EcoTree, cette start-up du Finistère incite à investir… dans les arbres

Tout au long de cette semaine, Le Parisien - Aujourd’hui en France vous fait découvrir des entreprises de l’économie sociale. Ce mardi, EcoTree, une start-up de Brest qui incite particuliers et entreprises à investir dans les arbres.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Baudoin Vercken, cofondateur de l’entreprise bretonne EcoTree qui permet d’acheter des arbres tout en rendant ce placement financier durable.
Baudoin Vercken, cofondateur de l’entreprise bretonne EcoTree qui permet d’acheter des arbres tout en rendant ce placement financier durable.  Ecotree

« Bienvenue dans notre marché aux arbres », lit-on d'emblée en se connectant au site d'Ecotree. A vendre par exemple : le pack nature incluant la plantation de 13 arbres, dans plusieurs forêts. En l'achetant 250 euros, son heureux propriétaire (particulier ou entreprise) absorbera près de 9,3 tonnes de CO2 et pourra espérer en retirer un gain de 704 euros brut (non garantis) en 2067 quand les arbres seront abattus et revendus. Entre-temps, il pourra suivre en temps réel l'évolution de son bien.

Avec ce concept d'un financement durable des forêts françaises, lancé en 2016, « il est possible d'être propriétaire d'un arbre sans être propriétaire du sol » explique Baudoin Vercken, l'un des trois créateurs. Une innovation juridique qui a permis d'asseoir les bases de cette start-up brestoise qui compte désormais 50 collaborateurs et trois nouveaux associés. Une croissance qui a valu à Ecotree d'être parmi les 5 finalistes cette année du prix de l'entrepreneur social du cabinet de conseil Boston Consulting Group (prix attribué à To Good to go et Alenvi).

Compenser les émissions carbones

Avant qu'un mélèze, un pin maritime ou un chêne sessile se retrouve sur le site, l'équipe forêt part en quête de parcelles de forêts à vendre, les achète en pleine propriété ou sous la forme de baux commerciaux. « On n'est pas que des planteurs d'arbres. On gère ces forêts sur tout leur cycle de vie », souligne Baudoin Vercken. A ce titre, sur les 250 euros que coûte en ce moment le pack nature de 13 arbres, Ecotree en perçoit 30 %.

La valorisation de chacune des espèces dans le temps est le fruit savant du métier de forestier, en l'occurrence de Vianney, l'un des cofondateurs. « C'est de l'ingénierie forestière, explique Baudoin Vercken. Nos experts savent quelle espèce mettre au sol, quelle espèce résistera au réchauffement climatique… ».

Et comme l'arbre est à la mode et que les entreprises sont en plein déploiement de leur démarche RSE, Ecotree propose d'accompagner ces dernières de bout en bout dans leur stratégie. Elles peuvent compenser leurs émissions carbones par l'achat d'arbres, mais pas seulement. H&M France par exemple, a choisi de reverser à l'entreprise l'intégralité du prix de vente de ses sacs recyclés et recyclables des sacs en papier afin de préserver la biodiversité.

60 % des ventes auprès des entreprises

En quatre ans, Ecotree a déjà planté 1 million d'arbres en France et réalise 60 % de ses ventes auprès des entreprises. Baudoin Vercken tient à cette approche de vente à l'unité « afin que tout le monde puisse agir à la hauteur de ses moyens ». D'ailleurs, les offres démarrent dès 15 euros avec l'achat d'un Thuya dans la forêt de Ploerdut dans le Morbihan.

Même si la crise a eu un léger impact sur l'activité, en particulier sur la partie BtoB, l'entreprise a pu clore 2020 avec un chiffre d'affaires de 3,5 millions d'euros contre 2 millions un an plus tôt. Engagée dans l'économie sociale et solidaire sous le prisme environnemental, Ecotree navigue sur un secteur porteur avec toute une myriade de nouveaux acteurs qui émergent. Attention, prévient l'entrepreneur de 35 ans : « La nature a de la valeur. On ne peut pas faire de discount. Un arbre ne vaut pas un euro car derrière chacun d'eux, il y a un équilibre économique et écologique. »