Programme TV du mardi 16 février : notre sélection

Julie Ferrier enquête sur un yacht dans «Crimes parfaits», l’impressionnant documentaire «Une planète parfaite» se penche sur les volcans et le soleil, «le Petit Nicolas » revient avec Valérie Lemercier et Kad Merad... voici notre sélection pour votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
  Sophie de La Rochefoucauld (la médecin légiste) et Julie Ferrier (la policière) dans le téléfilm «Crimes parfaits : Ivresse des profondeurs».
Sophie de La Rochefoucauld (la médecin légiste) et Julie Ferrier (la policière) dans le téléfilm «Crimes parfaits : Ivresse des profondeurs». France Télévisions/Aurélien Faidy

POLAR. Tout est dans les détails

A 21h05 sur France 3. Le diable est dans les détails. Et ça tombe bien : la capitaine Louise Bonne n'a qu'une idée en arrivant sur une scène de crime : les traquer. Sous son air décontracté, elle déploie un sixième sens pour détecter des bizarreries, sous le nez de sa médecin légiste, la gothique « Gracieuse », délicieusement interprétée par Sophie de La Rochefoucauld. Qu'importe si la flic (Julie Ferrier) n'a pas le pied marin lorsqu'un policier ripoux parti sur un yacht avec sa femme et des amis meurt en plongée alors que les autres sont endormis. Le téléspectateur sait dès le début qui l'a tué, c'est le principe de cette collection de polars. Louise Bonne, elle, doit prouver qu'il ne s'agit pas d'un accident. Et c'est là qu'elle repère une morsure sur un sifflet, des traces de rouilles suspectes… voilà qui va orienter les investigations lors d'une plongée en eaux troubles où elle va nager d'un mari violent à une voisine mystérieuse.

Autre meurtre, même tactique dans le second épisode. De minuscules boules végétales laissées par le tueur sur le tapis de la patronne d'un restaurant qu'il vient d'assassiner vont mettre Louise sur la bonne voie.

Tout le sel de ces deux volets réside dans ces fulgurances imaginées par les scénaristes. Qui s'en donnent aussi à cœur joie côté comédie. Dans l'intimité, l'héroïne pète les plombs dès qu'il s'agit de son mari revenu s'incruster chez elle malgré leur séparation… Jusqu'à faire bâtir un mur de séparation dans leur maison ou mimer un coït derrière la porte de l'époux. Savoureux.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Crimes parfaits : Ivresse des profondeurs», téléfilm français de David Ferrier (2020) avec Julie Ferrier, Wendy Nieto, Sophie de La Rochefoucauld et Carole Bianic. Puis « La femme est un homme comme les autres » avec Arthur Jugnot. (2 x 52 minutes).

DOCUMENTAIRE. Ces animaux fantastiques !

«Une planète parfaite» nous emmène notamment aux Galapagos où des iguanes se rendent au fond du volcan La Cumbre pour pondre leurs œufs. BBC
«Une planète parfaite» nous emmène notamment aux Galapagos où des iguanes se rendent au fond du volcan La Cumbre pour pondre leurs œufs. BBC  

A 21h05 sur France 2. Après les vents et les océans, cette deuxième partie d'« Une planète parfaite », impressionnant documentaire de la BBC, se penche sur les volcans et le soleil, deux forces aussi ravageuses qu'essentielles à l'essor de la vie et nous livre au passage une galerie d'espèces animales singulières… Sur l'île Wolf, dans l'archipel des Galapagos, il y a ces pinsons buveurs de sang. En Alaska, cette grenouille des bois qui se laisse congeler l'hiver. Cryogénique, son cœur arrête de battre, mais elle revient à la vie au printemps. Très impressionnantes ces images, encore, de milliers de couleuvres sorties d'hibernation et formant un tapis grouillant…

La force vitale préside au comportement de tout animal, quel que soit l'environnement auquel l'espèce s'adapte. Flamants nains nichant au milieu d'eaux inhospitalières, loups arctiques en chasse, fourmis argentées en mode commando au cœur du Sahara, à chacun a sa place dans l'équilibre global, à chacun son histoire. François Morel se fait le merveilleux conteur de ces animaux fantastiques mais bien réels.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Une planète parfaite, du soleil aux volcans», partie 2/2. Documentaire britannique de Huw Cordey (2021), raconté par François Morel.

