Coût du télétravail : la lente mise en place du forfait entreprise pour les salariés

Peu d’employeurs dédommagent financièrement leurs salariés qui travaillent chez eux. En revanche, l’installation d’un matériel adéquat est plus répandue.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Simple à mettre en place, le «forfait télétravail» – établi selon le barème de l’Urssaf et exonéré de charges sociales pour l’employeur – reste rare dans les entreprises.
Simple à mettre en place, le «forfait télétravail» – établi selon le barème de l’Urssaf et exonéré de charges sociales pour l’employeur – reste rare dans les entreprises. LP/Fred Dugit

Pour Pierre Dubuc, la décision allait de soi. En septembre, lorsqu'il a mis en place la possibilité pour ses 300 salariés de télétravailler 5 jours sur 5 de façon permanente, le PDG de la plate-forme de formation en ligne Open Classrooms a accompagné cette mesure par le versement d'un forfait : de 10 euros par mois (pour 1 jour de télétravail par semaine), à 50 euros par mois pour ceux qui ne mettent plus un pied au bureau. « Une évidence » pour compenser les frais liés au travail à domicile, affirme le dirigeant qui y a ajouté une clause écologique : « Au-delà de 20 euros, le salarié doit signer une charte de développement durable et s'engager à recycler les déchets, à économiser l'eau… »

LIRE AUSSI > Télétravail : le coût peut dépasser 100 euros par mois pour des salariés

Simple à mettre en place, ce « forfait télétravail » – établi selon le barème de l'Urssaf et exonéré de charges sociales pour l'employeur – reste encore rare dans les entreprises. Selon une étude réalisée fin 2020 par le cabinet de conseil en ressources humaines ConvictionsRH, 32% des organisations qui accordent une aide à leurs télétravailleurs l'ont fait de manière financière. La majorité d'entre elles (87%) privilégient d'abord l'équipement matériel.

Souris verticales, chaises confortables et fibre optique

Fondatrice de Priorités patrimoine, entreprise de conseil en patrimoine à Paris (XVIIe), Delphine Padovani avoue ne pas s'être posée la question d'un éventuel remboursement des frais engagés par ses 7 salariés à leur domicile. « J'ai maintenu les tickets-restaurants et le remboursement du passe Navigo, ce qui représente une économie pour eux. Dans une telle période, je pense que si on arrive à maintenir l'activité et à ne mettre personne au chômage partiel c'est déjà extraordinaire. En revanche j'ai pris les devants en matière d'équipement : j'ai proposé à chacun de bénéficier d'un double écran, et j'ai investi dans l'achat de souris verticales et de chaises confortables. »

Coût du télétravail : la lente mise en place du forfait entreprise pour les salariés

Chef d'entreprise à Versailles (Yvelines), et président du réseau Yvelines Business Club, Laurent Garma n'a lui non plus pas regardé à la dépense pour ce qui est du matériel informatique. « Nos neuf collaborateurs ont l'habitude de travailler avec deux écrans, car ils utilisent plusieurs logiciels en même temps. A la maison leur propre matériel s'est vite révélé insuffisant », résume le patron de Trianon Echangeur, une entreprise spécialisée dans la récupération de chaleur. « J'ai donc investi dans des écrans fixes et des ordinateurs portables pour 5 d'entre eux. »

Et comme tous ne disposent pas d'une connexion Internet suffisante, Laurent Garma a fait installer la fibre chez 3 de ses employés et prend en charge le coût de leur box (50 euros par mois). « Je ne le vois pas comme une charge, mais comme un investissement. En mettant mes salariés dans les meilleures conditions possibles, je sais que j'y serai gagnant en termes de productivité », affirme le patron qui liste aussi d'autres frais engagés, comme « l'embauche d'un directeur des ressources humaines à temps partiel (3000 à 4000 euros par mois) » pour accompagner ses salariés sur les questions clés du travail à la maison.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

En plus du forfait télétravail, Pierre Dubuc, chez Open Classrooms, a aussi investi près de 100 000 euros en matériel (clavier, souris, webcam, bureau ou chaise de travail) en 2020. « Ce sont des mesures très appréciées des salariés », précise le dirigeant, qui espère générer des économies à l'avenir en louant ses bureaux inutilisés.