Programme TV du lundi 21 septembre : notre sélection

«Tucker», un biopic signé Coppola avec Jeff Bridges, un «Pirates des Caraïbes» avec Johnny Depp et Orlando Bloom, la passionnante histoire de Guillaume le Conquérant présentée par Stéphane Bern… voici le programme de votre soirée télé.

 «Tucker», alias Jeff Bridges, est une fable du pot de terre contre le pot de fer qui donne foi dans la nature humaine.
«Tucker», alias Jeff Bridges, est une fable du pot de terre contre le pot de fer qui donne foi dans la nature humaine. Ralph Nelson Musée d’Aquitaine/L.GAUTHIER/MAIRIE DE BORDEAUX

BIOPIC. La voiture de ses rêves

A 20h55 sur Arte. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Preston Tucker est un jeune ingénieur automobile bourré d'idées novatrices. Il décide de les appliquer en construisant son propre modèle, la Tucker 48. L'accent y est mis sur la sécurité des passagers, à une époque où les constructeurs s'en préoccupent peu. Et il orne sa création d'un symbole distinctif, un phare central, en plus des deux traditionnels, sur la calandre avant. Mais il doit affronter le puissant lobby automobile de Detroit…

Au sein de l'abondante filmographie de Francis Ford Coppola, « Tucker » est rarement cité. C'est pourtant l'une des dernières très grandes œuvres du réalisateur du « Parrain » ou d'« Apocalypse Now » qui, depuis une dizaine d'années, préfère s'occuper de son vignoble que de cinéma. Sans doute parce que l'histoire de Tucker, un génie maltraité, lui tenait à cœur depuis que son père avait investi dans la société du constructeur automobile.

Coppola raconte avec force détails l'épopée de cet autodidacte talentueux, qui devra durant toute sa carrière lutter contre des géants industriels aux moyens illimités, décidés à ne pas laisser un intrus contester leur toute-puissance. Une fable du pot de terre contre le pot de fer qui, même si elle ne se termine pas forcément bien, donne foi dans la nature humaine. Plus d'un demi-siècle après, les idées de Tucker ont finalement été adoptées et, chose inouïe, la plus grande partie des 51 Tucker 48 sorties, à l'époque, de l'atelier roulent toujours !

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

« Tucker : l'homme et son rêve », biopic américain de Francis Ford Coppola (1988), avec Jeff Bridges, Joan Allen, Martin Landau, Frederic Forrest… (1h50)

ROMANCE. Passions florentines

Julian Sands (George Emerson) et Helena Bonham Carter (Lucy Honeychurch) dans «Chambre avec vue»./MK2 - Merchant Ivory Productions
Julian Sands (George Emerson) et Helena Bonham Carter (Lucy Honeychurch) dans «Chambre avec vue»./MK2 - Merchant Ivory Productions  

A 20h50 sur France 5. Cette « Chambre avec vue », c'est celle qui donne sur la grande place de Florence, au XIXe siècle, depuis un hôtel où Lucy, jeune fille de la haute société anglaise, est en vacances avec sa cousine. C'est là qu'elle va tomber amoureuse de George, puis rompre avec lui car il n'est pas jugé « convenable » par sa famille. De retour au pays, Lucy va se fiancer avec Cecil, lui conforme aux attentes familiales, mais collet monté et ennuyeux… avant de regretter son choix.

Première adaptation (fidèle et enlevée) de l'œuvre de E.M. Forster par James Ivory, « Chambre avec vue » enchante en tous points, tant par son sens du découpage que par sa mise en scène. A l'époque, le film avait lancé plusieurs jeunes comédiens britanniques, qui allaient devenir de futures valeurs sûres : Helena Bonham Carter, Daniel Day-Lewis et Julian Sands.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

« Chambre avec vue », romance de James Ivory (1986), avec Julian Sands et Helena Bonham Carter, Daniel Day-Lewis… (1 h 57)

FILM D'ACTION. Pirates, première !

Johnny Depp et Keira Knightley dans «Pirates des Caraïbes : la Malédiction du Black Pearl»./DISNEY ENTERPRISES INC
Johnny Depp et Keira Knightley dans «Pirates des Caraïbes : la Malédiction du Black Pearl»./DISNEY ENTERPRISES INC  

A 21h05 sur W9. Un matin, alors que des pirates attaquent Port-Royal, le capitaine Jack Sparrow sauve la fille du gouverneur, Elizabeth Swann. Mais il veut aussi récupérer son bateau, le « Black Pearl », que son ennemi juré, Barbosa, lui a volé… Voilà le tout premier volet de la saga « Pirates des Caraïbes ». Un vrai bon divertissement familial. Un scénario classique mais qui fonctionne de bout en bout, de l'action, de l'aventure, un peu de fantastique, des effets spéciaux… On plonge dans le grand large pendant plus de deux heures.

Johnny Depp à l'abordage construit un personnage qui lui ira comme un gant tout au long de la saga, à l'aise dans la peau du flibustier Jack Sparrow, avec son look à la John Galliano et un sens de l'humour très british. Et Keira Knightley, 17 ans à l'époque, confirme tout son talent après « Joue-la comme Beckham ».

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Pirates des Caraïbes : la Malédiction du Black Pearl », film d'action américain de Gore Verbinski (2003), avec Johnny Depp et Keira Knightley, Geoffrey Rush, Orlando Bloom… (2 h 20)

DOCUMENTAIRE. Tel Guillaume le conquérant

A 21h05 sur France 3. Encore une fois, Stéphane Bern nous emmène au cœur d'une histoire passionnante : celle de Guillaume le Conquérant. Celui qui devient duc de Normandie à 8 ans va parvenir, près de treize ans plus tard, à traverser la Manche le 14 octobre 1066 pour combattre dans la célèbre bataille d'Hastings et prendre le trône d'Angleterre. Il entre dans la légende.

« Secrets d'histoire » nous fait voyager entre la France et l'Angleterre sur les traces d'un Guillaume fidèle, charismatique, guerrier, déterminé, et muni d'une aura hors du commun, capable de réunir des milliers de personnes pour partir au combat. Le documentaire fait parler les murs du château de Falaise, les archives, avec des historiens, écrivains et autres spécialistes, le tout accompagné de saynètes, ce qui redonne vie à celui qui marqua l'histoire. Dynamique et instructif, comme toujours.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

« Secrets d'histoire : Guillaume le Conquérant », documentaire français de Jean-Louis Remilleux (2020), présenté par Stéphane Bern. (52 minutes)

COMÉDIE DRAMATIQUE. Dis-moi tout !

A 21h05 sur Chérie 25. Mady, la soixantaine, mère au foyer, passe son temps à dire des horreurs de ses deux filles et de son mari. Antoine, le frère aîné, enchaîne faillite sur faillite. Alice, sa sœur, peint des madones dépressives et toxicomanes… Un soir, elle croise Jacques, un flic pas comme les autres.

Cécile Telerman signe un film choral qui se distingue par ses dialogues. Le scénario aurait gagné à plus de simplicité, mais ce léger inconvénient est largement contrebalancé par la force de frappe d'un plaisant éventail d'acteurs charismatiques, de Mathilde Seigner à Pascal Elbé, d'Olivier Marchal à Charlotte Rampling, en passant par Patrick Chesnais.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

« Quelque chose à te dire », comédie dramatique de Cécile Telerman (2009), avec Mathilde Seigner et Olivier Marchal. (1h40)