AbonnésÉconomie

Ces 160 jouets que vous ne trouverez ni en grande surface ni sur Amazon

Pour riposter à la concurrence d’Amazon et des grandes surfaces, les enseignes spécialisées dans le jouet se sont regroupées pour proposer dans leurs magasins respectifs 160 jouets en exclusivité.

 Vous ne trouverez pas en ligne la gamme chantier de Playmobil, les «Cry babies magic tears» dorés ni le jeu de société «Harry Potter - le tournoi des trois sorciers».
Vous ne trouverez pas en ligne la gamme chantier de Playmobil, les «Cry babies magic tears» dorés ni le jeu de société «Harry Potter - le tournoi des trois sorciers». LP/Arnaud Journois

Si votre enfant a déjà inscrit dans sa liste au Père Noël « le camion de chantier avec benne » de Playmobil, les « Cry babies magic tears » de couleur dorée ou encore le jeu de société « Harry Potter - le tournoi des trois sorciers », ne les cherchez dans votre hypermarché ou sur les spécialistes d'Internet de type Amazon. Vous trouverez ces articles uniquement dans les enseignes de jouet.

A l'occasion de ce Noël 2020, ce sont ainsi 160 jouets des plus grandes marques (Hasbro, VTech, Lego, SpinMaster, Bandai, Playmobil…) qui sont proposés exclusivement chez Joué Club, King Jouet, La Grande Récré, PicWicToys, Jouets Sajou et MaxiToys. Ces six enseignes se sont associées depuis mars 2019 dans un groupement d'intérêt économique baptisé GIE-CSJ (pour commerces spécialistes de jouet) afin de proposer ensemble une « offre différenciante » avec ce logo « le coup de cœur des spécialistes du jouet ». Négocier des exclusivités une pratique courante chez n'importe quel distributeur, mais il est rare que plusieurs enseignes, normalement concurrentes, s'unissent pour le faire.

Faire venir les consommateurs dans les boutiques de jouets

« C'est une première mondiale. Le groupement est ainsi le premier réseau européen des spécialistes du jouet. Il représente 900 magasins environ, soit environ 40 % des parts de marché », explique Alain Delsol, directeur commercial du groupement. L'objectif? « Créer la différence en proposant des gammes plus larges, des offres de prélancement et des avant-premières afin de faire revenir les clients chez les spécialistes, détaille-t-il. On le sait, la concurrence est très forte dans ce secteur avec les pure-players ( NDLR : uniquement en ligne ) – Amazon notamment - mais aussi au moment de Noël, les hypermarchés. »

Il a ainsi fallu déterminer en amont quels seraient les produits phares de la saison avant de négocier avec les fabricants pour obtenir une commercialisation en exclusivité. « C'est un pari évidemment, certains seront des succès et partiront vite. D'autres un peu moins », dit-il en misant notamment sur les « Cry babies » — ces mini-poupées à collectionner — qui ont déjà bien démarré. « Nous avons d'ailleurs l'exclusivité de cette nouvelle gamme, la dorée, jusqu'à fin août 2021 », indique-t-il avant de citer aussi la maison des Weasley en Lego qui est « déjà un succès. »

Pas d'entente sur les prix

« Nous proposons à la fois des produits très marketés, comme les Tut Tut Cory bolides de V-tech avec six références au total rien que chez nous et qui ont fait l'objet d'une grande campagne de publicité sur Netflix mais aussi des produits différents comme la Barbie coffret gymnastique ou ceux dont la jouabilité est intéressante comme le jeu de société Harry Potter », poursuit Alain Delsol.

Si les enseignes se sont mises d'accord pour proposer une offre commune, pas question — c'est illégal — de s'entendre sur les tarifs. D'une enseigne à l'autre, les prix peuvent donc varier sur un même jouet : le camion de chantier avec benne de Playmobil est ainsi vendu 69,99 euros chez PicwicToys, 71,99 euros chez Maxitoys et 64,99 euros chez JouéClub.

D'ailleurs, les produits ne risquent-ils pas d'être plus chers en raison de leur exclusivité ? « Non, ce n'est pas l'objectif. Au contraire, on essaie d'avoir un bon rapport qualité-prix », affirme-t-il avant de préciser qu'il y en a pour toutes les bourses. « Nous proposons des articles sur toutes les tranches de prix, soit de 9,99 euros à 109 euros. D'ailleurs, environ 75 % des 160 jouets en exclusivité sont proposés à moins de 50 euros. Le client a donc tout à gagner. »

Et quant au fabricant, il peut aussi se servir des enseignes pour tester certaines gammes. « Je pense par exemple à la gamme chantier de Playmobil qui est déjà commercialisée en Allemagne mais pas en France. Comme nous en avons l'exclusivité jusqu'en janvier, cela permettra à la marque de savoir si elle trouve son public avant son lancement officiel dans l'Hexagone l'année prochaine. »