American Airlines veut faire revoler ses Boeing 737 MAX avant la fin de l’année

La compagnie aérienne American Airlines souhaite remettre en service ses Boeing 737 MAX alors que cet appareil est interdit de vol depuis mars 2019.

 American Airlines veut assurer une première liaison entre Miami et New York avec le 737 MAX à la fin de l’année.
American Airlines veut assurer une première liaison entre Miami et New York avec le 737 MAX à la fin de l’année. AFP

Impliqué dans deux catastrophes aériennes ayant fait 346 morts au total, le Boeing 737 MAX a été cloué au sol dans le monde depuis mars 2019.

Après d'importantes modifications et la découverte de plusieurs malfaçons, la FAA, l'organisme de certification aux Etats-Unis pourrait délivrer une nouvelle autorisation d'exploitation de cet appareil en novembre.

« Nous restons en contact avec la FAA et Boeing sur le processus de certification et nous allons continuer à actualiser nos programmes en fonction du calendrier de certification de l'appareil », explique American Airlines qui souhaite le remettre rapidement en service pour effectuer des vols commerciaux.

Une première liaison Miami - New York

Dans un premier temps, la compagnie américaine compte effectuer une liaison quotidienne entre Miami et New York avec cet appareil entre le 29 décembre et le 4 janvier.

Les réservations devraient même ouvrir à partir du 24 octobre. Toutefois, la compagnie veut un peu prendre les devants et assure que les clients seront prévenus en amont que ce trajet sera effectué par ce type d'appareil. Une façon d'éviter un effet de surprise au dernier moment avec des passagers refusant d'embarquer en découvrant l'avion.

En Europe aussi, les feux sont en train de passer au vert. L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a fait savoir qu'elle était satisfaite des modifications apportées par Boeing à son moyen-courrier.

Selon le gendarme de la régulation aérienne en Europe, le niveau de sécurité du MAX devrait lui permettre de reprendre les airs avant la fin 2020. Une décision qui intervient après de nombreux vols d'essai. « Notre analyse montre qu'il est sûr, et que le niveau de sécurité atteint est suffisamment élevé pour nous », a indiqué Patrik Ky, directeur exécutif de l'EASA.

Encore des freins à la reprise des vols

Pour autant, le 737 MAX va encore rencontrer de nombreux obstacles. Il n'est pas certain que d'autres agences de certification comme en Chine adoptent la même position sur le niveau de sécurité de l'appareil.

Mais surtout, les compagnies vont se retrouver confrontées à un double problème avant de reprendre l'exploitation commerciale de ces appareils. Les nouvelles certifications du Boeing 737 MAX vont demander des périodes plus ou moins importantes de formation pour les pilotes. Or, ce passage obligé pourrait prendre plusieurs mois, faute de simulateurs de vol adaptés en nombre suffisant. Mais surtout, les passagers risquent d'être réticents vis-à-vis du 737 MAX et pourraient faire le choix d'une autre compagnie qui utilise un autre appareil.

En outre, les compagnies aériennes qui ont commandé des 737 MAX et qui traversent une crise financière pourraient aussi demander de différer la réception des appareils dans les prochains mois.

En attendant, cette possible fin de l'immobilisation des avions devrait être une bonne nouvelle pour Boeing qui a repris la production de l'appareil mais dont les comptes ont été amputés de plus de 17 milliards d'euros à cause de ces avions cloués au sol.