Réductions, dons… Casino lance des offres spéciales en faveur des étudiants

Après Picard en janvier, puis Intermarché, c’est au tour de Casino d’aider les étudiants. Selon nos informations, l’enseigne va leur proposer des remises dans l’espoir aussi de recruter de nouveaux clients. Tour de piste des initiatives en cours.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Jusqu’au 30 juin 2021, les étudiants se verront proposer une réduction de 10 % sur tous les produits de la marque Casino.
Jusqu’au 30 juin 2021, les étudiants se verront proposer une réduction de 10 % sur tous les produits de la marque Casino. Casino

Les étudiants en difficulté font l'objet de toutes les attentions de la part des enseignes. Après Intermarché la semaine dernière, c'est Casino qui, selon nos informations, a décidé de faire un geste à destination de ce public fragile. « Nous sommes partis du constat qu'ils sont en grande précarité financière et en plein désarroi, d'où l'idée de leur proposer un système d'aide dans l'urgence mais également pérenne », nous annonce Melek Kocabicak, la directrice RSE et communication des enseignes Casino.

Première décision du distributeur : depuis samedi 6 février, et jusqu'au 30 juin 2021, les étudiants se voient proposer une réduction de 10 % sur tous les produits de la marque Casino, soit quelque 10 000 références (alimentaires ou non) et dans tous les magasins de l'enseigne (Géant, supermarchés et supérettes). Afin de bénéficier de cette offre, il faudra présenter sa carte d'étudiant, mais aussi télécharger l'application Casino Max.

Deuxième initiative à compter de ce mercredi 10 février (et jusqu'au dimanche 14 février) : lors de leur passage en caisse, les clients pourront acheter des bons de 2, 5 ou 10 euros, correspondant à un, trois ou six repas complets. Ces dons seront reversés aux antennes régionales des Banques alimentaires, qui offriront ensuite des repas à ces jeunes. Toujours dans le même esprit, les clients de l'enseigne pourront acheter des paniers repas (d'une valeur de 5 euros) remis ensuite aux Banques alimentaires.

VIDÉO. Distribution alimentaire : « La crise a doublé le nombre de bénéficiaires » chez les étudiants

Cette action de Casino intervient après celle de Picard qui avait ouvert le bal en janvier en proposant à ses clients d'arrondir leur addition à l'euro supérieur pour financer l'association Agoraé, une épicerie solidaire pour étudiants. Début février, c'était Intermarché qui leur proposait un bon d'achat de 10 euros pour 20 euros dépensés, alors que Michel-Edouard Leclerc a annoncé pour fin février d es paniers repas à moins de deux euros à leur intention.

Fidéliser de nouveaux clients

« En fait, depuis le début de la crise, les enseignes suivent les évolutions de pouvoir d'achat et ciblent les publics prioritaires, qu'il s'agisse des soignants, des producteurs locaux, des étudiants », rappelle Elisabeth Cony, la fondatrice de Madame Benchmark, experte en plan d'actions commerciales des enseignes. Le « créneau » des étudiants, cette fois, les intéresse d'autant plus que ces opérations de générosité permettent, aussi, de recruter une clientèle aussi volatile qu'intéressante car ayant… la vie devant elle : « Ces opérations sont gagnant-gagnant, confirme-t-elle. En échange de remises réelles, les enseignes tentent souvent de recruter de nouveaux clients ».

Si Système U et Carrefour n'ont à ce jour pas communiqué de plan national, ils pilotent aussi des initiatives locales comme dans ce Carrefour de Chambourcy (Yvelines) qui distribue aux étudiants de 800 à 1 200 produits par jour via l'association Cop'1. Ou le Super U de Lyon 6 qui a offert des paniers de nourriture à 400 jeunes en difficulté.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Des restaurateurs, aussi, se sont retroussé les manches. C'est le cas du Reflet, à Paris, dont le patron et les sept salariés travaillent bénévolement pour proposer des repas à un euro symbolique aux étudiants. Ou du Ad'Hoc Café à Amiens, dont les 14 employés travaillent, là aussi sans être payés, pour offrir des repas gratuits aux jeunes. Ces restaurateurs altruistes voulaient redevenir « essentiels » ? C'est gagné.