Programme TV du mercredi 10 février : notre sélection

Un téléfilm sur le déni de grossesse avec Bruno Solo et Alix Poisson, des liaisons dangereuses entre Cécile de France et Edouard Baer dans «Mademoiselle de Joncquières»… voici notre sélection pour votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Bruno Solo dans « L’enfant que je n’attendais pas », un téléfilm qui raconte un drame inconcevable mais aussi celui de l’évolution d’un couple.
Bruno Solo dans « L’enfant que je n’attendais pas », un téléfilm qui raconte un drame inconcevable mais aussi celui de l’évolution d’un couple.  Pampa Production/Hassen Brahiti

DRAME. Au cœur du déni de grossesse

A 21h05 sur France 2. Diffusé pour la première fois sur France 2 le 8 mai 2019, le téléfilm « L'enfant que je n'attendais pas » avait bouleversé 4,3 millions de téléspectateurs. Cette fiction mérite d'être vue, revue et partagée pour la puissance de son propos et la force de son interprétation.

L'héroïne se prénomme Johanna. Elle est responsable en marketing, mère d'une fille de 7 ans et heureuse avec son mari, Laurent. Mais une nuit, la voilà prise de violentes douleurs au ventre. Elle accouche dans sa salle de bains et jette le nouveau-né dans les poubelles, devant la maison. A son réveil à l'hôpital, elle n'a aucun souvenir de ce qui s'est passé, jurant qu'elle n'était pas enceinte. Elle est alors mise en examen pour tentative d'homicide sur mineur.

La formidable Alix Poisson, qui lui prête ses traits, touche à nouveau ici au sujet du déni de grossesse après avoir interprété en 2009 Véronique Courjault — condamnée pour avoir tué trois de ses nouveau-nés qu'elle avait congelés — dans « Parcours meurtrier d'une mère ordinaire », sur Arte. Le rôle de Johanna lui a permis d'obtenir le prix de la meilleure actrice au Festival des créations télévisuelles de Luchon en février 2019.

La force du téléfilm de France 2 est de ne pas se focaliser uniquement sur cette mère mais également sur son entourage et notamment sa relation avec son mari, incarné par Bruno Solo. L'intrigue poignante est ainsi le récit d'un drame inconcevable mais aussi celui de l'évolution d'un couple. Ce choix du prisme de l'intime est une vraie réussite qui met l'humain en avant dans un scénario sur le déni de grossesse — qui concerne des centaines de femmes chaque année en France — sans se contenter de considérations médicales ou juridiques.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« L'enfant que je n'attendais pas », téléfilm français de Bruno Garcia (2019) avec Alix Poisson, Bruno Solo, Macha Méril… 1h30.

HUMOUR. Kev Adams a bien grandi

Kev Adams, le showman. LP/Jean-Baptiste Quentin
Kev Adams, le showman. LP/Jean-Baptiste Quentin  

A 21h15 sur TMC. Le show commence comme celui d'une rock star. Une vidéo montre des extraits de la dernière tournée de Kev Adams : les salles pleines, le public debout, les fans qui demandent des autographes. Après le triomphe du « Young Man Show » (que vous retrouverez en 2e partie de soirée), dans lequel il racontait les galères d'un lycéen. Le comique alors âgé de 22 ans reprend ses thèmes de prédilection. Il ressuscite sa prof d'allemand vicieuse ou brocarde sa mère, qui lui interdit de se baigner après le repas pour ne pas perturber sa digestion.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

Mais cette fois-ci, l'humoriste ose des vannes un peu plus trash, dont une séquence sur une boîte de nuit gay, ou aborde le divorce de ses parents. Surtout, il assume son côté showman.

