Programme TV du mardi 9 février : notre sélection

«Une planète parfaite», spectaculaire documentaire sur la nature, la chronique terrifiante d’un délitement familial avec Jude Law et Carrie Coon, «Salaud on t’aime» avec Johnny Hallyday, Sandrine Bonnaire, Eddy Mitchell… voici notre sélection pour votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Quatre ans de tournage dans 34 pays ont été nécessaires pour rendre hommage à la «Planète parfaite», documentaire dont la première partie est diffusée ce mardi  sur France 2.
Quatre ans de tournage dans 34 pays ont été nécessaires pour rendre hommage à la «Planète parfaite», documentaire dont la première partie est diffusée ce mardi sur France 2.  BBC

DOCUMENTAIRE. La nature, quelle star !

A 21h05 sur France 2. Scène de chasse au milieu de l'océan, dauphins, requins et fous du Cap s'attaquent à un banc de maquereaux qui a suivi un courant. Ces autoroutes de la mer charrient les nutriments essentiels à toute vie. C'est l'histoire de coïncidences qui n'en sont pas, mais qui frappent par leur à-propos. De ces rendez-vous que la nature se donne avec une précision d'horloger. Là, ces poissons chirurgiens qui se réunissent pour frayer par dizaines de milliers pour un instant seulement, une ponte dont se repaissent les raies. Ici, la mousson qui fait éclore des fruits dont se nourrira cette chauve-souris qui arrive aux premières gouttes. Elle a un secret, la nature, c'est l'équilibre, parfait, entre tous ses composants, de la plus petite à la plus grande, dans un cycle immuable.

Quatre ans de tournage, mille jours sur le terrain, dans 34 pays - suit à 22h40 un film sur les coulisses du tournage - ont été nécessaires pour rendre hommage à cette « Planète parfaite », documentaire britannique en deux parties, l'une consacrée à l'eau et à l'air, ce mardi soir; la seconde au feu et à la terre, mardi 16 février. Les océans et leurs courants donc, le ciel et ces vents qui déplacent les nuages chargés de pluies, des forces puissantes, parfois dévastatrices, auxquelles les espèces s'adaptent avec une ingéniosité parfois surprenante et une beauté omniprésente.

La force vitale est présente dans chacune des saynètes que nous raconte François Morel de sa voix rassurante. Des petites histoires filmées au plus près qui montrent combien l'animal a su développer les comportements idéaux pour tirer le meilleur de son environnement. Et combien, aussi, le changement brutal de celui-ci le met en péril. Un grand film, spectaculaire, beau et fascinant avec la plus grande vedette qui soit : la nature.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

«Une planète parfaite», documentaire britannique (2020) de Huw Cordey et Ed Charles. Partie 1 sur 2. (1h30)

DRAME. Famille au bord de la crise de nerfs

 Charlie Shotwell, Jude Law et Carrie Coon dans « The Nest ». 2019 Nest Film Productions Limited
Charlie Shotwell, Jude Law et Carrie Coon dans « The Nest ». 2019 Nest Film Productions Limited  

A 21h08 sur Canal+. New York, années 1980. Rory, trader britannique marié à une Américaine, Allison, et père de deux enfants, parvient à convaincre sa femme de partir dans son pays d'origine afin de montrer d'un cran dans ses affaires boursières. La famille se retrouve à vivre dans le manoir gigantesque mais décrépi que Rory a dégoté dans la campagne anglaise, tandis que lui passe ses journées à Londres. Mais le trader, trop ambitieux, subit plusieurs déconvenues, l'argent vient à manquer, Allison doit gérer les angoisses, la mauvaise humeur de tous…

Chronique d'un délitement familial qui vire à l'insoutenable, « The Nest », très réussi, flirte avec le fantastique dans la manière dont il explore des personnages au bord de l'hystérie et de l'horreur au cœur d'un cadre terrifiant. Inédit, le film, qui a raflé tous les prix au dernier festival de Deauville, est signé du Canadien surdoué Sean Durkin, qui avait auparavant réalisé l'époustouflant « Martha Marcy May Marlene ».

