Brexit : micro-entreprise mais maxi-problèmes

A Saint-Etienne de l'Allier (Eure), Gaëlle Foutrel fabrique et vend des bougies à base d’une cire végétale. Mais elle n’arrive plus à se faire livrer sa matière première.

 Les nouvelles difficultés administratives entre le Royaume Uni et l’Union européenne compliquent et ralentissent le passage des frontières (ici le port de Douvres).
Les nouvelles difficultés administratives entre le Royaume Uni et l’Union européenne compliquent et ralentissent le passage des frontières (ici le port de Douvres). REUTERS

A 25 ans, le divorce britannique était très loin des préoccupations de l'influenceuse et entrepreneure Gaëlle Foutrel. Elle en subit pourtant aujourd'hui les conséquences. Les copeaux de cire de soja qu'elle a pris l'habitude de commander sont depuis plusieurs semaines bloqués au Royaume-Uni, « pays tiers » à l'Union européenne depuis le 1er janvier dernier, comme le lui a indiqué son fournisseur.

Or, le produit phare de l'entrepreneure spécialisée dans le bien-être olfactif sont ses « fondants ». Des substituts aux bougies industrielles préparés avec du parfum et la fameuse cire végétale aujourd'hui introuvable. « Mon stock risque de bientôt s'épuiser », raconte la créatrice de la micro-entreprise.

La jeune femme a bien tenté de se fournir ailleurs, « mais on a des fiches sécurité avec des normes à respecter. Et je ne suis pas sereine d'aller acheter ailleurs. La cire dont j'ai besoin, je ne la trouve simplement plus ». Les revenus de son entreprise ont donc été divisés par trois ce mois-ci.

Depuis le Brexit et le rétablissement de la frontière, les exportations britanniques vers l'Union européenne semblent avoir diminué. La presse britannique avançait récemment le chiffre de 68% de baisse des exportations en janvier ; pourcentage donné par l'Association britannique des transporteurs routiers (RHA) dans un courrier adressé à un ministre britannique. Une chute brutale qui s'explique par les nouvelles formalités administratives pour faire passer des produits.

Selon les informations livrées à la jeune femme par son fournisseur, son colis de cire végétale arrivera à destination à la mi-avril au mieux, avec trois mois de retard.

«J'attendrai, même si cela prend plusieurs mois »

Contactée, la société basée en Alsace parle de « pénurie mondiale de la cire de soja, parce qu'avec les confinements, les gens se sont mis à vouloir réaliser leurs propres bougies », mais refuse de communiquer sur un éventuel blocage à la frontière britannique et sur l'origine exacte de ses produits.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

Depuis janvier, des milliers d'entreprises importatrices et de consommateurs sont confrontées à des difficultés logistiques, parfois par manque d'anticipation ou d'information. Certains ont ainsi découvert qu'ils devaient s'acquitter de droits de douane pour des produits ne respectant pas les règles d'origine.

Pour l'heure, pas question pour Gaëlle Foutrel de revenir aux bougies en stéarine et paraffine qui provoquaient chez cette ancienne élève en pharmacologie démangeaisons et irritations des yeux. « Ma formation m'a permis de réfléchir à une composition plus saine pour l'environnement et la santé. J'attendrai l'arrivée de ma cire végétale, même si cela prend plusieurs mois ».