Alpes-Maritimes : Lafarge ferme son usine de ciment près de Nice, au moins 65 emplois touchés

Le groupe promet de proposer des solutions pour les 65 salariés de l’usine, entre 2021 et 2022. Mais selon le maire de la commune, 300 autres emplois induits seront également touchés.

 La cimenterie Lafrage, à Contes, dans les Alpes-Maritimes.
La cimenterie Lafrage, à Contes, dans les Alpes-Maritimes. WIkimedia Commons/Myrabella

L'économie locale bouleversée. Le groupe cimentier LafargeHolcim va fermer d'ici à la fin de l'année son usine de ciment de Contes, près de Nice (Alpes-Maritimes), a-t-on appris auprès de l'entreprise et des élus locaux. Une décision qui fait l'effet d'un séisme pour ce bassin où la cimenterie est synonyme de 65 emplois directs et 300 indirects.

« Les outils de production de l'usine de Contes sont vieillissants et la cimenterie tourne depuis des années à moins de 40 % de ses capacités », a précisé un porte-parole de l'entreprise, confirmant que le projet avait été présenté aux représentants du personnel de l'usine mercredi.

L'usine de La Malle à Bouc-Bel-Air, dans les Bouches-du-Rhône, doit prendre le relais de l'usine de Contes, située à 20 km de Nice et de Monaco, qui sera quant à elle transformée en dépôt de ciment et poursuivra son activité d'accueil de déblais inertes.

«Un bouleversement technologique du marché »

« Le marché du ciment connaît un bouleversement technologique. Il va falloir des ciments complètement différents et très bas carbone. Pour y parvenir, il faut des investissements très importants pour adapter nos outils de production à cette rupture technologique », a-t-il ajouté.

Selon la direction, « qui s'engage à proposer des solutions à chacun afin d'éviter des licenciements contraints », 65 salariés sont concernés « d'ici fin 2021-début 2022 ».

« Cela représente 300 emplois induits », conteste Alain Michellis, adjoint au maire de Contes, une des rares mairies PCF sur la Côte d'Azur. « Et c'est quand même une décision qui va à l'encontre des déclarations d'intention du gouvernement sur la nécessité de garder notre industrie. Voilà une petite unité, rentable, qu'on ferme brutalement ». Et l'élu d'insister : « Il n'y a pas une famille qui n'ait pas un de ses membres ayant travaillé à Lafarge. Contes et la vallée des Paillons se sont construits autour ».

Les élus de tous bords ont réagi. La sénatrice LR Dominique Estrosi-Sassone a notamment regretté « la brutalité de l'annonce, sans concertation et sans précision, alors que la loi impose aux grandes entreprises la recherche d'un repreneur lors de procédures de licenciements collectifs ».

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

Le site cimentier de Contes a plus de 150 ans et était dans le giron de Lafarge depuis 1906. Son implantation était justifiée historiquement par la proximité des matières premières principales de son activité, avec deux carrières de marnes et de calcaires.