Le gouvernement crée un index de la diversité pour les entreprises

Le dispositif sera mis à la disposition des entreprises volontaires. L’idée est de mesurer la place accordée aux minorités dans leurs recrutements.

 Elisabeth Moreno, la ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances.
Elisabeth Moreno, la ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances. LP / Fred Dugit

Le gouvernement va proposer aux entreprises volontaires de se doter d'un « index de la diversité » pour mesurer la place qu'elles accordent aux minorités dans leur recrutement et leur gestion des ressources humaines, et pouvoir mettre en place plus facilement des « actions correctrices », a indiqué mardi la ministre chargée du dossier, Elisabeth Moreno.

« Parce que nombreuses sont les entreprises souhaitant se doter de politiques de recrutement plus inclusives, je propose de créer un index de la diversité », a annoncé la ministre chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances, lors de ses voeux à la presse.

Il s'agira d'un « outil de mesure qui permettra d'établir une photographie de la diversité d'une organisation, publique ou privée, afin d'y apporter des solutions », a précisé Elisabeth Moreno.

Le Défenseur des droits sollicité

Ce dispositif, qui sera proposé « sur la base du volontariat », permettra à chaque entreprise d'obtenir une « photographie à l'instant T », de « savoir à quel point elle est diverse ou non, et de mettre en place des actions correctrices » en matière de recrutement, de gestion des carrières ou de formation des managers.

Par ailleurs, la ministre a rappelé qu'elle lancerait « dans les prochaines semaines » une « grande consultation citoyenne sur les discriminations ». L'objectif sera de « donner la parole aux Français et d'obtenir des remontées d'informations sur toutes les situations de discriminations subies par nos concitoyens », et « d'y apporter des réponses concrètes et efficaces ».

« En parallèle, nous souhaitons créer une plateforme avec le Défenseur des droits afin de traiter les situations de discriminations au sens large », en matière d'emploi, de logement, d'éducation, de santé, de culture ou d'accès au financement bancaire, a énuméré Elisabeth Moreno.