Covid-19 : l’ouverture des commerces le dimanche menacée ?

Saisie par la CGT, le tribunal a suspendu ce samedi l’arrêté de la préfecture du Puy-de-Dôme qui rendait possible l’ouverture des commerces le dimanche, en raison du Covid-19 et de l’instauration du couvre-feu.

 Les syndicats redoutent une généralisation de l’ouverture le dimanche avec le Covid-19.
Les syndicats redoutent une généralisation de l’ouverture le dimanche avec le Covid-19. LP/Delphine Goldsztejn

« Plusieurs magasins ont décidé de braver l'interdiction. Les militants syndicaux seront toute la journée de dimanche à effectuer des contrôles dans les différentes zones commerciales du département. » C'est une journée sur la route qui attend les militants de la CGT 63, qui publient ce message sur Facebook. Le syndicat a obtenu, samedi, par le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, la suspension de l'ouverture des commerces le dimanche dans le Puy-de-Dôme, qui avait été permise par le préfet invoquant le Covid-19 et le couvre-feu à 18 heures.

Ce dernier, « qui ne fait état d'aucun élément nouveau dans l'appréciation de la situation » a « de nouveau porté une atteinte grave et manifestement illégale au droit à la vie et au droit au repos des salariés ainsi qu'à la protection sanitaire de la population du Puy-de-Dôme au mois de janvier 2021 », a considéré le tribunal dans son ordonnance, dont l'AFP a obtenu une copie.

Jeudi, la préfecture justifiait son choix de permettre aux commerces d'ouvrir pour les quatre dimanches à venir. « Le premier (objectif) est d'éviter un afflux de personnes important dans les commerces et sur la voie publique durant la période des soldes », avec le couvre-feu qui « augmente la probabilité d'une concentration importante de personnes ».

« Le second objectif est de permettre aux commerçants, durement touchés par la crise financière, de limiter les pertes financières avec cette période des soldes », continuait la préfecture, dont un premier arrêté similaire avait été suspendu le 9 janvier.

72 départements autorisent l'ouverture le dimanche

Cette décision pourrait-elle faire boule de neige? Nombre de départements ont en effet permis aux commerces d'ouvrir au moins tous les dimanches de janvier, invoquant, comme le Puy-de-Dôme, le couvre-feu et le Covid-19. « Cette extension, du jour au lendemain et en dehors de tout cadre légal, du travail de nuit et dominical pose des problèmes grandissants aux salariés concernés, déjà éprouvés par la crise du coronavirus », avait déjà alerté, mercredi, dans un communiqué la fédération SUD Commerces et services.

En Loire-Atlantique, la préfecture a pris un arrêté, mardi, autorisant les commerces à ouvrir les dimanches 24 et 31 janvier, « considérant les conséquences économiques des mesures mises en place dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire » qui avaient obligé les magasins à fermer boutique. Un arrêté similaire a été pris en Vendée, dans la Meuse, dans le Morbihan, dans le Lot-et-Garonne ou encore en Alsace. Selon France Info, 72 départements ont permis aux commerçants d'ouvrir le dimanche. Pour l'heure, l'arrêté a seulement été attaqué dans le Puy-de-Dôme.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

« On n'a même plus de jour de repos, on travaille 7 jours sur 7, déplorait en milieu de semaine, auprès de l'AFP, Dejan Terglav, secrétaire général de la FGTA-FO. Ces salariés, comme les autres, ont besoin de s'aérer l'esprit, de passer du temps en famille. » Et le syndicaliste d'ajouter : « C'est une façon un peu déguisée de normaliser quelque chose qui devrait rester exceptionnel. »