Commerces «non essentiels» : les députés LR proposent une «attestation» hebdomadaire

Il s’agirait de pouvoir se rendre une fois par semaine dans plusieurs boutiques en utilisant l’application TousAntiCovid.

 Paris, le 3 mars. Damien Abad, député LR, s’exprime à l’Assemblée nationale.
Paris, le 3 mars. Damien Abad, député LR, s’exprime à l’Assemblée nationale. LP/Olivier Corsan

Les conditions du confinement continuent de faire débat concernant les petits commerces. Le chef de file des députés LR, Damien Abad, a ainsi proposé ce mardi de rouvrir les commerces de proximité non essentiels en permettant aux clients de s'y rendre « une seule fois par semaine ». Ils utiliseraient une « attestation » obtenue avec l'application gouvernementale TousAntiCovid.

Le téléchargement de cette attestation sur l'application, « une seule fois par semaine », permettrait de la « régulation » et du « contrôle » pour « maîtriser les flux de population », selon le député de l'Ain. « Le sujet n'est pas les règles sanitaires, elles sont respectées. Le sujet, c'est comment je maîtrise les flux de population », a-t-il estimé lors d'un point presse à l'Assemblée.

Cette attestation hebdomadaire servirait à faire ses courses dans « tous les commerces non essentiels comme les librairies, les fleuristes, les magasins de jouets ». Elle permettrait de se rendre dans plusieurs magasins le même jour, mais durant une durée totale limitée, a suggéré Damien Abad.

Autorisation préfectorale préalable

Le patron des députés LR considère que cette proposition serait « rentable » pour les commerçants si elle est cumulée aux aides, au système en ligne de « click and collect » ou aux rendez-vous avec des clients.

La réouverture des commerces de proximité, proposée par LR, serait soumise à une « autorisation des préfets comme on l'a fait pour les marchés alimentaires », réclame-t-il encore. « Car ce n'est pas la même chose d'ouvrir un commerce en centre-ville à Paris ou dans un village de 500 habitants ».

Dans les autres groupes politiques, le communiste Sébastien Jumel a regretté le « déconfinement pour Amazon qui se gave sans être taxé », tandis que c'est un « confinement pour les commerces de proximité ». Les députés PCF voudraient taxer les grandes surfaces et les plateformes.

L'UDI Jean-Christophe Lagarde juge, lui, « incohérentes les mesures prises. Seules les universités et les commerces de proximité sont fermés en fait. Or quand on touche un produit alimentaire, on a plus de chance d'être contaminé que quand on touche un vêtement », selon lui.