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«The Nest», drame canadien de Sean Durkin (2020), avec Jude Law, Carrie Coon… 1h47.

THRILLER. Quel cauchemar cet anniversaire

A 21h05, sur W9. Pour sa première fiction originale, W9 a choisi une intrigue se déroulant dans un Escape Game, ces salles où les participants doivent résoudre des énigmes pour en sortir en moins d'une heure. Un décalage par rapport à la réalité puisque ces lieux sont fermés en raison de la pandémie, mais ce cadre confiné est essentiel au scénario. Pour fêter les 35 ans de Vladimir, ses amis l'emmènent dans un de ces jeux. La femme de l'accueil est plutôt froide mais les décors de la première salle sont grandioses et enthousiasment la bande de potes. Or très vite, les esprits de Vlad et de ses amis vont s'échauffer, les indices les poussant à se monter les uns contre les autres. Pire, ils vont peu à peu réaliser que leur vie est en danger.

Le scénario est efficace, le huis clos fonctionne à plein et les comédiens sont solides. Parmi eux, Lannick Gautry retrouve Barbara Cabrita avec qui il forme de nouveau un couple après « Coup de foudre sur un air de Noël » (téléfilm de 2018). Coup de cœur également pour David Mora qui parvient à se détacher de son personnage de « Scènes de Ménages » sur M 6.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Escape», téléfilm français de Stefan Carlod et Valentin Vincent (2021) avec Lannick Gautry, Barbara Cabrita, David Mora… (2 x 45 minutes).

DRAME. Johnny, Eddy, Sandrine et les autres

Eddy Mitchell, Sandrine Bonnaire et Johnny Hallyday./ Prod
Eddy Mitchell, Sandrine Bonnaire et Johnny Hallyday./ Prod  

A 21h15 sur C8. Lelouch s'offre un casting de luxe avec « Salaud, on t'aime ». Au générique, une ribambelle de stars : Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Sandrine Bonnaire et Irène Jacob. Ex-photographe de guerre, Jacques Kaminsky (Johnny Hallyday) s'installe dans un chalet des Alpes pour couler des jours paisibles avec la jeune femme (Sandrine Bonnaire) dont il vient de tomber amoureux. Il entreprend de rassembler autour de lui les quatre filles qu'il a eues de quatre compagnes. L'arrivée de son meilleur ami (Eddy Mitchell) et la révélation d'un secret vont précipiter ces retrouvailles vers une issue dramatique.

Comme dans « Roman de gare », Claude Lelouch ajoute un rebondissement criminel à son histoire d'amour et d'amitié. Ce film tient la route, notamment parce que Johnny Hallyday entre parfaitement dans la peau du personnage et que le casting féminin lui fait écho dans la variété des énergies qu'il déploie.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Salaud on t'aime», drame français de Claude Lelouch (2014), avec Johnny Hallyday, Sandrine Bonnaire, Eddy Mitchell, Irène Jacob… (2 heures)

COMÉDIE. Une rencontre caliente, olé !

A 21 heures sur TF1 Séries films. Cap sur l'Andalousie dans cet épisode en rediffusion de la collection « Coup de foudre à… » avec un road-trip dans Séville et Grenade, les claquettes et un haras où évolue un étalon pur jus : Agustin Galiana, alias Alvaro sur le point d'épouser Laura, disparue une semaine avant leurs noces. Quand Claire (Maud Baecker), la sœur célibataire de la future mariée, débarque, rien ne va plus. Il faut retrouver Laura, gérer les préparatifs du mariage et l'inquiétude de l'hidalgo qui émoustille Claire.

Aussi chaud que le climat andalou, le téléfilm n'échappe ni aux gros plans sur les abdos de l'acteur espagnol ni aux clichés et dialogues surréalistes. Les fans de la Une y retrouveront cependant des visages familiers et une légèreté bien venue.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

«Coup de foudre en Andalousie», téléfilm romantique français de Stéphane Malhuret (2019) avec Maud Baecker, Agustin Galiana. (2 heures)