Programme TV du dimanche 7 février : notre sélection

Un voyage sur les routes du Sud ségrégationniste, une plongée au cœur de la bataille de Verdun et un classique de Claude Sautet, « César et Rosalie », avec Romy Schneider… Voici le programme de votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Inspiré d’une histoire vraie, « Green Book » raconte l’amitié entre un pianiste de jazz afro-américain (Mahershala Ali) et son chauffeur macho et raciste (Viggo Mortensen).
Inspiré d’une histoire vraie, « Green Book » raconte l’amitié entre un pianiste de jazz afro-américain (Mahershala Ali) et son chauffeur macho et raciste (Viggo Mortensen). Universal Pictures. All Rights Reserved.

DRAME. Sur les routes de la ségrégation

A 21h05, sur France 2. C'était le grand vainqueur des Oscars 2019 : cette année-là, « Green Book : sur les routes du Sud », de Peter Farrelly, raflait trois statuettes, celles du meilleur film, du meilleur scénario original et du meilleur acteur dans un second rôle pour l'impeccable Mahershala Ali (qui avait décroché la même récompense à peine deux ans plus tôt, pour son rôle dans « Moonlight »).

Inspiré d'une histoire vraie, « Green Book » raconte l'amitié entre Don Shirley, un pianiste de jazz afro-américain, et Tony Lip, son chauffeur, un videur italo-américain macho et raciste, qui doit conduire son patron dans des salles de concert du Midwest et du Sud profond. La tournée se déroule en 1962 et, dans des Etats-Unis en pleine ségrégation, le Sud reste particulièrement raciste. Durant son périple, le duo doit ainsi se référer au « Green Book », un manuel qui indique les hôtels, restaurants et stations-service accueillant les personnes de couleur. Même si tout les oppose (Lip est borné et conservateur, Shirley est raffiné et excentrique), les deux hommes vont se rapprocher…

Si le personnage de Tony Lip bascule un peu brutalement du racisme primaire à la bienveillance éclairée, « Green Book » nous replonge dans l'Amérique des années 1960 à travers une magnifique réalisation. Parfaitement interprété - comme son partenaire, Viggo Mortensen, empâté pour l'occasion, est d'une grande intensité -, « Green Book » comporte aussi quelques moments drôles. Ceux-ci nous rappellent qu'avant de se lancer dans ce film très classique, son réalisateur Peter Farrelly avait cosigné en duo, avec son frère cadet Bobby Farrelly des comédies potaches comme « Dumb and dumber » ou « Mary à tout prix ».

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

« Green Book : sur les routes du Sud », drame américain de Peter Farrelly (2018), avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini… (2 h 10).

DOCUMENTAIRE. Pas une enquête à la noix

A 20h50, sur France 5. La noix est un fruit qui est de plus en plus apprécié par les Français. L'on prône ses bienfaits pour la santé et l'aspect pratique de sa consommation. Mais comment est-elle produite ? Pour quel goût ? Et d'où proviennent celles que l'on achète en France ? Dans les faits, l'Hexagone est l'un des principaux producteurs en Europe, mais les fruits sur le marché sont majoritairement d'origine étrangère. Cette industrie très lucrative est même victime du marché noir et serait un enjeu au niveau environnemental.

Ce documentaire part à la rencontre de producteurs et d'artisans. Ils expliquent comment fonctionne leur métier, comment ils procèdent et ce qu'ils pensent du marché. Du Périgord à la Moldavie en passant par la Californie, on en apprend plus sur les méthodes de production, de transformation et les différentes étapes suivies avant l'arrivée dans nos rayons. Une enquête surprenante, sur un sujet rarement abordé et traité sur un ton léger.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3/5

« La Noix nous fait craquer », documentaire français inédit de Jean-Christophe Chatton (2020). (52 minutes).

