Soldes : des bonnes affaires… mais pas partout

Alors que la période des soldes d’hiver a débuté ce mercredi, les clients pourront profiter des nombreux bons plans dans le secteur de la mode. Cependant, les rabais seront moindres pour les produits high-tech.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Les promotions affichées sont déjà très fortes dans le secteur de la mode et de la beauté, très impacté par la crise du Covid.
Les promotions affichées sont déjà très fortes dans le secteur de la mode et de la beauté, très impacté par la crise du Covid.  LP/Arnaud Journois

Reportées de deux semaines, les soldes d'hiver ont débuté ce mercredi matin dans une France sous couvre-feu à 18 heures et un contexte sanitaire toujours aussi tendu. Si les commerçants se montrent inquiets, les consommateurs semblent, eux, à l'affût des bons plans. « Pour l'instant, le trafic sur notre comparateur en ligne est du même niveau que l'an dernier pour le premier jour des soldes », assure Anna Perret, porte-parole du comparateur Idealo, qui estime que les clients vont plutôt fréquenter les sites marchands et moins se rendre dans les boutiques « vu le contexte ».

Déjà du -70% dans le textile et la beauté

Même si la fréquentation en magasin « n'a rien d'extraordinaire pour un premier jour des soldes », confirme Elisabeth Cony, fondatrice de Madame Benchmark et experte en plan d'actions commerciales des enseignes, les promotions affichées sont déjà très fortes. C'est particulièrement vrai chez les spécialistes de la beauté (Marionnaud, Yves Rocher…) et surtout de la mode, fortement impactés par la crise sanitaire et où les stocks sont élevés. « Que ce soit La Halle, Kiabi, Gémo ou encore C&A, nous sommes déjà sur des réductions qui vont jusqu'à -70% », souligne ainsi l'experte.

Dans certaines enseignes (Tape-à-l'œil) ou pour certaines marques (Pepe Jeans), c'est même l'ensemble des produits en vente qui sont en promotion. D'autres (Camaïeu, Vertbaudet…) n'ont pas hésité non plus ce mercredi à ajouter aux réductions déjà affichées des « codes promo » supplémentaires (de 10% souvent) à partir de deux ou trois articles achetés.

Une opération qui ne manquera pas d'être renouvelée si les stocks ne partent pas assez vite. Car avec le télétravail, le couvre-feu (et le peu d'occasions pour sortir) et les incertitudes qui pèsent sur les prochaines vacances d'hiver, « il y a moins d'attente de la part des consommateurs autour des articles fashion et sur les produits et équipements pour les sports d'hiver », signale Hugues de Buyer-Mimeure de Dealabs, un site communautaire de bons plans.

Plus de demandes sur les produits high-tech…

Pour cette édition, les Français, toujours désireux d'améliorer leur intérieur dans cette période si particulière, suivent plutôt de près l'électroménager et le high-tech, des secteurs qui ont tiré leur épingle du jeu en 2020. C'est ce que constate notamment Mathieu Guffens, fondateur de « Mosc », une application qui avertit le consommateur lorsque le prix du produit de ses rêves, placé dans un panier virtuel, bouge. « Dernièrement, les utilisateurs français de Mosc ont notamment rajouté des articles de bricolage, de l'électroménager ou encore de sports, notamment de course à pied ou de vélo », affirme-t-il en signalant qu'il s'agit là « d'articles d'une certaine valeur, supérieure à 50 euros ».

Un constat partagé par le comparateur en ligne Idealo : « Parmi les articles les plus surveillés, on retrouve le high-tech, les produits de loisirs et le gros électroménager soit les smartphones, téléviseurs, processeurs, consoles, aspirateurs sans fil et écouteurs/casques », détaille Anna Perret.

… mais des offres moins alléchantes

Or, même si les enseignes de l'équipement de la maison ou d'électroménagers comme But, Conforama, Darty et Boulanger annoncent des réductions allant jusqu'à 50 ou 60%, « certains de ces articles — les plus demandés — font moins l'objet de promotions », regrette la porte-parole d'Idealo, en donnant ainsi l'exemple des « cartes graphiques, victimes de leur succès et dont les prix demeurent assez élevés ».

« C'est assez frustrant d'ailleurs de constater qu'il n'y a pas beaucoup de bons plans dans les catégories les plus attendues, comme les barres de son, les téléviseurs, les consoles et tout ce qui est informatique, soupire le fondateur de Dealabs. Nous n'avons pas le même panel de choix que lors du Black Friday. » Soit parce que la demande est encore si forte autour de ces produits qu'il « n'y a pas besoin de faire des prix pour les écouler, soit parce que les stocks ne sont plus là », poursuit-il, en signalant notamment « des soucis d'approvisionnement, de production et d'acheminement » qui impactent la disponibilité dans plusieurs catégories.