Money Walkie, le porte-monnaie sans contact pour vos enfants

La start-up francilienne Money Walkie vient de lancer un porte-monnaie électronique destiné aux enfants et adolescents. Elle s’est associée à l’opération Pièces jaunes pour permettre des dons aux hôpitaux.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le porte-monnaie sans contact de la start-up Money Walkie s’adresse aux enfants et aux collégiens qui n’ont pas encore de carte bancaire.
Le porte-monnaie sans contact de la start-up Money Walkie s’adresse aux enfants et aux collégiens qui n’ont pas encore de carte bancaire. DR

A l'issue d'une année où la crainte du virus et l'adoption des gestes barrière ont converti de nombreux consommateurs de tous âges au paiement sans contact, la start-up francilienne Money Walkie a lancé avant Noël un porte-monnaie électronique destiné aux enfants et adolescents.

« Le Walkie, qui tient dans la main des plus jeunes, est relié à une application mobile gérée par le parent », explique Raphaël Leprette, cofondateur. « Il permet de suivre les dépenses en temps réel, de bloquer certains types d'achat le cas échéant et de recharger le porte-monnaie virtuel qui lui est associé ».

Issu du secteur de la banque et de la finance, Raphaël Leprette s'est lancé dans l'aventure entrepreneuriale avec sa femme. « Nous sommes partis d'un constat simple. Nous avons quatre filles et nous nous sommes posé la question de confier de l'argent à l'aînée en sachant ce qu'elle allait faire avec », explique le père de famille. « Or il n'y avait que le cash. Nous avons donc développé une technologie NFC sans contact, qui s'utilise comme une carte bancaire dans tous les commerces qui acceptent les achats sans contact, jusqu'à 50 euros. »

Une coque fabriquée dans le Loiret

La jeune société, un an et demi d'existence, a été i ncubée au Swave à La Défense, plate-forme d'innovation dédiée à la fintech de Paris&Co, l'incubateur de la ville de Paris, et a été lauréate Wilco (accélérateur de start-up d'Ile-de-France) en septembre 2019. Elle a été lancée sur fonds propres, avec une première levée de fonds en décembre dernier de 850 000 euros, « supérieure à l'objectif initial de 700 000 euros », souligne Raphaël Prette.

Le produit fonctionne avec une technologie Master Card liée à une application et l'intégration bancaire est assurée par Treezor, une plate-forme de services bancaires aux entreprises rachetée en 2018 par la Société Générale. « Le parent recharge le porte-monnaie électronique avec sa carte bancaire », détaille le startupper. « Et chaque fois que l'enfant effectue un achat, il reçoit une notification en temps réel, avec le montant de l'achat et les mêmes informations que celles qui apparaissent sur un relevé bancaire, avec le nom du commerçant. »

L'idée de donner de l'autonomie à l'enfant pour gérer son budget, tout en ayant un regard sur ses dépenses, a été exploitée par d'autres, comme la néobanque Pixpay, qui propose une carte bancaire rechargeable par les parents. Mais le Walkie est plus ludique. Il prend la forme, au choix, d'un ours blanc, d'un perroquet, d'un panda ou d'une baleine. « Nos prestataires sont français, y compris pour la coque, qui vient du fabricant Altyor à Saint-Cyr-en-Val (Loiret) », souligne Raphaël Leprette.

Un perroquet jaune pour l'opération Pièces Jaunes

Ce mois-ci, Money Walkie s'est associé à l'opération Pièces Jaunes 2021 en sortant une version jaune de son perroquet rouge. Les familles détentrices d'un Money Walkie peuvent ainsi verser une somme à la Fondation Hôpitaux de Paris via l'application. Et une partie du prix d'achat du produit (5 euros sur 30 euros, appareil et coque incluse) lui est reversée. A l'achat du Walkie s'ajoute le coût du service. Deux formules ont été pensées : un abonnement mensuel à 1,90 euro et une formule à 1 euro par rechargement, pour les parents allergiques aux abonnements.

Une version jaune du perroquet a été lancée pour le partenariat avec l'opération Pièces jaunes. DR
Une version jaune du perroquet a été lancée pour le partenariat avec l'opération Pièces jaunes. DR  

L'engouement pour le petit porte-monnaie électronique en forme d'ours ou de panda a été immédiat. Le résultat de l'opération de prévente en mai-juin 2020 sur la plate-forme de financement participatif KissKissBankBank a dépassé les objectifs de 300 ventes avec 450 Money Walkie écoulés. Les commerçants en redemandent. « Je l'ai commercialisé avant Noël et ça a super bien marché », constate Lucie Cahour, libraire à Suresnes (Hauts-de-Seine). « Sur le moment les gens sont intrigués. Il faut leur expliquer le fonctionnement. »

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

La commerçante, mère d'une collégienne de 11 ans, a eu d'autant plus de facilité à les convaincre qu'elle a été l'une des premières acheteuses. « Le produit m'a séduit en premier par son esthétique, il est sympa, mignon. Et pour moi qui n'ai jamais de liquide, même au moment de donner son argent de poche à ma fille, c'est pratique », reconnaît Lucie, dont la préadolescente est plus nuancée car « elle aime bien avoir des pièces et des billets aussi. »

Titouan, 9 ans, a quant à lui totalement adopté son perroquet rouge, qui dort sur sa table de chevet. « Mon fils appréhendait notamment de sortir faire des courses avec un billet. La possibilité de vérifier le montant débité sur l'application, ou encore de bloquer son Walkie en cas de perte, le rassure », confie la mère de l'écolier.

Si l'entreprise, qui compte une dizaine de personnes dont la moitié est salariée, n'affiche pas d'objectif en termes de chiffre d'affaires pour 2021, elle espère 20 000 abonnés d'ici la fin de l'année. La start-up a été évidemment approchée pour revendre ses fichiers. « On s'est interdit de revendre les données, même anonymisées, de nos clients », assure Raphaël Leprette. « On n'a pas envie de transformer nos enfants en cible publicitaire, ils ont bien le temps… »