Programme TV du lundi 8 février : notre sélection

«Paris Police 1900», la nouvelle série de Canal+, «Manchester by the Sea», un drame oscarisé avec Casey Affleck, une série menée tambour battant sur le jeune Voltaire… voici nos idées pour votre journée et votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Jérémie Laheurte dans «Paris, Police 1900». A l’écran, pas de vedettes de la télé ou du ciné, mais beaucoup d’acteurs qui ont fait leurs preuves au théâtre.
Jérémie Laheurte dans «Paris, Police 1900». A l’écran, pas de vedettes de la télé ou du ciné, mais beaucoup d’acteurs qui ont fait leurs preuves au théâtre.  Vincent Flouret

SÉRIE. Paname, ton univers impitoyable

A 21h15, sur Canal+. Paris, 1899. Le tronc d'un corps féminin est retrouvé dans une valise flottant sur la Seine. Un jeune inspecteur de la Crim' mène l'enquête auprès d'un flic confirmé et d'une avocate, tandis que le préfet de police Lépine est rappelé pour remettre de l'ordre dans la capitale. En pleine affaire Dreyfus et après la mort du président Félix Faure dans les bras de sa maîtresse, Marguerite Steinheil, la révolte gronde, l'antisémitisme a pignon sur rue et des femmes qui luttent pour leur survie servent de mouchardes à des policiers corrompus.

Lancée ce lundi 8 février sur Canal+ (à 21h15), la série « Paris Police 1900 » jongle entre polar, thriller politique et fiction historique. Son créateur Fabien Nury, auteur prolifique de bandes dessinées (« Tyler Cross », « Katanga », entre autres) et de la série « Guyane », s'inspire de faits réels pour plonger les téléspectateurs dans les méandres et la violence de la société de cette époque pas si belle. Ici, on tue, on complote, on se bat pour s'émanciper alors que la République vacille dans ce Paris brillamment reconstitué sur huit épisodes d'une noirceur et d'une crudité parfois glaçantes.

Parmi les personnages réels, il y a le préfet de police Lépine, Alphonse Bertillon, chef du service de l'identité judiciaire qui a contribué à l'avènement de la police scientifique, ou le député Edouard Drumont, alors une des figures de l'antisémitisme. « La barbarie de l'époque m'a sauté aux yeux : la violence politique insensée, la haine antisémite, la dictature masculine, les violences conjugales… confie le créateur de la série. Des choses ont totalement changé depuis, mais beaucoup de questions qu'on se posait il y a 120 ans se posent encore. » A l'écran, pas de vedettes de la télé ou du ciné, mais de nombreux d'acteurs qui ont fait leurs preuves au théâtre.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

«Paris Police 1900», série française créée par Fabien Nury (2020). Avec Jérémie Laheurte, Evelyne Brochu, Hubert Delattre, Anne Benoît… Episodes 1 et 2 (8 x 52 minutes)

DRAME. Un homme à l'amer

Kyle Chandler et Casey Affleck, qui trouve un rôle à sa mesure, dans «Manchester by the Sea»./KFilms Manchester
Kyle Chandler et Casey Affleck, qui trouve un rôle à sa mesure, dans «Manchester by the Sea»./KFilms Manchester  

A 21h05, sur France 3. Le film avait valu à Casey Affleck l'Oscar 2017 du meilleur acteur. « Manchester by the Sea » est un long-métrage bouleversant. Ce drame raconte l'histoire de Lee Chandler (Casey Affleck), homme bourru, qui doit retourner à Manchester, sur la côte du Massachusetts, aux Etats-Unis, après la mort de son frère. Lee découvre qu'il est désigné comme tuteur de son neveu Patrick, 16 ans. Retenu à Manchester par cette nouvelle responsabilité, il est confronté aux fantômes du passé tragique qui l'ont séparé de sa femme Randi (Michelle Williams).

Le scénario de « Manchester by the Sea » se révèle déchirant mais le film est d'une sobriété remarquable. Tout en nuances, ce drame intense nous transporte du début à la fin. En homme broyé qui ne s'autorise plus le bonheur, Casey Affleck se voit offrir un rôle à sa mesure. Avec sa voix éraillée, son regard bleu perdu et sa violence à fleur de peau, son personnage de Lee est incroyablement attachant et d'une rare épaisseur. Son face-à-face avec Michelle Williams — elle aussi déjà à l'affiche de « Gone Baby Gone » — s'avère un grand moment de cinéma.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 5/5

«Manchester by the Sea», drame de Kenneth Lonergan (2016). Avec Casey Affleck, Michelle Williams, Lucas Hedges… (2h18)

CULTE. La tête et les jambes

A 20h50, sur France 5. Le prof de sport contre le prof de théâtre. La grande gueule aux biceps de culturiste contre le lettré vulnérable à l'identité sexuelle difficile à vivre. Ce serait trop caricatural. Dans « La Meilleure façon de marcher », premier film de Claude Miller (« Garde à vue », « L'Effrontée »), situé dans une colonie de vacances à l'été 1960 - dirigée par Claude Piéplu en gardien de l'ordre à l'ancienne - ce duel sur fond de vacances martiales se révèle bien plus sensible.

