Box à cuisiner : Quitoque, Quitoque Go, Les Commis... six sites au banc d’essai

Quitoque, Quitoque Go, Les Commis, Rutabago, Foodette, Hellofresh… Start-ups ou multinationales, elles vous livrent ingrédients et recettes à réaliser pas à pas. Et ensuite, à vous de jouer !

 Toutes les box proposées fonctionnent au nombre d’assiettes commandées, l’addition étant dégressive au fur et à mesure que l’on sélectionne un nombre élevé de repas.
Toutes les box proposées fonctionnent au nombre d’assiettes commandées, l’addition étant dégressive au fur et à mesure que l’on sélectionne un nombre élevé de repas. Rutabago

Vous n'avez aucune envie de passer deux heures dans un supermarché à faire vos courses ? Vous voudriez renouveler vos recettes ? Alors lancez-vous dans le monde merveilleux des box à cuisiner, qui ont le vent en poupe depuis la rentrée. « Non seulement, elles sont une alternative aux courses et vous font gagner un temps précieux, plaide Etienne Boix, le cofondateur et dirigeant de Quitoque, le leader du marché, mais vous retrouverez le plaisir de cuisiner », promet-il.

Et vous varierez aussi les plaisirs : « Alors qu'une famille tourne sur 9 recettes en moyenne, nous en proposons 300 nouvelles par an ! » s'engage Olivier Tangopoulos, le fondateur de Foodette. Et d'ajouter : « Récemment, un client m'a dit : Grâce à vous, j'ai enfin tourné le dos aux dîners pain de mie-fromage à tartiner. » « Et puis, pas de gaspillage : à la fin de la semaine, il n'y a pas de restes dans le frigo », argumente pour sa part Cyril Francin, le fondateur de Les Commis.

Box à cuisiner : Quitoque, Quitoque Go, Les Commis... six sites au banc d’essai

Point commun : une addition dégressive

Toutes les box proposées fonctionnent au nombre d'assiettes commandées, l'addition étant dégressive au fur et à mesure que l'on sélectionne un nombre élevé de repas. Toutes proposent également un système d'abonnement souple : vous pouvez souvent mettre en pause votre commande pour la semaine d'après - légère prime aux Commis, qui offrent une visibilité sur 5 semaines, avec stop-and-go possible.

La plupart de ces sites ont également une épicerie en ligne, qui permet de commander, gâteaux, pain, paniers de fruits frais, voire petits pots pour bébés (comme chez Rutabago). Enfin, ce secteur aiguisant les appétits, beaucoup de petits se sont fait racheter, comme Quitoque par Carrefour, Foodette par Aquarelle, tandis que Rutabago, « 100% bio », a signé un partenariat avec Biocoop.

Signalons dans ce paysage morcelé le poids lourd Hellofresh qui, avec ses 5000 salariés, a distribué 149 millions de repas au deuxième trimestre 2020 !

Tarifs et délais de livraison variables

Les différences entre les uns et les autres portent tout d'abord sur les tarifs, mais aussi sur les délais de livraison, voire sur les créneaux : chez Hellofresh, il faut payer un supplément pour avoir un créneau de deux heures. Quitoque Go convient à ceux qui veulent se décider au dernier moment, puisqu'il est possible d'être livré 48 heures après la commande.

Sans surprise, les différences se font ensuite sur les prix. A cette aune-là, Quitoque Go, qui annonce 30% de moins que Quitoque grâce à des recettes simplifiées et des partenariats avec de grandes marques, paraît effectivement très raisonnable, tout comme le leader mondial Hellofresh, à ceci près que ce dernier ajoute moult suppléments, parfois élevés (2 à 4 euros par portion), pour ses menus dits « premium » ou « festin » : pour des tagliatelles à l'encre de seiche et au porc, ou un filet mignon, vous payerez un supplément. « En gros, dès qu'ils mettent de la viande ou du poisson, ils facturent plus », grince un concurrent, agacé par ce géant coté en Bourse qui refuse de dire quel pourcentage de ses produits vient de France - une partie provient de la plate-forme néerlandaise d'Hellofresh.

Légumes de saison pour tous

En fait, comparer les prix stricto sensu n'a que peu de sens, tant les engagements des uns et des autres diffèrent. Tous, peu ou prou, revendiquent des légumes de saison. Mais les Commis vont plus loin en annonçant des produits 100% français, et le seul à avoir le label AB (agriculture biologique) est Rutabago. Sans surprise, ceux qui proposent du bœuf de l'Aubrac ou du quinoa bio d'Anjou facturent plus cher - tout est donc question de priorité pour le consommateur.

Enfin, si ces formules étaient auparavant réservées aux cadres supérieurs évoluant en milieu urbain, tous ces petits et grands sites pointent une démocratisation de cette nouvelle façon de consommer. « Nous pensions avoir beaucoup de Parisiens et, en fait, la répartition géographique est très équilibrée », confirme Younes El Hajjami, le cofondateur de Rutabago.