Qui est Clémence Botino, couronnée Miss France 2020 ?

À la surprise générale, Miss Guadeloupe a été élue devant Miss Provence et succède à Vaimalama Chaves.

 « Je suis passée d’étudiante à Miss France en un instant », a confié Clémence Botino, nouvelle Miss France, à l’issue de son sacre.
« Je suis passée d’étudiante à Miss France en un instant », a confié Clémence Botino, nouvelle Miss France, à l’issue de son sacre.  LP/Fred Dugit

C'est la surprise du chef! Devant une Miss Provence qui a recueilli 30,66 % des votes, pourtant ultra-favorite et qui jouait à domicile, c'est Miss Guadeloupe qui a été élue nouvelle Miss France avec 31,95 % des votes, succédant à Vaimalama Chaves. Après le résultat dévoilé à minuit trente-trois précisément, annoncé quelque deux minutes après pour cause de décalage dans la diffusion sur TF1, Clémence Botino s'effondre en apprenant la nouvelle.

Ses jambes vacillent lorsque ses camarades la serrent dans ses bras sur la scène du dôme de Marseille. « J'ai dû la soutenir, heureusement qu'il y avait du monde autour », s'amuse Sylvie Tellier lors d'une conférence de presse quelques minutes après le sacre de la nouvelle Miss. Née à Baie-Mahault (Guadeloupe), la jeune brune, qui mesure 1m75 et samedi coiffée d'une cascade de boucle noir de jais, est une intellectuelle, en première année de master d'histoire des arts à la Sorbonne.

Par passion, la fan de jazz, et particulièrement de Melody Gardot, a dû quitter son île pour ses études. « Cela fait déjà deux ans que je suis à Paris, et j'ai même une professeure fan des Miss France qui m'a soutenue. Elle doit être bien contente ce soir devant la télévision », s'amuse la nouvelle reine de beauté, 3e Miss Guadeloupe en 90 éditions à atteindre le saint Graal du concours de beauté.

Major du test de culture générale

Pas étonnant donc que comme Marine Lorphelin et Camille Cerf (Miss France 2013 et 2015), celle qui a eu son bac à 17 ans avec un an d'avance fasse partie de ces très rares candidates à avoir remporté la couronne après avoir été major du test de culture générale. « Je suis passée d'étudiante à Miss France en un instant, explique-t-elle. Tout s'est mélangé, j'ai d'abord pensé à ma famille car je suis très proche d'eux et qu'ils étaient dans la salle, c'est magnifique de savoir qu'ils ont traversé l'Atlantique pour me soutenir. »

Son grand-père de 86 ans, sa grand-mère et ses parents ont vibré en direct dans la cité phocéenne. Elle l'assure, leur présence lui a permis de se sortir avec brio du difficile exercice des questions sociétales en direct pendant l'émission. Et en répondant à une thématique extrêmement contemporaine : comment allait-elle gérer sa vie privée, si elle était élue reine de beauté en France ?

La tête sur les épaules, elle a balayé dès les premières minutes de son règne les accusations de certaines associations de féminisme taxant le concours de rétrograde. « Le fait de participer à Miss France c'est déjà du féminisme, j'ai montré ce que je voulais vraiment faire, et je suis là ce soir, conclut-elle. J'ai cru en mon étoile ».

Cerise sur le gâteau, Clémence Botino, ne fait pas partie des « pestes » dont Sylvie Tellier nous parlait quelques heures avant la cérémonie, celles qu'elle avait dû rappeler à l'ordre à cause de leurs comportements. « Oui je suis soulagée », s'est-elle réjouie avant de rajouter, malicieuse : « Généralement, les jeunes femmes que j'ai rappelées à l'ordre ne font pas partie des quinze finalistes ».