Sébastien Thoen viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud

Le trublion de la chaîne cryptée va être licencié après un sketch sur l’animateur de CNews, une chaîne qui appartient au groupe Canal. A la demande de Vincent Bolloré.

 Sébastien Thoen, qui participait aussi à «Canal Sports Club», est salarié de Canal+ depuis dix-sept ans.
Sébastien Thoen, qui participait aussi à «Canal Sports Club», est salarié de Canal+ depuis dix-sept ans. Augustin Détienne

Touche pas à mon Pascal Praud. L'humoriste Sébastien Thoen a été définitivement mis à pied par Canal + cette semaine, selon des informations du journal L'Équipe, confirmées au Parisien. La direction de la chaîne cryptée lui reproche un sketch de 7 minutes où, avec son camarade Julien Cazarre, il parodie «l'Heure des pros», l'émission que présente tous les jours Pascal Praud sur CNews, propriété du groupe Canal +. Cette vidéo qui fait partie de la série humoristique « les Sopronos » lancée par Winamax a été publiée le 19 novembre sur le site de paris en ligne.

Pour Sébastien Thoen, les ennuis ont commencé dès le jour de la diffusion du sketch. « Il y a eu des coups de fil tout le week-end. Samedi, il a tout de même pu participer au Canal Sports Club de Marie Portolano, mais lundi ça s'est de nouveau tendu. Vincent Bolloré (NDLR : PDG du groupe Canal) a demandé sa tête. A la direction de la chaîne, certains ont tenté de s'y opposer mais ils n'ont rien pu faire contre la volonté du grand patron. C'est le fait du prince », explique un salarié qui a assisté à toute la séquence.

L'entourage de Pascal Praud s'étonne de cette mise à pied et jure n'y être pour rien. « Pascal, des coups, il en prend tous les jours ! Cette fois-là, ça l'a fait marrer. Il ne s'est pas plaint auprès de la direction », assure un membre de son équipe. Le journaliste a même envoyé un message amusé à l'équipe de comédiens. Quant à Jean Messiha, l'ancien membre du Rassemblement national que caricature Sébastien Thoen dans le sketch, il a réagi de façon amusée sur Twitter.

Vincent Bolloré n'a jamais caché qu'il détestait l'humour corrosif de la chaîne. En 2015, sur France Inter, l'industriel breton avait critiqué publiquement l'esprit Canal : « Parfois c'est un peu blessant et désagréable. Se moquer de soi-même, c'est bien. Se moquer des autres, c'est moins bien. » Peu après, quand il a officiellement pris le contrôle du groupe Vivendi et de ses chaînes payantes, il a exigé l'arrêt des « Guignols de l'info » ou du « Grand Journal ». De cette époque, seul « Groland », l'émission créée par Benoît Delépine et Gustave Kervern, a survécu au grand nettoyage.

L'affaire devrait se conclure aux prud'hommes

Sébastien Thoen est salarié de Canal + depuis 17 ans. Cet ancien de la bande de Karl Zéro s'est fait un nom grâce à l'émission de caméras cachées « Action discrète ». Il a participé ensuite comme chroniqueur à « l'Edition spéciale » puis au « Grand Journal » et aux émissions de sport. En parallèle, il présentait depuis septembre 2014 « le Journal du hard », chaque premier samedi du mois. Le numéro prévu début décembre a déjà été enregistré. Ce sera sa dernière apparition à l'antenne.

« Il n'a pas encore eu la DRH, donc le licenciement n'est pas effectif, mais on lui a confirmé qu'il était retiré définitivement de tous les plannings. Il n'est pas en CDI mais signe chaque année un contrat d'exclusivité. Et il avait obtenu l'autorisation de la direction de Canal + pour participer à cette série parodique pour Winamax », rappelle un de ses proches. L'affaire devrait se conclure aux prud'hommes. « Mais Canal s'en fiche, ce n'est évidemment pas une histoire d'argent… », lâche un proche du dossier.

Depuis l'annonce de ce licenciement, les messages de soutiens pleuvent sur les réseaux sociaux, dont ceux de la journaliste Estelle Denis ou de Raquel Garrido, l'Insoumise chroniqueuse de Cyril Hanouna.

Newsletter Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver
La liste de nos envies
Toutes les newsletters

Contactés, ni Canal +, ni Sébastien Thoen, ni Pascal Praud n'ont souhaité répondre à nos questions.