Boom des produits surgelés : avec 500000 nouveaux clients, Picard se frotte les mains

Le leader du marché entend surfer ce nouvel engouement des Français amorcé avec la crise du Covid-19 pour grandir plus vite. Il vise les 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires d’ici 5 ans et prévoit d’ouvrir 200 magasins.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Au total, sur l’année, l’enseigne annonce avoir vu ses ventes progresser de 15%.
Au total, sur l’année, l’enseigne annonce avoir vu ses ventes progresser de 15%. LP/Arnaud Dumontier

Un seul chiffre témoigne de sa force de frappe. Chaque jour, Picard vend plus de 16 t de haricots verts surgelés. Fort de ses 11 millions de clients et 1036 magasins, le spécialiste s'impose comme le leader de ce secteur, toutes enseignes confondues avec 20 % de parts de marché et un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros. « Nous visons les 2 milliards d'euros d'ici 5 ans avec 200 magasins supplémentaires », annonce la présidente, Cathy Collart Geiger.

LIRE AUSSI > Confinement et couvre-feu : pourquoi la vente de produits surgelés explose

Un objectif qui est à portée de main tant les surgelés, plutôt délaissés par les Français ces dernières années, ont redoré leur image à la faveur de la crise sanitaire et économique. « Les consommateurs ont redécouvert tous les bienfaits de ces produits », se réjouit-elle en citant notamment le côté « portionnable » qui permet de répondre aux tendances anti-gaspi : « Dans le surgelé, le gaspillage n'est que de 1 % contre 20 % pour les produits frais », affirme-t-elle. Sans oublier les qualités nutritionnelles des fruits et légumes « récoltés en saison et surgelés dans les 24 heures maximum » ou ces recettes « épurées » pour lesquelles « Picard n'utilise ni de colorants, d'édulcorants ou d'huile de palme ».

Plusieurs révolutions avec la crise

Le Covid-19 a pourtant commencé par faire trembler l'enseigne. Au premier confinement, alors que la demande explosait du jour au lendemain, elle a eu du mal à suivre : « Il y a beaucoup de ruptures en magasin, jusqu'à 50 % et nous avons dû en fermer quelques-uns faute d'approvisionnement suffisant », déplore-t-elle alors qu'elle n'a pris les rênes de l'enseigne qu'en juin dernier.

« Les consommateurs ont redécouvert tous les bienfaits de ces produits », se réjouit Cathy Collart Geiger, la présidente de Picard. LP/Arnaud Dumontier
« Les consommateurs ont redécouvert tous les bienfaits de ces produits », se réjouit Cathy Collart Geiger, la présidente de Picard. LP/Arnaud Dumontier  

Sur le digital aussi, quand les Français se sont jetés sur les services de livraison à domicile et de drive, le leader n'a pas su répondre à la demande. « A ce moment-là nous ne livrions que 25 % du territoire et nous n'avions pas de click and collect », souffle-t-elle.

En quelques mois, la nouvelle présidente renverse la tendance. Aujourd'hui, l'enseigne livre partout en France. Elle a aussi noué un partenariat avec Deliveroo et déploie le click and collect progressivement dans ses magasins tandis qu'une nouvelle application mobile doit voir le jour en mars. « Nous allons aussi revoir toute notre stratégie commerciale », annonce Cathy Collart Geiger.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

Au total, sur l'année, l'enseigne annonce avoir conquis 500 000 nouveaux clients alors que les ventes ont progressé de 15 %. « Traditionnellement, nous sommes plutôt forts sur les plats cuisinés. Mais là, ce sont les produits bruts qui ont progressé », dit-elle en signalant les fortes croissances du poisson (+ 30 %) et de la viande (+ 25 %).