Covid-19 : la crise sanitaire creuse encore les inégalités sur la consommation et l’épargne des ménages

Selon une étude du Conseil d’analyse économique, les 20 % des ménages les plus modestes n’ont pas réussi à épargner plus que d’habitude entre mars et août et ils sont même globalement endettés.

 La consommation a connu un coup d’arrêt brutal pendant le confinement avant de repartir pendant l’été.
La consommation a connu un coup d’arrêt brutal pendant le confinement avant de repartir pendant l’été.  LP/Aurélie Audureau

Le Conseil d'analyse économique (CAE), un organisme rattaché à Matignon qui a eu accès aux transactions effectuées par carte bancaire et au suivi des comptes en banques de 300 000 ménages a pu effectuer une photographie précise de l'attitude des ménages en matière de consommation et d'épargne entre le mois de mars et le mois d'août.

Sans surprise, les données de cartes bancaires ont permis d'observer une chute brutale de la consommation pendant la période du confinement à partir de la mi-mars et jusqu'à la mi-mai, avec une baisse de 6,3 points par rapport à la même période de l'an passé.

Après le déconfinement cette chute a été stoppée avec une reprise significative pendant l'été avant de retomber actuellement. Une chose est certaine, face aux incertitudes, les ménages ont délaissé les achats de biens durables comme l'automobile pendant cette période. Cependant, l'annonce d'une prime à l'achat dans ce secteur a toutefois relancé un peu la machine.

Néanmoins, les dépenses pour la restauration ou les loisirs restent toujours sinistrées. À l'inverse, les services informatiques ont vu leur consommation augmenter entre 13 et 24 % pendant cette période.

Pour le CAE, en France, la mise en place de mesures pour soutenir le pouvoir d'achat des ménages comme les mesures de chômage partiel ont permis une plus forte reprise de la consommation à la fin du confinement par rapport à d'autres pays comme le Royaume-Uni. Même si le pouvoir d'achat des Français doit diminuer de 0,5 % en 2020.

Les plus riches ont pu épargner

Autre point important, les Français ont pu massivement épargner depuis le début du confinement. Le CAE table sur 50 milliards d'euros quand d'autres estiment que l'on est plus proche des 80 milliards d'euros.

Selon le CAE, cette épargne a surtout été placée sur les livrets d'épargne qui malgré les taux faibles restent relativement liquides et défiscalisés. En grande partie, cette épargne a permis aux ménages de solder certains emprunts passés. Mais derrière cette donnée générale se cache une grande disparité.

VIDÉO. Bruno Le Maire : « Deux ans pour que la France retrouve son niveau économique de 2019 »

Les 10 % des ménages qui avaient le plus consommé en 2019 sont à l'origine de plus de 50 % de l'épargne accumulée pendant la crise ! Et près de 70 % du surcroît de l'épargne a été le fait par les 20 % des ménages les plus aisés.

À l'inverse, les ménages les plus pauvres ou dont les revenus proviennent d'un CDD et de l'intérim ont pendant cette période été obligés de puiser dans leurs réserves ou à s'endetter davantage.

Selon les économistes du CAE, pour éviter que les inégalités se creusent encore plus, il est nécessaire de mettre en œuvre des dispositifs pour les ménages les plus modestes. La réponse, peut-être, samedi prochain avec de nouvelles mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté ?