2500 mètres carrés, 55 salariés… Dans les coulisses de la plus grande pharmacie de France

Cette officine XXL a ouvert début avril dans un centre commercial au cœur du Havre (Seine-Maritime). Un projet encore plus grand va voir le jour en Île-de-France.

 La pharmacie compte 1 600 m2 d’espace de vente, une trentaine de caisses, dont 22 dans l’espace réservé aux ordonnance.
La pharmacie compte 1 600 m2 d’espace de vente, une trentaine de caisses, dont 22 dans l’espace réservé aux ordonnance. LP/Laurent Derouet

Au cœur du centre-ville du Havre (Seine-Maritime), l'espace commercial Coty, fréquenté chaque année par environ 7 millions de visiteurs, accueille depuis le début du mois d'avril une curiosité à l'échelle nationale : la plus grande pharmacie de France.

Et les chiffres ont de quoi donner le tournis : 2 500 m2 de surface totale pour 900 m2 de stocks et 1 600 m2 d'espace de vente, une trentaine de caisses, dont 22 dans l'espace réservé aux ordonnances, entre 350 000 et 400 000 boîtes en rayon représentant des références par milliers… Et surtout 55 salariés dont 7 nouvelles embauches.

Et le client dans tout ça ? « Il faut retrouver ses repères », sourit Isabelle, une Havraise croisée dans la galerie marchande. « Mais ce sont les mêmes visages qu'à l'ancien emplacement, donc ça met en confiance. » « Tout le monde en parle. Je suis venu voir », témoigne Hervé en repartant avec quelques tubes de crème solaires. « Pour moi, c'est un peu trop impersonnel, mais c'est pratique. »

Une surface de vente multipliée par 4

À l'origine du projet, un couple de pharmaciens arrivé de Caen en 2004, Olivier et Sylvie Vandermersch. Déjà installés à l'autre extrémité du centre commercial sur une « petite » surface de 400 m2, les deux professionnels s'y sentaient à l'étroit. Alors Olivier Vandermersch a décidé de « casser les codes de sa profession », comme il aime à le répéter en commençant par casser les murs tout en continuant à exercer dans son ancienne officine jusqu'au transfert dans la nouvelle. Six mois de travaux et plusieurs millions d'euros d'investissement ont été nécessaires pour réaménager l'ancien Go Sport fermé depuis août 2018.

Cette course au gigantisme est très tendance chez les pharmacies à l'image de celle de Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) qui devrait détrôner son homologue havraise dans les prochains mois avec une surface de vente de 4200 m2. Et visiblement, le pari est payant : 5 000 « visiteurs » pour la première journée, un premier mois d'activité où la fréquentation de la pharmacie, ouverte six jours sur sept, a augmenté de 20 % comparé à l'ancien site. Tout comme le chiffre d'affaires.

Son modèle ? Des prix attractifs sur les produits « bien-être » et de parapharmacie rendus possibles par sa taille mais également par la puissance de négociation du groupement d'intérêt économique (GIE) Elsie Santé auquel il appartient. Des techniques empruntées à la grande distribution comme les « corners » thématisés -diététique, aromathérapie, soins du corps…- ou le parcours client qui l'oblige à emprunter les différentes allées avant de trouver la sortie. Un système de tickets digne des meilleures administrations pour éviter les files d'attente. Et des outils logistiques performants pour gérer l'impressionnant stock de médicaments et assurer une traçabilité optimale.

Des cabines pour la vaccination

Car même si aujourd'hui, Olivier Vandermersch ne réalise plus que 40 % de son chiffre d'affaires sur les ordonnances -contre 75 % en général dans son secteur d'activité-, il n'en oublie pas sa responsabilité première : « La taille ne doit pas être un facteur de risque, mais au contraire nous offrir un outil efficace pour bien faire notre métier. »

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Un métier en évolution puisque, dès l'automne, la généralisation de la vaccination va faire son arrivée dans les officines. « C'est une bonne idée si cela peut aider à désengorger les cabinets médicaux », remarque-t-il, « même si c'est aussi une façon pour le ministère de compenser la baisse continue des marges sur le médicament… » Qu'à cela ne tienne, le pharmacien a déjà prévu des cabines -utilisables aussi pour des entretiens plus confidentiels- pour pratiquer cette nouvelle mission.