HISTOIRE. La guerre au plus près

« Apocalypse Verdun », un documentaire historique à hauteur d’hommes. / ECPAD
« Apocalypse Verdun », un documentaire historique à hauteur d’hommes. / ECPAD  

A 21h05, sur France 4. Le film s'ouvre sur une scène glaçante, dérangeante. Des soldats nus tournant en rond dans une cour. Après la Seconde Guerre mondiale, la Première, Hitler et Staline, le duo de documentaristes Isabelle Clarke et Daniel Costelle se penche cette fois sur la bataille de Verdun pour un film exceptionnel. Trois cents longues journées que nous fait revivre « Apocalypse Verdun » avec ses images colorisées et le soin toujours plus grand apporté à la sonorisation des archives.

Il s'agit aussi de se placer à la hauteur des hommes qui ont vécu cette période, souci constant des auteurs qui montrent d'abord l'arrière, la vie de ces ouvrières employées dans des usines de munitions aux cadences folles, ces familles obligées d'héberger des Allemands, ces écoliers défilant au pas, « élevés dans la haine de l'Allemand ». Certains, trop jeunes pour partir, s'engagent en mentant sur leur âge. Entre les images récurrentes de guerre, les auteurs montrent la vie dans les tranchées et l'organisation, des deux côtés. Des tranches de vie et des tronches.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Apocalypse Verdun », documentaire français d'Isabelle Clarke et Daniel Costelle (2016). (1 h 30).

AVENTURES. Super-héros de la jungle

A 21h05, sur TF1. Lord Greystoke n'a pas mis les pieds dans la jungle depuis huit ans lorsque le roi de Belgique lui propose une mission au Congo. Accompagné de sa femme, Jane, et d'un émissaire américain, Tarzan, son nom africain, va retrouver ses frères à quatre pattes ? mais aussi affronter ses ennemis, dont le très méchant bras armé du monarque belge.

Cette version de Tarzan n'est pas qu'une énième grimace de vieux singe : le scénario plutôt inédit renouvelle l'imagerie habituelle, avec tout de même quelques flash-back sur l'enfance du héros. Même truffé d'effets numériques, ce film d'aventures mêle efficacement action, humour et émotion. Et donne enfin le beau rôle à l'Afrique. Surtout, le film doit beaucoup à celui qui incarne le héros, Alexander Skarsgard. Il y a quelque chose d'animal chez cet ex-mannequin, déjà à l'œuvre dans un rôle de vampire dans la série « True Blood ». Et un côté distingué aussi : c'est ce mélange rare qui a convaincu David Yates de miser sur le Viking le plus sexy de Hollywood pour relancer une franchise à bout de souffle.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Tarzan », film d'aventures américain de David Yates (2016), avec Alexander Skarsgard, Margot Robbie, Samuel L. Jackson, Christoph Waltz… (1 h 50).

COMÉDIE DRAMATIQUE. L'amour, le vrai

Yves Montand et Romy Schneider dans « César et Rosalie », une histoire d’amour solaire./DR
Yves Montand et Romy Schneider dans « César et Rosalie », une histoire d’amour solaire./DR  

A 21h05, sur C8. Ce film, réalisé par Claude Sautet en 1972, occupe une place à part dans le cœur de nombreux cinéphiles. Lesquels trouvent, chaque fois qu'il repasse, mille bonnes raisons de le revoir. Parce que Romy Schneider n'a jamais été plus belle, plus vraie, plus émouvante que dans ce rôle-là. Parce qu'Yves Montand campe un César irrésistible, avec son gros cigare et ses mauvaises manières, sa générosité et ses colères homériques. Parce que Sami Frey, plein de mystère, incarne la séduction absolue. Parce que c'est une histoire solaire, un « Jules et Jim » qui tournerait (presque) bien, qui donne envie d'être amoureux et de pique-niquer sur la plage, ou de marier sa mère à la campagne en chantant du Bach à tue-tête. Parce qu'un film d'amour, un vrai, qui vous fait rire et pleurer, ça ne court pas les rues.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« César et Rosalie », comédie dramatique française de Claude Sautet (1972), avec Romy Schneider, Yves Montand, Sami Frey, Umberto Orsini… (1 h 50).