Excellent dans ses interprétations et sa gestuelle, il imite dans un rap hilarant des écureuils de Central Park qui ont « la rage » et « portent des tee-shirts Fuck la Caisse d'épargne ». Un peu plus tard, il propose un cours de zumba à son public, danse comme un robot ou entame un moonwalk. Après une performance physique impressionnante, il quitte une salle surchauffée. Kev Adams n'a pas totalement fini sa crise d'adolescence, mais il est bel et bien passé à la vitesse supérieure.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Voilà, voilà » : one-man-show de Kev Adams, enregistré en 2013… (2h05)

ROMANCE. Liaisons dangereuses

A 20h55 sur Arte. Au XVIIIe siècle, Mme de La Pommeraye, qui est veuve, riche et ne croit plus aux promesses de l'amour, finit quand même par succomber aux avances d'un libertin patenté, le marquis des Arcis. Il est vrai que ce dernier est lui-même sincèrement épris d'elle. Mais lorsqu'il lui annonce, quelques années après, qu'il s'ennuie, Mme de La Pommeraye, profondément meurtrie, songe à se venger. Justement, le cœur du marquis ne bat plus que pour la beauté d'une jeune femme, Mlle de Joncquières, dont la mère a été ruinée et qui survit — mais le marquis ne le sait pas — en se prostituant… L'amoureuse déçue travaille à une machination machiavélique.

« Mademoiselle de Joncquières », que le réalisateur Emmanuel Mouret a écrit à partir des mots de Denis Diderot dans « Jacques le fataliste et son maître », est une superbe partition romantique illuminée par le duo à l'alchimie idéale formé par Cécile de France et Edouard Baer.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Mademoiselle de Joncquières », film français d'Emmanuel Mouret (2018), avec Cécile de France, Édouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva, Laure Calamy… (1h45).

DIVERTISSEMENT. Musiques en or pour pièces jaunes

Gims, Anne-Elisabeth Lemoine et Gautier Capuçon dans l’émission « Symphonie pour la vie : spécial pièces jaunes ». Bestimage/Dominique Jacovides
Gims, Anne-Elisabeth Lemoine et Gautier Capuçon dans l’émission « Symphonie pour la vie : spécial pièces jaunes ». Bestimage/Dominique Jacovides  

A 21h05 sur France 3. Quand Gims en complet rose interprète avec brio et un beau vibrato « Jusqu'ici tout va bien » avec un orchestre symphonique, c'est étonnant et très réussi. Sur la scène mythique de l'Opéra-Comique, « Symphonie pour la vie » propose plus de deux heures de musique exigeante mais accessible Ce concert solidaire est destiné à recueillir les fameuses pièces jaunes pour que la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France améliore les soins et l'accueil des enfants et ados près de leurs parents.

Classique, jazz, variétés, airs populaires : artistes de tous horizons se succèdent de goûteuses associations, sous le regard de Brigitte Macron, qui a repris le flambeau initié par Bernadette Chirac pour défendre cette cause. Cette explosion de talents sublimés par l'orchestre Lamoureux a de quoi inciter le public à participer à la collecte solidaire par SMS (en envoyant DON au 92 111).

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Symphonie pour la vie : spécial pièces jaunes », divertissement français présenté par Anne-Elisabeth Lemoine et Cyril Féraud. (2h20)

DOCUMENTAIRE. Ce que disent les pierres du Louvre

A 21h05 sur RMC Découverte. On sait que le Louvre regorge de trésors. Ce qu'on sait moins, c'est que la construction même de ce palais devenu musée est un défi technologique. Ce documentaire révèle ce qui se cache sous les pierres de l'édifice, prouesse architecturale, qui utilisa le métal pour les consolider, bien avant l'heure. La pyramide et les débats lors de son édification, la perspective désaxée, le palais des Tuileries disparu, la transformation en musée… On apprend beaucoup de choses sur l'histoire du célèbre bâtiment, à grands coups de relevés laser 3D. On prend de la hauteur, aussi, grâce à d'impressionnantes images de drones. On regrette cependant le rythme trop soutenu du reportage, pourtant intéressant, avec une musique digne d'un film à suspense, trop invasive.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

« Révélations monumentales : Le Louvre », documentaire français de Yann Streff (2020). (53 min)