AbonnésÉconomie

Covid-19 : comment les restaurants pourraient rester ouverts dans les zones d’alerte maximale

Les organisations professionnelles présentent ce vendredi de nouvelles mesures sanitaires au gouvernement pour le convaincre de laisser les établissements continuer leur activité, même dans les zones d’alerte maximale.

 Les organisations professionnelles doivent présenter au gouvernement de nouvelles mesures, dont la prise de température des clients et des salariés à l’entrée des restaurants.
Les organisations professionnelles doivent présenter au gouvernement de nouvelles mesures, dont la prise de température des clients et des salariés à l’entrée des restaurants. AFP/Bryan R. Smith

Le rendez-vous de la dernière chance? Alors que Paris se rapproche du seuil d'alerte maximale et que les professionnels de la restauration redoutent une fermeture de leurs établissements, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a ouvert la porte à la possibilité de garder les restaurants ouverts. Mais à condition que des protocoles sanitaires renforcés soient proposés et adoptés par la profession. Selon nos informations, les organisations professionnelles — Umih (Union des métiers de l'industrie hôtelière) et GNI-Synhorcat en tête — doivent être reçues dès ce vendredi pour présenter au gouvernement de nouvelles mesures.

Parmi elles, la prise de température des clients comme des salariés à l'entrée des établissements, la généralisation d'un carnet de rappel (dans lequel seraient consignées les coordonnées des clients), la baisse du nombre maximal de clients par table de 10 à 8. Et enfin, le règlement de l'addition par les clients à table. « Vendredi, même si rien n'est gagné, nous allons tout faire pour que nos établissements ne soient pas fermés », plaide Didier Chenet, le président du GNI-Synhorcat.

L'avenir sombre des bars

« Nous avons bon espoir », estime de son côté un porte-parole de l'Umih. Si le Haut Conseil pour la santé publique validait ces propositions, les établissements pourraient rester « tout ou partie » ouverts même dans les zones d'alerte maximale au Covid-19, a confirmé Olivier Véran. Ces nouvelles règles pourraient aussi s'appliquer à la métropole d'Aix-Marseille et à la Guadeloupe, déjà en alerte maximale et où les restaurants ont portes closes.

VIDÉO. « Pas de traitement différencié » entre Paris et Marseille, assure Véran

Si le sort des restaurants est incertain, celui des bars est assurément plus sombre : en cas d'alerte maximale, ils seront fermés, a dit en substance le ministre. « Comme les gens y sont souvent debout, le dossier est plus délicat », reconnaît un négociateur. Les trois jours à venir seront donc cruciaux pour la profession. « En cas de faillites multiples, si l'on intègre les cafés, les hôtels et les restaurants, ce sont 200000 emplois sur un million qui seraient menacés d'ici à la fin de l'année », alerte l'Umih.