A Sully-sur-Loire, le roi du panneau de bois, Swiss Krono, poursuit sa mue écolo

Swiss Krono est la seule entreprise de l’Hexagone à fabriquer un type de panneau de particules qui sert à l’aménagement intérieur. Comme toute la filière bois, il doit s’adapter aux nouvelles normes environnementales.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 L’usine Swiss Krono s’est installée en 1987 sur le site d’une ancienne forge automobile.
L’usine Swiss Krono s’est installée en 1987 sur le site d’une ancienne forge automobile. Swiss Krono SAS

Décliné en particules chauffées et pressées, le bois peut devenir un panneau. Ce type de plaque sert à la construction de maison ou à l'aménagement dit décoratif (plan de travail, revêtement de sol, ameublement…). En la matière, c'est à Sully-sur-Loire (Loiret) que se trouve l'un des principaux producteurs en France. Son nom : Swiss Krono.

Vincent Adam, président de la filiale française, dresse l'historique : « Les origines remontent à 1966, à Lucerne, en Suisse. Ernst Kaindl, un Autrichien d'origine dont la famille possédait une scierie, crée une première usine de fabrication de panneaux de bois pour l'aménagement intérieur ».

C'est en 1987 que ce groupe suisse pose ses valises en France dans le département du Loiret, sur le site d'une ancienne forge automobile Talbot. L'endroit est attractif : large superficie, infrastructures ferroviaires et autoroutières à proximité d'importants massifs forestiers (forêt d'Orléans et Sologne). Aujourd'hui, l'usine française fait travailler 400 personnes et réalise 900 000 m3 de panneaux de bois par an.

Un chiffre d'affaires de 190 millions d'euros

Elle est même la seule dans l'Hexagone à fabriquer un panneau bien spécifique : l'OSB (panneau de particules orientées). Bien connu des artisans, il sert à l'aménagement intérieur, la décoration, l'ameublement et le cloisonnage. Il est constitué de copeaux de bois, séchés et liés sous pression à chaud. Ce marché juteux vaut à Swiss Krono France de réaliser un chiffre d'affaires de 190 millions d'euros en 2019, au sein d'un groupe international qui a fait 1,6 milliard d'euros cette année.

« Crise sanitaire et économique oblige, l'exercice 2020 devrait afficher une baisse significative, de l'ordre de 15 % », déplore Vincent Adam. Grâce aux mesures de chômage partiel et de télétravail appliquées à la majorité de l'effectif, l'impact financier de cette crise a été amoindri.

« Le deuxième confinement a été moins douloureux et a permis de maintenir un rythme de travail quasi normal », relate-t-il. D'autant que les clients ont pu rester ouverts : grandes enseignes de bricolage, cuisinistes, spécialistes du placard et autres artisans de l'aménagement intérieur.

Décarboner l'activité

De quoi permettre de confirmer les ambitieux investissements prévus pour les prochaines années : 56 millions d'euros dans l'achat notamment de nouveaux sécheurs à bois basse température et d'une chaudière biomasse. Ils constituent, d'après le président de Swiss Krono France, « les conditions de la pérennité de l'usine pour l'avenir et une adaptation aux normes environnementales les plus strictes ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Ces nouveaux équipements devraient en effet permettre de multiplier la production de panneaux et d'accélérer la décarbonation de l'activité de l'usine. Objectif affiché par Vincent Adam à moyen terme : « Réduire de 10 % nos consommations d'énergie ». Une aide de l'Etat de 3,8 millions d'euros est d'ailleurs prévue pour récompenser cet effort.