Cotoit dépoussière le syndic de copropriété

Filiale du Crédit Agricole Centre Loire, la société Cotoit s’est lancée l’an dernier dans un service innovant : une plate-forme en ligne de gestion administrative des copropriétés.

 L’équipe Cotoit : Noellie Manzano, conseillère copropriété, Olivier Compagnon, responsable service copropriété, Anabelle Moreira, manager syndic et commercial, Luigi Del Moral, directeur général (de gauche à droite).
L’équipe Cotoit : Noellie Manzano, conseillère copropriété, Olivier Compagnon, responsable service copropriété, Anabelle Moreira, manager syndic et commercial, Luigi Del Moral, directeur général (de gauche à droite). Xavier Hacquard

Dans un marché ultra-concurrentiel et un contexte fragile, le secteur bancaire cherche à se diversifier. Un exemple en la matière avec le projet du Crédit Agricole Centre Loire de soutenir à 100 % la création de la société Cotoit, il y a deux ans.

Après des premiers mois d'incubation et de réflexion, cette start-up installée à Orléans (Loiret) a débuté en septembre 2019 la commercialisation d'un nouveau service. « Cotoit est un syndic immobilier en ligne, explique Luigi Del Moral, son directeur général. Il permet aux copropriétaires d'assurer la gestion administrative de l'immeuble via des services à la carte. » Le projet est né d'un constat : la nécessité de dépoussiérer le monde du syndic de copropriété, garant du bon fonctionnement administratif, financier et matériel d'un immeuble.

Une plate-forme collaborative

« On observe trop souvent une relation dégradée entre copropriétaires et syndics : si ces derniers jouent leur rôle (gestion administrative et comptable, bonne tenue des parties communes, etc.), ils manquent parfois d'outils pour bien communiquer et répondre aux besoins des copropriétaires, ce qui génère de l'insatisfaction », assure Luigi Del Moral.

Face à cette situation, Cotoit souhaite remettre de l'humain dans ce service et le moderniser pour l'adapter aux besoins d'aujourd'hui. Concrètement, la société se présente comme un site en ligne accessible par abonnement, à partir de 11 euros par mois (variable selon les options choisies). Grâce à cet outil, les copropriétaires souscripteurs ont accès en quelques clics aux informations de l'immeuble : suivi des travaux, entretien, incidents…

Cotoit propose aussi une plate-forme collaborative pour interagir entre voisins et avec toutes les personnes concernées (locataires, bailleurs, prestataires…). Les uns et les autres peuvent ainsi discuter, planifier des actions et envisager les assemblées générales. « Cotoit offre la possibilité de suivre ces dernières en visioconférence et non plus seulement en présentiel, comme c'est l'usage », précise son directeur général. Avec un système de vote en ligne intégré qui permet aux participants de se prononcer en direct et de visualiser les résultats en temps réel.

1200 abonnés dans 150 immeubles

Apprécié pour sa simplicité et son coût (environ 40 % moins cher qu'un syndic traditionnel), le service tend à se développer depuis le début de la crise sanitaire. « Les mesures de distanciation actuellement imposées ont permis de montrer l'utilité de nos services numériques et à la carte », reconnaît d'ailleurs Luigi Del Moral.

Résultat : Cotoit comptabilise actuellement 1 200 abonnés répartis dans 150 immeubles. « Ces chiffres sont en croissance sur l'ensemble de la France et, en tant que service national adossé au Crédit Agricole, nous sommes amenés à encore grandir dans les mois à venir », ajoute le DG.

Objectifs affichés de la jeune société : étoffer l'équipe, compter plusieurs dizaines de milliers d'abonnés et atteindre les 4 millions d'euros de chiffre d'affaires sous deux ans.