Aéronautique : l’équipementier Latécoère compte supprimer 475 postes en France

L’entreprise toulousaine va devoir supprimer un tiers de ses effectifs en France pour s’adapter à la crise provoquée par l’épidémie de Covid-19.

 L’équipementier aéronautique a vu son chiffre d’affaires diminuer de 38 % au premier semestre 2020.
L’équipementier aéronautique a vu son chiffre d’affaires diminuer de 38 % au premier semestre 2020. AFP

La crise économique liée à la pandémie de coronavirus fait vivre à l'aéronautique la pire période de son histoire et met à mal de nombreuses entreprises du secteur.

Dernière victime en date, Latécoère est sévèrement impacté avec une perte de 38 % de son chiffre d'affaires au premier semestre. L'équipementier toulousain fabrique des tronçons de fuselage ou encore des systèmes de câblages pour Airbus ou Boeing.

Face à cette situation, l'entreprise, rachetée en début d'année par le fonds d'investissement américain Searchlight Capital Partner, compte supprimer 475 postes en France, soit près d'un tiers de ses effectifs français.

Une baisse de l'activité de 40%

« La baisse de cadence de 40 % de nos principaux clients a entraîné une baisse équivalente de 40 % de l'activité du groupe. Cette situation devrait se poursuivre l'année prochaine, le retour aux niveaux pré-Covid-19 n'étant pas prévu avant 2025 », explique la direction de Latécoère.

Fin 2019, le groupe employait 5 200 personnes dans 13 pays. Depuis le début de l'épidémie, il a déjà supprimé 35 % de ses effectifs à l'étranger, soit « un peu plus de 1 000 postes », rogné sur 60 % dans ses dépenses d'investissements et obtenu un prêt garanti par l'Etat de 60 millions d'euros pour se maintenir à flot.

En France, la gravité de la situation pendant cette période a été atténuée. Des discussions en amont avec les ministères de l'Industrie, du Travail et des Transports ont permis d'éviter 150 suppressions de postes supplémentaires et la fermeture de trois sites.

Fermeture prévue pour un des neuf sites français

« On est obligé d'agir », reprend le directeur général Thierry Mootz. « Notre objectif est de préserver l'empreinte industrielle de Latécoère en France, de la conception à la fabrication, ajoute-t-il. Nous devons nous adapter à une baisse de notre chiffre d'affaires […] mais nous voulons aussi continuer à moderniser l'outil de production, afin de renforcer notre compétitivité en prévision de la reprise. » Latécoère entend ainsi participer à la conception de l'avion décarboné.

Dans le projet présenté aux partenaires sociaux, est prévue la cessation de l'activité de l'un des neuf sites français du groupe, le site de production spécialisé dans les câblages situé à Labège, en région toulousaine, qui emploie « un peu moins d'une centaine de personnes ». Les activités administratives qui s'y trouvent seront en revanche maintenues.

Les négociations avec les représentants du personnel vont débuter dans les prochains jours. La direction veut aussi essayer de chercher des leviers avec les pouvoirs publics pour limiter la casse via par exemple un plan d'activité partielle de longue durée.

La question reste de savoir si l'entreprise va mettre en place un plan de départs volontaires ou s'il s'agira de licenciements secs. Les négociations devraient durer pendant quatre à cinq mois.