Programme TV du lundi 5 octobre : notre sélection

«Eyjafjallajökull», la comédie volcanique avec le duo Boon-Bonneton, «The Good Wife», la série judiciaire avec Julianna Margulies, «Outsiders», film de Francis Ford Coppola… voici le programme de votre soirée télé.

 Dany Boon et Valérie Bonneton dans « Eyjafjallajökull », comédie française d’Alexandre Coffre.
Dany Boon et Valérie Bonneton dans « Eyjafjallajökull », comédie française d’Alexandre Coffre. Jean-Claude Lother

COMÉDIE. Les Booneton, quel couple !

A 21h05 sur TF 1. Après s'être beaucoup aimés puis copieusement détestés, ils s'étaient juré que leurs routes ne se croiseraient plus jamais. C'est dire si Alain et Valérie imaginaient encore moins de refaire un bout de chemin ensemble. C'est pourtant ce qui les attend lorsque l'éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull contraint ces parents séparés à voyager de concert pour se rendre en Grèce au mariage de leur fille.

C'est un peu « la Guerre des Rose » à la française - l'idée de ce couple qui se voue une haine sans limite a été en partie inspirée par le film de Danny DeVito - mais en moins violent et version pure comédie. Le duo Boon-Bonneton y est volcanique sans forcer. En dépit d'un léger refroidissement à mi-parcours, le scénario évite les cratères.

Et le titre offre un bon exercice de prononciation : phonétiquement, dites É-YA-FIAT-LA-YEU-KEUTL. On avait eu quelques années pour s'y habituer : l'éruption du volcan en 2010 a fait annuler plus de 6000 vols. Avec « Eyjafjallajökull », Alexandre Coffre réalisait son deuxième long-métrage. Il a depuis notamment tourné en 2018 « les Aventures de Spirou et Fantasio » avec Alex Lutz.

Alors on s'y risque, à ce film en rediffusion sans prétention? Oui, ces bisbilles de couple version « je t'aime moi non plus » aux répliques hilarantes sont parfaites pour démarrer la semaine. Dany Boon n'en fait pas trop. Bonneton donne le meilleur d'elle-même. Et puis, les producteurs avaient pensé à tout : la comédie est sous-titrée « le Volcan », plus simple à dire quand on sort de table pour allumer la télé.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

«Eyjafjallajökull», comédie française d'Alexandre Coffre (2013), avec Dany Boon, Valérie Bonneton, Denis Ménochet… (1h50)

SÉRIE Femme bafouée et avocate hors pair

L’excellente série judiciaire « The Good Wife » avec Julianna Margulies (en rouge).CBS/Justin Stephens
L’excellente série judiciaire « The Good Wife » avec Julianna Margulies (en rouge).CBS/Justin Stephens  

A 18h20 sur Chérie 25. L'excellente série judiciaire « The Good Wife » avait marqué en 2009 le retour en grâce de Julianna Margulies à la télévision. Celle que l'on connaissait sous les traits de Carol Hathaway dans « Urgences » incarne ici la femme du procureur de Chicago au cœur d'un scandale mêlant adultère et corruption. Elle décide de reprendre sa carrière d'avocat pendant que celui-ci est incarcéré.

« The Good Wife » a duré sept saisons, mais malgré son lancement sur M 6 en 2011, elle n'a jamais réellement trouvé son public en France. Pourtant, cette série est redoutablement efficace mêlant affaires judiciaires variées et plongée dans l'intimité de ses personnages. Julianna Margulies a d'ailleurs obtenu un Golden Globe et un Emmy Award pour sa performance.

