce test antigénique, désormais marqué CE, est aussi économique. Après avoir conçu son kit en France, Biospeedia a décidé de localiser sa production destinée au marché français et européen entièrement à Lyon. Une première dans une industrie majoritairement basée en Asie. «

Cette décision de réaliser du 100 % made in France s'inscrit dans la stratégie de l'Etat de reconquête de la souveraineté industrielle des produits de santé », explique Julien Tissot. Fabriquer en France est-il vraiment rentable et durable ? Le patron de Biospeedia se veut optimiste. « Nous sommes en train de démontrer que c'est faisable et rentable », assure-t-il. Cela malgré un prix de vente unitaire des tests à 5,50 euros supérieur aux prix des produits asiatiques, mais justifié par une qualité supérieure.

« C'est un projet qui est viable, intéressant économiquement et créateur de valeur », poursuit Julien Tissot. Au-delà d'assurer une part d'indépendance pharmaceutique à la France, cette nouvelle production entraîne effectivement la création d'une trentaine d'emplois, chez Delpharm et chez Biospeedia, sans compter les effets vertueux en amont sur les fournisseurs, français, de machines qui équipent la ligne de production. « On a des préjugés sur les capacités des pays asiatiques à produire en très grand nombre, confie encore le chef d'entreprise. La France a un savoir-faire technique et humain important. »

Après une première production de 100 000 kits, Biospeedia se dit prêt à fournir 750 000 tests à la région Auvergne - Rhône-Alpes, qui veut tester massivement sa population avant les fêtes de Noël.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

Dès janvier, la production made in Lyon pourra grimper à 1 million de tests par mois, avec la possibilité de monter en puissance