ANIMATION. Moi, moche et rigolo

A 21h15 sur C8. Ils sont tous là, n'ont pas pris une ride, et c'est dans une ambiance « famille joyeuse » qu'on retrouve Gru et Lucy, fraîchement mariés, et leurs trois filles adoptives, Margo, Edith et Agnès, toujours aussi craquantes. Et, bien sûr, salopette bleue et casquette jaune, leur tripotée de Minions en grande forme, tentés même de prendre la poudre d'escampette. Et puis il y a les nouveaux, Dru, le frère jumeau surprise de Gru, et Balthazar Bratt, le méchant, ex-gamin star de la télé dont la carrière a été stoppée par une méchante poussée d'acné et qui est devenu un criminel. Un méchant au style vestimentaire extravagant dont les courses-poursuites et l'esprit machiavélique raviront les plus petits.

Musicalement, le film est un plongeon dans les années 1980 avec une bande-son endiablée. Et Gru est génial quand il se trémousse sur « Bad », le succès de Michael Jackson ! Un troisième opus toujours aussi enlevé, joyeux et drôle où les gags se ramassent à la pelle.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Moi, moche et méchant 3», film d'animation franco-américain (2017) de Pierre Coffin, Kyle Balda et Eric Guillon (1h40).

COMÉDIE. Petit héros et grand moment

Maxime Godar (le petit Nicolas) et Valérie Lemercier. Prod
Maxime Godar (le petit Nicolas) et Valérie Lemercier. Prod  

A 21h05 sur W9. Adapter au cinéma le célèbre « Petit Nicolas », il fallait oser. Depuis sa création, il y a plus d'un demi-siècle sous la plume de Sempé et Goscinny, l'écolier au nez rond des années 1950 a bercé plusieurs générations de lecteurs. Finesse d'esprit et génie du trait, tendresse dénuée de mièvrerie, humour, comment traduire cette douce musique au cinéma ? Laurent Tirard a réussi le pari avec ce premier long-métrage très fidèle à l'œuvre originale.

Croyant l'arrivée d'un petit frère imminente, Nicolas (Maxime Godart) décide de reconquérir ses parents avec l'aide de sa chouette bande de copains. Alceste, le gros qui mange tout le temps, Eudes, le bagarreur, Clotaire, le cancre abonné au piquet, Geoffroy, le gosse de riche, sont de l'aventure. Il y a aussi Maman et son tablier fleuri (Valérie Lemercier), Papa et son auto (Kad Merad), le Bouillon et ses gros yeux (François-Xavier Demaison) ou la Maîtresse et sa patience (Sandrine Kiberlain). Des costumes aux décors, tout est tiré à quatre épingles. Une comédie réjouissante, même s'il n'y a pas toujours de quoi se rouler par terre.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Le Petit Nicolas», comédie française de Laurent Tirard (2009), avec Valérie Lemercier et Kad Merad (1h30).

ANIMATION. C'est Dracula qui reçoit

A 21h05 sur TFX. Tout inverser, transformer les humains en monstres, et vice versa, telle est l'idée, pas si nouvelle mais très efficace, du film d'animation « Hôtel Transylvanie ». On y découvre un Dracula veuf et père de la jeune Mavis, devenu le tenancier d'un château-hôtel des Carpates où il accueille les créatures célèbres de l'imaginaire des films d'épouvante — la Momie, la créature de Frankenstein… — afin de les maintenir à l'abri de la cruauté des humains. Le jour d'une fête, l'arrivée de Jonathan, ado américain baroudeur, va tout bouleverser…

Enchaînant les gags, le film déroule une délirante galerie de monstres sympathiques et met l'accent sur un Dracula pince-sans-rire, protecteur, très drôle et parfois émouvant.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Hôtel Transylvanie», film d'animation américain de Genndy Tartakovsky (2012), avec les voix (en VF) de Serge Faliu, Virginie Efira, Alex Goude… (1h30).