Produits végétariens : payer plus cher ne vous garantit pas une meilleure qualité

Les meilleurs produits véganes ou végétariens ne sont pas forcément les plus chers, tant s’en faut, et pour des articles similaires, l’association CLCV a pointé de grandes différences tarifaires. Bref, c’est la jungle.

 Des steaks de soja plus cher que les steaks de bœuf ? C’est un des constats étonnants qu’a dressé la CLCV dans son étude.
Des steaks de soja plus cher que les steaks de bœuf ? C’est un des constats étonnants qu’a dressé la CLCV dans son étude.  DR

Plus de 90 plats à base de produits végétaux analysés, seize drives visités, trois mois d'enquête entre avril et juin… alors que les produits végétariens ou vegan se multiplient dans les rayons de nos supermarchés, l'association CLCV (Consommation, Logement et Cadre de vie) s'est penchée sur une question sensible : que valent ces produits de plus en plus prisés, d'un point de vue nutritionnel bien sûr, mais aussi en termes de tarifs ?

Si le bilan nutritionnel peut être amélioré, estime la CLCV, le plus surprenant de cette enquête concerne les tarifs. Le premier constat décoiffe : il n'y a pas de lien entre le prix et la qualité nutritionnelle des produits. En clair : payer plus cher ne vous garantit pas d'avoir un steak végétal ou une galette au soja de meilleure qualité! Bien au contraire même, pointe la CLCV : « plus les produits sont chers, plus on a tendance à avoir un Nutri-Score faible et un faible nombre d'ingrédients d'origine végétale », remarque Lisa Foulet, chargée de mission à la CLCV. Dans cette vaste anarchie, une seule certitude : globalement, les galettes végétales sont à la fois meilleures et moins chères que les produits panés (respectivement 14 euros et 16 euros le kilo).

De 12 à 25 euros pour des produits panés

Deuxième constat : pour un même produit, les différences de prix peuvent varier… quasiment du simple au double ! C'est ainsi que les steaks au soja Carrefour Veggie s'affichent à 10,50 euros le kilo, contre 18,40 euros le kilo pour les steaks gourmands soja, poivre et persil de la marque Herta. Autre exemple : les nuggets veggie toujours de chez Carrefour sont à 9,88 euros le kilo, et ceux d'Intermarché à 11,03 euros le kilo, contre 15,25 euros le kilo pour leurs homologues de chez Franprix et même 21,88 pour les nuggets de Sojade.

Si ces différences de prix sont importantes entre produits « classiques », le grand écart est tout aussi impressionnant quand on compare un produit traditionnel avec son homologue bio. Le prix au kilo des galettes bios est ainsi de 17 euros, contre 12 euros pour des galettes « normales ». Pis, pour les produits panés, on passe de 12 à 25 euros le kilo. « Certes, reconnaît la CLCV, ces différences s'expliquent en partie par le coût de la recherche ou des ingrédients plus onéreux… mais l'écart reste énorme ».

Dernier constat enfin, qui ne lasse pas de surprendre : quand on compare un steak au soja avec un steak de bœuf à 15 % de matière grasse - les deux ayant la même teneur en protéine -, le kilo de steak végétal est à 13 euros, contre 10,50 euros pour son homologue animal… « sachant que la viande est déjà considérée comme chère par les consommateurs, vous ne les convaincrez pas de la remplacer par des produits encore plus chers, qui plus est souvent transformés, et plein d'eau voire d'additifs », alerte Lisa Faulet.

Faire ses repas soi-même revient bien moins cher

Sollicitée, la marque Sojade, qui a arrêté récemment la commercialisation de ce produit, explique que la matière première de ses nuggets était du tofu, et non du blé (moins cher) comme ses concurrentes, et que le soja était « 100 % français et bio ». Le groupe Nestlé, maison mère d'Herta, précise qu'en comparant « notre liste d'ingrédients à celle du produit Carrefour, on peut constater que les recettes sont significativement différentes ». Sollicitée, enfin, l'enseigne Franprix ne nous a pas répondu.

Pour éviter les mauvaises surprises, l'association CLCV conseille de bien regarder la composition des produits sur les étiquettes; de comparer, à produits équivalents, les prix au kilo, mais aussi… de faire ses repas soi-même quand on le peut : « faire une galette au quinoa, c'est bien meilleur car il n'y a pas d'additif, et cela revient moins clairement cher », conclut Lisa Foulet.