13 000 salariés d’American Airlines sur un siège éjectable

Aux Etats-Unis, le plan d’aide au secteur aérien s’arrête le 1er avril. À cette échéance, la compagnie aérienne American Airlines pourrait être contrainte de licencier près de 13 000 salariés.

 American Airlines anticipe encore pour le trimestre en cours un chiffre d’affaires en baisse de 60 % à 65 % par rapport à la même période en 2019.
American Airlines anticipe encore pour le trimestre en cours un chiffre d’affaires en baisse de 60 % à 65 % par rapport à la même période en 2019. AFP

C'est l'un des premiers dossiers brûlants pour Joe Biden, le nouveau président des Etats-Unis.

L'actuel plan de soutien au transport aérien sinistré aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde, prend fin le 1er avril. À cette échéance, alors que les syndicats demandent au gouvernement un nouveau plan de 15 milliards de dollars pour soutenir les compagnies aériennes, American Airlines va être contrainte de mettre à la porte près de 13 000 salariés.

Dans un mémo envoyé aux employés de la compagnie aérienne, le directeur général Doug Parker et le président Robert Isom écrivent que « près de cinq semaines après le début de 2021, malheureusement, nous nous retrouvons dans une situation similaire à celle d'une grande partie de 2020. »

Lors de la publication de ses résultats trimestriels la semaine dernière, American Airlines avait prévenu qu'elle anticipait encore pour le trimestre en cours un chiffre d'affaires en baisse de 60 % à 65 % par rapport à la même période en 2019.

« Nous ne ferons pas voler comme prévu tous nos avions cet été »

Selon eux, « le vaccin n'est pas distribué aussi rapidement que ce qu'on pensait, et les nouvelles restrictions sur les voyages internationaux qui obligent les clients à présenter un test Covid-19 négatif ont réduit la demande » en ajoutant : « sur la base des perspectives de demande actuelles, nous ne ferons pas voler comme prévu tous nos avions cet été. »

Dans ces circonstances, « nous travaillerons avec les dirigeants syndicaux pour faire tout ce que nous pouvons pour atténuer autant que possible l'impact sur l'emploi », ont affirmé les dirigeants de l'entreprise alors que les premiers courriers de licenciement devraient partir dès vendredi.

Dans la même veine, United Airlines a déjà envoyé des notifications de licenciement à 14 000 employés vendredi dernier.

Newsletter Ça me rapporte
La newsletter qui améliore votre pouvoir d’achat
Toutes les newsletters

Pour les autres compagnies aériennes dans le pays, la situation semble un peu mieux maîtrisée. Delta Air Lines et Southwest Airlines ont mis en place des plans de départs volontaires.

Un nouveau plan de soutien au secteur aérien

Évidemment, une nouvelle intervention de l'Etat pour soutenir le secteur aérien pourrait rebattre les cartes. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé en octobre dernier.

À cette époque American avait licencié 19 000 salariés. Mais avec le vote par le Congrès d'un premier coup de pouce de 15 milliards de dollars, la compagnie avait rappelé tous ces salariés.

« Les dirigeants du pays comprennent le rôle essentiel que jouent les salariés des compagnies aériennes pour que les habitants puissent continuer à se déplacer. Ils ont montré leur soutien l'année dernière et nous les encouragerons à faire de même à nouveau puisque la pandémie se poursuit dans le monde », écrivent les dirigeants d'American.

Cette aide pourrait s'inscrire dans le plan de sauvetage de l'économie américaine de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden et actuellement en discussion au Congrès.