A Toulouse, le plus long téléphérique urbain de France devrait être mis en service cet été

Téléo devrait être inauguré cet été à Toulouse. Le futur téléphérique pourrait transporter près de 8 000 passagers par jour.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Les câbles du futur transport en commun aérien du sud de Toulouse ont été installés par hélicoptère en novembre 2020.
Les câbles du futur transport en commun aérien du sud de Toulouse ont été installés par hélicoptère en novembre 2020. LP/Rémy Gabalda

Depuis la colline de Pech David, au sud de Toulouse (Haute-Garonne), au pied du deuxième des cinq pylônes du futur téléphérique, on domine la Ville rose. Alors que la brume vient de se lever et permet d'apercevoir les Pyrénées au loin, un Super Puma approche, lesté d'une bobine et de divers outillages, soit près de deux tonnes d'équipements. Après un premier vol de repérage, l'hélicoptère déroule des câbles depuis le site de l'Oncopole, sur l'autre rive de la Garonne, où se situera l'une des stations terminales de Téléo, à plus d'un kilomètre.

Ce ballet aérien demande une précision et une minutie remarquables alors que des techniciens, juchés en haut du pylône, sont chargés d'enclencher ces câbles sur des poulies. « Nous nous préparons depuis des mois, confie Rémi Torres, conducteur de travaux chez Poma. Nous avons développé des outils particuliers et 50 personnes sont impliquées aujourd'hui. »

Des cabines de 35 personnes

L'opération a eu lieu en fin d'automne car cette partie du futur téléphérique toulousain se situe dans la réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège, particulièrement riche en oiseaux. « Cela permet de limiter l'impact car nous ne sommes pas en période de nidification », explique Mathieu Orth, le conservateur de la réserve.

A Toulouse, ce téléphérique urbain, le plus long de France, s'inscrit dans la politique de transports voulue par la Métropole. En passant par-dessus la Garonne et la colline de Pech David, il permet de relier l'Oncopole, le CHU de Rangueil et l'Université Paul-Sabatier en moins de dix minutes, là où il en faut quatre fois plus en voiture.

Avec des cabines pouvant accueillir 35 personnes toutes les 90 secondes, le réseau de transports en commun toulousain Tisséo espère transporter 8 000 personnes par jour.

Le Super Puma transporte 2 tonnes d’équipements. LP/Rémy Gabalda
Le Super Puma transporte 2 tonnes d’équipements. LP/Rémy Gabalda  

Pour Jean-Michel Lattes, maire-adjoint en charge des déplacements et vice-président de Toulouse Métropole, « Téléo est un maillon central de la ceinture Sud, qui reliera bientôt Colomiers au quartier Montaudran, avec, de part et d'autre du téléphérique, des voies de bus en site propre ». Un investissement de 82,4 millions d'euros…

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Le groupe Poma, qui assurera la maintenance pendant vingt ans, a entièrement conçu, avec ses filiales, ce téléphérique présenté comme « la Rolls-Royce des transports urbains » par Rémi Torres. « Cette technologie, avec quatre câbles porteurs qui servent de rail et un câble tracteur, permet d'offrir une plus grande stabilité au vent jusqu'à 108 km/h, plus de vitesse et donc un meilleur débit. Il est beaucoup plus complexe que le monocâble de Medellín, en Colombie », conclut le conducteur de travaux, en pointant la grande portée entre les pylônes et le positionnement très urbain de deux des trois stations.