Au fil de ses sept saisons, « The Good Wife » a connu des hauts et des bas au niveau de la qualité du scénario mais a toujours su rebondir (la saison 5 notamment est magistrale). Il est temps de la rattraper grâce à une diffusion quotidienne sur Chérie 25 du lundi au vendredi à 18h20.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«The Good Wife», série américaine de Michelle et Robert King (2009-2016) avec Julianna Margulies, Josh Charles… Saison 1, épisodes 1 à 3/23 (3 x 42 minutes)

FILM. La guerre des gangs version Coppola

A 20h50 sur France 5. En 1965, à Tulsa (Oklahoma), deux bandes rivales de jeunes s'affrontent régulièrement et violemment : d'un côté les « Greasers », issus des quartiers défavorisés, de l'autre les « Socs », fils de la bourgeoisie locale. Lorsqu'un Greaser tue un Soc, la tension monte d'un cran…

Eclipsé à sa sortie par le renommé « Rusty James », tourné en parallèle à Tulsa par Francis Ford Coppola pour des raisons de budget, « Outsiders » a été réhabilité plus tard, notamment à la faveur de cette version rallongée de 22 minutes que diffuse France 5 ce soir. Cela n'est que justice, tant le film s'avère enlevé et puissant, avec de nombreuses références à des classiques du cinéma des années 1960.

Et quel casting ! Visionnaire, Coppola embauche ici de très jeunes comédiens avant qu'ils ne deviennent des cadors d'Hollywood : Matt Dillon, Rob Lowe, Patrick Swayze (avant « Dirty Dancing »), Tom Cruise (avant « Top Gun »)…

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Outsiders», film américain de Francis Ford Coppola (1983), avec Matt Dillon, Patrick Swayze, Rob Lowe, Emilio Estevez, Diana Lane, Tom Cruise… (1h55)

DOCUMENTAIRE. Ces discours à l'Assemblée qui ont tout changé

Le documentaire de LCP revient sur le discours pour la légalisation de l’IVG de Simone Veil en novembre 1974. (Ici avec Jacques Chirac). Kartagen 2020
Le documentaire de LCP revient sur le discours pour la légalisation de l’IVG de Simone Veil en novembre 1974. (Ici avec Jacques Chirac). Kartagen 2020  

A 21 heures sur LCP. Eclats de voix, joutes oratoires, discours enflammés… Plus d'un discours tenu depuis la tribune de l'Assemblée nationale à Paris a changé la société. Plus d'un au cours de la Ve-République, reste dans nos mémoires. A commencer par celui de Robert Badinter en 1981 : 1h28 pour persuader les députés d'abolir la peine de mort. Passionnant, le documentaire de LCP revient bien sûr sur celui de Simone Veil en novembre 1974 pour la légalisation de l'IVG. Premier grand discours d'une femme dans l'Hémicycle et cas rarissime, approuvé grâce à l'opposition dont cette phrase « aucune femme n'a recours de gaieté de cœur à l'avortement, c'est toujours un drame et cela restera toujours un drame » reste gravée.

De nombreux experts mais aussi des politiques sont invités. « Je suis comme dans le chaudron du diable » se souvient l'actuel ministre de la Culture Roselyne Bachelot qui, seule contre son camp, a fait voter le Pacs. « La première fonction d'un discours, c'est de rendre intelligible un sujet, une question, un enjeu », estime Christiane Taubira qui défendit avec brio le mariage pour tous. Rendez-vous la semaine prochaine pour la seconde partie pour savoir comment la communication et les réseaux sociaux se sont invités dans le discours politique.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«A la tribune», un documentaire de Bénédicte Loubère et Jean Garrigues. Première partie sur 2. (52 minutes)

SCIENCE-FICTION. Terreur dans l'espace

A 21h15 sur C8. En route vers une colonie spatiale, le vaisseau Covenant se déroute vers une planète qui va vite se révéler dangereuse. L'équipage ne va devoir son salut temporaire qu'à un étrange rescapé du vaisseau Prometheus, jadis théâtre d'une tragédie.

Cette suite de « Prometheus », qui avait relancé la saga « Alien », laisse un sentiment partagé avec des explications un peu trop pseudo-philosophiques sur les origines et l'avenir de l'homme. Mais Ridley Scott n'a pas perdu la main et il sait renouer avec ce qui faisait la réussite du premier « Alien » : une bête qui se reproduit dans les corps de ceux qu'elle croise. Le film emprunte également avec délice au côté série B. Mieux, outre la performance de Michael Fassbender dans deux rôles, il introduit une héroïne battante digne de Ripley, jouée à l'époque par Sigourney Weaver.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

«Alien Covenant», film de science-fiction américano-britannique de Ridley Scott (2017), avec Michael Fassbender, Katherine Waterston. (2h30)