C'est quoi, être différent ? Alors que les questions sur le genre deviennent à la fois plus complexes et presque banales pour les ados d'aujourd'hui, ce récit d'un été d'inhibitions - masturbation prohibée jusqu'au grotesque dans les dortoirs - de libération, est d'une très grande finesse. L'affrontement de style entre Patrick Bouchitey et Patrick Dewaere offre un monument du jeu d'acteurs.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«La Meilleure façon de marcher», de Claude Miller, 1976, avec Patrick Bouchitey, Patrick Dewaere, Claude Piéplu, Christine Pascal… (1h25)

FEUILLETON. Romances anglaises et trahisons

La force de «Hollyoaks : l’amour mode d’emploi» est d’avoir su évoluer avec son temps./Lime Pictures/all3media international
La force de «Hollyoaks : l’amour mode d’emploi» est d’avoir su évoluer avec son temps./Lime Pictures/all3media international  

A 12h50, sur TF1 Séries Films. Cette fiction fait vibrer les Britanniques depuis 1995 ! « Hollyoaks : l'amour mode d'emploi » est un feuilleton quotidien qui se déroule dans le Nord de l'Angleterre. Evidemment, TF1 Séries Films ne programme pas les intrigues des années 1990 mais démarre ce lundi avec un double épisode des fêtes de la fin d'année 2019 avant d'enchaîner dès mardi avec les volets diffusés outre-Manche au printemps 2020.

Il faut donc quelques efforts pour faire connaissance avec les multiples personnages. En revanche, côté intrigues, on est immédiatement dans le bain, toutes les cases du genre étant réunies : romances à tous les âges, secrets multiples, jeunesse qui se cherche, jalousies, tromperies… La force de cette série est d'avoir su évoluer avec son temps et elle fait preuve d'une belle modernité.

De quoi tenir le public en haleine sans oublier une bonne dose d'humour. Rendez-vous donc à Hollyoaks dès 12h50 ce lundi puis à 13h20 les jours suivants pour un nouvel épisode quotidien inédit (exception le mercredi 10 février avec un double épisode à 12h50).

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

«Hollyoaks : l'amour mode d'emploi», feuilleton britannique de Phil Redmond avec Jessica Fox, Billy Price, Niamh Blackshaw… Episode 5329 (2019), 46 minutes.

FILM. Aux bons soins du docteur Gabin

A 20h55 sur Arte. Il faut réapprendre à voir des films un peu plus lents, en noir et blanc, pour savourer un Gabin différent dans ce film oublié sur l'accouchement sans douleur. Le monstre sacré y joue un médecin de campagne très moderne.

Ici, dans les années 1950, il faut toujours beaucoup souffrir et parfois mourir pour donner la vie. Et les fameux mâles blancs de plus de 50 ans - une scène d'anthologie réunit une assemblée de notables lunaires - docteurs du cru qui se croient propriétaires de leur clientèle, décident de tout pour les femmes. Un ovni humaniste, féministe et révolutionnaire pour l'époque.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

«Le Cas du Docteur Laurent», de Jean-Paul Le Chanois (1957), avec Jean Gabin et Nicole Courcel… (1h50)

SERIE. Voltaire, ce fougueux jeune homme

A 21h05, sur France 2. Vieillot, Voltaire? Pas le moins du monde. Dans cette mini-série, menée tambour battant, on découvre le philosophe des Lumières dans ses jeunes années, incarné par le pétillant Thomas Solivérès. Les relations tumultueuses avec son père, ses premiers écrits, ses premiers amours, les repas arrosés avec ses amis : une vie qui défile à toute vitesse.

Voltaire virevolte, exalté et passionné et déjà, ses réflexions traduisent une belle liberté de penser, moderne et inspirante. Les dialogues tout au long des deux premiers épisodes diffusés ce lundi soir (les deux suivants seront diffusés lundi 15 février), sont savoureux, et on a plaisir à se plonger au XVIIIe siècle pour les décors, les sublimes robes et coiffures.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

«Les Aventures du jeune Voltaire», réalisé par Alain Tasma avec Thomas Solivérès, Valérie Bonneton, Thibaut de Montalembert. (Episodes 1 et 2 / 4, 52 min chacun).